Accéder au contenu principal

Comment (et pourquoi) j’ai retiré les DRM de mes livres numériques


J'ai récemment acheté sur le site d'Epagine le Lonely Planet de Londres en version numérique. Un lien de téléchargement m’a donc permis de l’ouvrir dans ADE (Adobe Digital Edition), le logiciel gestionnaire d’epubs lié à mon compte Adobe (je peux lier ce compte à quatre appareils différents). Après l’avoir téléchargé sur ma liseuse, j’ai voulu faire de même sur mon ipad (de nombreuses photos illustrent le livre). Le transfert s’est affectué correctement depuis My Digital Edition (le dossier de mon ordinateur sur lequel ADE télécharge mes epubs) dans la bibliothèque Ibooks de mon Ipad. Mais au moment de l’ouvrir, le message suivant est apparu : « Impossible d’ouvrir « Londres-cityguide ». Il est formaté incorrectement ou n’est pas à un format qu’Ibooks peut ouvrir ».

Le problème venait du fait que le livrel était sous DRM (Digital Right Management), c’est-à-dire encrypté et attaché au logiciel de gestion de fichiers ADE. Autrement dit, j'étais confrontée à un problème d'interopérabilité entre le fichier que j'avais acheté 12,90 € et un des terminaux dont je disposais pour le lire. Apple aurait préféré que j’achète le livrel sur l’Ibookstore, j’aurais alors pu l’ouvrir normalement sur mon Ipad. Je comprends… Mais il se trouve que je désire choisir le site marchand où j’achète mon ebook et que j’estime pouvoir choisir aussi la machine sur laquelle je veux le lire. Voilà pourquoi je me suis mise à la recherche d'un tutoriel pour apprendre à retirer la DRM de mes livrels.

Pas contents ceux du collectif Defective By Design...

Petite parenthèse : Je pense qu'il faut payer pour acquérir un bien culturel, fut-il immatériel car derrière l'objet il  y a des gens qui ont travaillé dur pour le créer : l'auteur, l'éditeur et le site marchand qui le met à ma disposition. Et surtout, pour qu'il continue à y avoir de la création et donc des biens culturels, il faut que demeure un modèle économique.

Mais je pense qu'actuellement, beaucoup d'éditeurs surestiment la valeur monétaire d'un fichier numérique par rapport à un livre imprimé, autrement dit, un prix inférieur de 20 % seulement par rapport à la version imprimée me semble trop élevé.

Par ailleurs, si je paye malgré tout ce prix élevé, j'estime que je dois pouvoir disposer librement de ce bien légalement acquis. Le consommateur ne devrait pas avoir à régler ces problèmes d'interopérabilité lui-même, à bidouiller des fichiers avec les moyens/connaissances du bord. Autrement dit, si je retire la DRM de mon livrel, ce n'est pas pour le diffuser largement autour de moi, c'est pour pouvoir le lire, tout simplement.

Donc ! La manip… Savez-vous ce qu’est un tutoriel ? C’est un texte ou une vidéo à visée pédagogique qui peut toucher à n’importe quel sujet. C’est chouette parce que c’est gratuit et généreux, eh oui, les internautes ont passé du temps à les monter. Le bémol, c’est qu’en informatique, il faut trouver le bon : non seulement celui qui correspond à votre sujet, mais aussi celui qui va être relativement récent, et surtout celui que vous allez être en mesure de déchiffrer. Si ces trois critères ne sont pas réunis, alors c’est le sang et les larmes assurés. Même quand on comprend à peu près de quoi il retourne, de petites recherches sémantiques sur wikipédia peuvent s’avérer nécessaires. Et même alors, l’internaute créateur du tutoriel vous souhaite souvent bonne chance pour la manip, ce qui en soit, est certes encourageant, mais aussi un peu inquiétant.

Bref, après des recherches laborieuses et des tentatives pour le moins hasardeuses, j’ai finalement trouvé la solution sur le site Edencast dédié à l’informatique pour les déficients visuels. Autant vous dire que ça n’a pas été simple pour autant. Au final, j’ai téléchargé ce petit programme, ePUBee DRM Removal, qui va chercher dans My Digital Editions les fichiers encryptés et les « libèrent » de leur DRM. Bon débarras ! (Dans "Input Path" aller chercher le dossier où est rangé l'epub avec DRM et dans "Output Path" désigner le dossier où l'on veut déposer l'epub sans DRM puis cliquer sur "UnDRM directory"). J’ai donc pu transférer l’epub du lonely planet sur mon ipad pour une lecture plus « dynamique » puisque de nombreux liens permettent d’accéder directement au site de tel ou tel théâtre ou hôtel.

Le débat sur les DRM est largement ouvert sur le web. Les sites marchands communiquent ouvertement avec leurs clients sur cette question, étiquetant clairement les livrels sans DRM. Certaines librairies refusent de commercialiser des livres sous DRM et même une journée mondiale contre les DRM a eu lieu le 4 mai dernier. Ce serait vraiment bien qu’on puisse choisir son libraire et qu’on ne soit plus attaché à des vendeurs de terminaux pour acheter ses ebooks à cause des cette question d’interopérabilité. La vraie question n’est plus celle du "pour ou contre" le livre numérique mais bien celle du « comment » le livre numérique, avec quels droits pour le lecteur ?

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Umami, Laïa Jufresa

Umami de l'écrivaine mexicaine Laïa Jufresa fait partie de ces livres qu’on n’a pas envie de finir, tant ses personnages sont attachants. Ce livre, je savais depuis un moment que je le lirais, car je suis l’actualité de son auteure sur les réseaux sociaux. Alors quand je suis tombée sur l’édition de poche d’Umami en librairie, je n’ai pas hésité.

Entretien avec Étienne Chaize, l'auteur d'Helios

Le magnifique Helios d’Étienne Chaize a été publié par les éditions 2024, une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée et les livres illustrés.

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.