Accéder au contenu principal

Un Jour, David Nicholls



On m’a récemment prêté ce best-seller anglais. Si vous vous lancez dans cette romance vous aurez du mal à la lâcher et ne réussirez pas à la snober. Une bonne lecture de plage ou un roman de gare, voici de quoi il s’agit. Oui oui, je sais les vacances se terminent, mais avec ces températures, vous devriez encore être à la plage ! Pas besoin d’une concentration intense, vous pouvez perdre quelques miettes du récit sans perdre le fil de l’intrigue. Le roman retrace sur vingt ans les parcours respectifs d’Emma et Dexter, qui se croisent et s’entremêlent. Après une brève rencontre amoureuse et à la suite d’un accord tacite, Emma et Dexter décident de rester amis, devenant dés lors observateurs de la vie sentimentale de l’autre…

Le Grand format aux éditions Belfond

David Nicholls emprunte certains des codes de la chick-lit me semble-t-il. Ecrite par les femmes pour des femmes, la chick-lit (« littérature de filles ») met en scène des citadines working girls et modernes dans des romances à happy end, dont le roman Le Journal de Britney Jones d’Helen Fielding serait assez représentatif. Dans Un Jour, les personnages ont un sens de l’humour et de la répartie assez réjouissant, l’action se passe à Londres et l’histoire tourne essentiellement autour d’individualités et de leurs sentiments amoureux. Voici pour les ressemblances avec ce genre populaire. Mais l’auteur traite à part égale les vies du personnage masculin et du personnage féminin et l’intrigue n’est pas si légère qu’elle en a l’air. Les scènes les plus réussies étant les situations de crise où tout bascule, où les personnages semblent révéler leurs failles et incarner un certain désenchantement du monde. Alors roman de filles ? Pas si sûr…


L'édition poche chez 10/18

A la réflexion, ce qu’il y a de plus réussi dans ce roman, ce sont les procédés dramaturgiques, la tambouille de l’auteur si vous préférez. Tout le récit repose sur un conflit sociologique entre les personnages : Emma est issue de la classe moyenne, alors que Dexter a grandit dans un milieu plus privilégié et sophistiqué et le clivage est parfois douloureux. Ce ressort narratif pourrait faire d’Un jour un roman aussi crédible qu’un Cendrillon des temps modernes, pourtant le propos sur le déterminisme social est nuancé par l’auteur au fur et à mesure qu’on avance dans le récit. Petit à petit, le roman revêt les atours d’une bonne comédie romantico-sociale, de celles dans lesquelles on se reconnaît.


La bonne lecture de plage... enfin de rochers à Malmousque !


Le lecteur est également tenu en haleine grâce à cette construction du récit en chapitres courts dédiés à la journée du 15 juillet de chaque nouvelle année. Les protagonistes mènent certes une vie « normale » mais le temps du récit est découpé de manière à mettre en lumière les rebondissements et à entretenir l’espoir que la vie est faite de retournements de situations. En fin de compte, tout ne dépend-il pas de l’angle de vue ? En l’occurrence un angle large est plus avantageux puisque les situations périlleuses apparaissent temporaires ! David Nicholls a un peu tendance à abuser des effets de suspension du récit et à faire courir son lecteur après la suite. Mais dans l’ensemble, ce rythme enlevé rend la lecture plaisante et facile.

Le dernier roman de David Nicholls

Un film a été tiré du roman mais je ne suis pas sure qu’il soit recommandable ! La bande-annonce laisse entrevoir des scènes qui ont l’air mélodramatiquement très chargées. En même temps, c’est toujours excitant une adaptation et c’est David Nicholls lui-même qui a écrit le scénario, alors je me laisserai peut-être tenter. Le roman est quant-à lui disponible en poche aux éditions 10/18, en grand format et en livrel aux éditions Belfond. La politique tarifaire pourrait vous sembler étrange, puisque le livrel est deux fois plus cher que le poche. Elle vise en fait à protéger les ventes du livre en format poche. Quoiqu’il en soit, vous avez le choix du support ! Enfin, le dernier roman de David Nicholls Pourquoi pas ? est disponible chez Belfond (papier et livrel) depuis mai dernier. Bonne lecture !

Commentaires

Anonyme a dit…
Acheté à l'aéroport, lu dans l'avion (malgré les cris des chérubins qui ont fait de ce vol un enfer) et finalement, dévoré sur la plage !!! Merci à toi Sophie de me livrer une fine analyse de ce pourquoi, n'ayons pas peur des mots, j'ai KIFFER ce livre !!!

Articles les plus consultés du mois

Umami, Laïa Jufresa

Umami de l'écrivaine mexicaine Laïa Jufresa fait partie de ces livres qu’on n’a pas envie de finir, tant ses personnages sont attachants. Ce livre, je savais depuis un moment que je le lirais, car je suis l’actualité de son auteure sur les réseaux sociaux. Alors quand je suis tombée sur l’édition de poche d’Umami en librairie, je n’ai pas hésité.

Entretien avec Étienne Chaize, l'auteur d'Helios

Le magnifique Helios d’Étienne Chaize a été publié par les éditions 2024, une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée et les livres illustrés.

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.