Accéder au contenu principal

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.

Couverture du livre à relier : préparation
La couverture d'origine du livre à relier


Débrochage d'un livre
Travail de débrochage du livre





étape du grecquage pour une reliure bradel
Le grecquage : on prévoit à la scie le passage des fils de la cousure


Le cousoir et la presse (reliure)
le cousoir et la presse


Ebardage au massicot
Ebardage au massicot : on égalise les bords des cahiers

Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.

Opération de cousure pour une reliure bradel
La cousure, opération rapide pour Lina habituée aux travaux d'aiguille


Bibliothèque de l'atelier de reliure
Dans l'atelier, il y a une belle bibliothèque...


encollage des cahiers (reliure)
Une fois les cahiers cousus, le dos est encollé pour les rendre encore plus solidaires


Modelage du dos du livre grâce à la presse à rogner
Modelage du dos du livre dans la presse à rogner

Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce au collage des feuilles de garde sur les plats, c’est-à-dire sur sa couverture cartonnée (plutôt que par le collage des ficelles du livre sur les plats pour la reliure à proprement parler). De nombreuses étapes ont jalonné la réalisation, entrecoupées de périodes de presse ou de séchage. Entre autres, la « plaçure », la « cousure », l’« endossure », la « couvrure »… Une terminologie technique, mais amusante, vous en conviendrez !


Les mors contre lesquels les plat du livre viendront buter
Les mors contre lesquels les plat du livre viendront buter


Il faut choisir la toile qui protégera le dos du livre


Séchage après la pose de mousseline, de la tranchefile et du papier sur le dos

L’art de la reliure est ancien et obéit à des techniques issues d’une tradition séculaire ayant pris son essor avec l’invention de l’imprimerie à la Renaissance. Elle est liée à la bibliophilie qui est le goût des livres anciens et rares. Il faut d’ailleurs savoir qu’on ne relie pas de manière traditionnelle les livres modernes encollés (il faut les coudre par cahiers auparavant). Mais la tradition n’empêche pas la créativité de s’exprimer dans des touches personnelles, Lina introduit par exemple de la broderie ou du papier végétal sur ses couvertures.

Démonstration de reliure Bradel
Le livre vient s'emboîter dans sa couverture : le bradel


On va encoller le papier sur les plats

La restauration du livre est terminée, il devrait durer...

En parlant d’atelier, on m’a récemment prêté un joli petit livre intitulé Poésie d’atelier par Élodie Marville, la créatrice de Sacadidie. Elle y présente les ateliers de 10 créatrices de Toulouse et de la région Midi-Pyrénées (créatrice de bijoux, designer textile, céramiste, etc.). De très belles photos illustrent le livre, racontant l’univers de chaque créatrice, les couleurs et matières élues, le lieu choisi. De petits textes expliquent les projets, les techniques, les sources d’inspiration et quelle poésie l’auteur y a vu. Je vous le recommande, il est disponible à l’achat sur le site de Sacadidie.


Merci à Lina ! J’ai eu beaucoup de plaisir à jouer la petite souris dans son atelier, à observer et à photographier ces belles matières.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…