Articles

L'Amérique, de Joan Didion : les revers du rêve américain

De Joan Didion, j’avais lu le fameux L’Année de la pensée magique , un témoignage bouleversant sur le deuil, et Maria avec ou sans rien , un beau roman mélancolique sur l’univers d’Hollywood. Ici, les chroniques de Joan Didion réunies dans L’Amérique par les éditions Grasset ont été extraites de plusieurs essais publiés aux États-Unis ( Slouching towards Bethlehem , 1968 ; The White Album , 1979 ; After Henry , 1992), qui compilaient eux-mêmes des articles parus dans des magazines : The Saturday Evening Post, Life, Esquire, The New York Review of book, The New Yorker. Ces chroniques sont donc représentatives du travail journalistique de l’auteure et de son rôle de témoin des événements qui ont marqué la société américaine des années 60 aux années 80. Joan Didion, une figure du Nouveau Journalisme Le Nouveau Journalisme, qui a vu le jour dans les années 60 aux États-Unis, se caractérise par sa dimension narrative, sa subjectivité et son souffle littéraire. Joan Didion intègre

L'Empreinte, d'Alexandria Marzano-Lesnevich : une tentative d'épuisement des faits

Kiosque, de Jean Rouaud : au théâtre de la rue

Capitaine, d'Adrien Bosc : récit d'un exil collectif

Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre : le roman populaire à son meilleur

Le Jour d'avant, de Sorj Chalandon : une intrigue rocambolesque sur fond de catastrophe minière

Inflammation, d'Éric Maneval : un polar ésotérique palpitant

Mercy Mary Patty, de Lola Lafon : un roman d'apprentissage féminin