Accéder au contenu principal

Une Bibliothèque Ephémère Permanente à Marseille

Le principe : le troc de livres. Le lancement s’est déroulé le 21 mars au WAAW. En échange d’un livre, chacun s’est vu offrir un verre de vin par un gentil œnologue. Pour ma part, j’ai donné un album jeunesse, L’Enfant coquillage, que j’avais acheté il y a plusieurs années à La Soupe de l’Espace à Hyères, dont j’aimais les illustrations, mais moins l’histoire. Précision importante : la librairie Histoire de l’Œil avait offert une dizaine de livres (neufs) pour le lancement. Et chose amusante, l’amie avec qui je m’y suis rendue a donné un livre acheté précisément quelque temps avant à Histoire de l’Œil. Une seconde vie rapide pour ce roman de Michaël Connelly, eh oui, quand je vous disais que le livre circulait bien à Marseille...



Vignette auto-collante apposée sur chaque livre pour laisser un mot au futur lecteur



Les livres ont continué d’être collectés jusqu’au 30 mars, date de représentation d’Ildi ! Eldi au Merlan où ils ont donc été rapatriés et mis à la disposition du public. L’opération serait prochainement relancée, cette première bibliothèque éphémère temporaire deviendrait donc permanente.






Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Umami, Laïa Jufresa

Umami de l'écrivaine mexicaine Laïa Jufresa fait partie de ces livres qu’on n’a pas envie de finir, tant ses personnages sont attachants. Ce livre, je savais depuis un moment que je le lirais, car je suis l’actualité de son auteure sur les réseaux sociaux. Alors quand je suis tombée sur l’édition de poche d’Umami en librairie, je n’ai pas hésité.

Entretien avec Étienne Chaize, l'auteur d'Helios

Le magnifique Helios d’Étienne Chaize a été publié par les éditions 2024, une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée et les livres illustrés.

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.