Accéder au contenu principal

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.

Couverture du livre à relier : préparation
La couverture d'origine du livre à relier


Débrochage d'un livre
Travail de débrochage du livre





étape du grecquage pour une reliure bradel
Le grecquage : on prévoit à la scie le passage des fils de la cousure


Le cousoir et la presse (reliure)
le cousoir et la presse


Ebardage au massicot
Ebardage au massicot : on égalise les bords des cahiers

Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.

Opération de cousure pour une reliure bradel
La cousure, opération rapide pour Lina habituée aux travaux d'aiguille


Bibliothèque de l'atelier de reliure
Dans l'atelier, il y a une belle bibliothèque...


encollage des cahiers (reliure)
Une fois les cahiers cousus, le dos est encollé pour les rendre encore plus solidaires


Modelage du dos du livre grâce à la presse à rogner
Modelage du dos du livre dans la presse à rogner

Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce au collage des feuilles de garde sur les plats, c’est-à-dire sur sa couverture cartonnée (plutôt que par le collage des ficelles du livre sur les plats pour la reliure à proprement parler). De nombreuses étapes ont jalonné la réalisation, entrecoupées de périodes de presse ou de séchage. Entre autres, la « plaçure », la « cousure », l’« endossure », la « couvrure »… Une terminologie technique, mais amusante, vous en conviendrez !


Les mors contre lesquels les plat du livre viendront buter
Les mors contre lesquels les plat du livre viendront buter


Il faut choisir la toile qui protégera le dos du livre


Séchage après la pose de mousseline, de la tranchefile et du papier sur le dos

L’art de la reliure est ancien et obéit à des techniques issues d’une tradition séculaire ayant pris son essor avec l’invention de l’imprimerie à la Renaissance. Elle est liée à la bibliophilie qui est le goût des livres anciens et rares. Il faut d’ailleurs savoir qu’on ne relie pas de manière traditionnelle les livres modernes encollés (il faut les coudre par cahiers auparavant). Mais la tradition n’empêche pas la créativité de s’exprimer dans des touches personnelles, Lina introduit par exemple de la broderie ou du papier végétal sur ses couvertures.

Démonstration de reliure Bradel
Le livre vient s'emboîter dans sa couverture : le bradel


On va encoller le papier sur les plats

La restauration du livre est terminée, il devrait durer...

En parlant d’atelier, on m’a récemment prêté un joli petit livre intitulé Poésie d’atelier par Élodie Marville, la créatrice de Sacadidie. Elle y présente les ateliers de 10 créatrices de Toulouse et de la région Midi-Pyrénées (créatrice de bijoux, designer textile, céramiste, etc.). De très belles photos illustrent le livre, racontant l’univers de chaque créatrice, les couleurs et matières élues, le lieu choisi. De petits textes expliquent les projets, les techniques, les sources d’inspiration et quelle poésie l’auteur y a vu. Je vous le recommande, il est disponible à l’achat sur le site de Sacadidie.


Merci à Lina ! J’ai eu beaucoup de plaisir à jouer la petite souris dans son atelier, à observer et à photographier ces belles matières.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La Marche royale, Andreas Latzko

La Marche royale est un court roman de l’écrivain austro-hongrois Andreas Latzko (1876-1943). C’est Nathalie Eberhardt, coresponsable des éditions La dernière goutte qui en livre ici une belle traduction pour les lecteurs francophones (d’après une édition allemande parue en 1932). Qu’est-ce qui nous pousse à nous emparer d’un livre ? Une convergence de petites choses, j’imagine, par exemple l’admiration pour une maison d’édition et son travail de découverte de textes étrangers, contemporains ou classiques, parfois rares ou oubliés, toujours percutants.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le Musée de l'imprimerie à Nantes

Si vous passez par Nantes, ne manquez pas de vous rendre au Musée de l’Imprimerie, fondé en 1986 et géré par l’Association Pro Arte Graphica. Véritable lieu de conservation des techniques anciennes de l’imprimerie, il propose en plus de la traditionnelle salle d’exposition un espace de démonstration animé par des professionnels passionnés. Car le musée est une imprimerie qui accueille des scolaires et des stagiaires et qui produit aussi des documents pour des artistes selon d’anciennes méthodes d’impression. Avec l’industrialisation de l’édition, la composition et l’impression typographique, la lithographie ou la gravure ont été remplacées par la photocomposition* puis la PAO* et par l’offset* et l’héliogravure*. Mais nous restons fascinés par le geste de l’ouvrier et de l’artiste, par l’unicité de l’œuvre produite, la porosité de sa matière et l’éclat de ses couleurs.