Accéder au contenu principal

Le Festival Quai des bulles à Saint-Malo



Ce billet est une contribution de Mathilde, qui vous propose un petit reportage de sa visite au festival de BD Quai des bulles à Saint-Malo, qui a eu lieu le week-end dernier. Un grand merci à elle !

Habitant à Rennes, je vois chaque année les affiches pour le festival Quai des Bulles de Saint-Malo. Jusqu’à présent je n’avais jamais osé y aller, ne connaissant vraiment pas grand-chose à la bande dessinée. Je m’imaginais refoulée à la porte du festival parce que j’aurais échoué à citer dix auteurs de BD… Mais cette année, forte de quelques lectures, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai foncé vers la fameuse cité corsaire. Sur place, il ne fait pas bien chaud alors je suis bien contente d’arriver suffisamment tôt pour ne pas faire la queue à l’extérieur. 


Un quai, des bulles, pas de doutes, c'est là !
L'oiseau à gauche va à Quai des bulles aussi, je l'ai recroisé après, il m'a dit qu'il ne rate jamais un festival




Un gentil jeune homme au contrôle des tickets lèvent des yeux interrogateurs sur moi et commence une phrase « Est-ce que… ? »… Oh mon Dieu, il va me demander de citer des auteurs !! Je le savais, je le savais !! En fait, non, il a juste dit : « Est-ce que vous êtes avec le groupe des scolaires ? » Ouff ! J’ai répondu non et je me suis dirigée vers une première exposition, intitulée « Les arcanes d’Andréas ». Je suis tout de suite impressionnée par la conception de l’expo. Déjà, de loin, la vue d’ensemble est tentante. Les planches originales sont bien mises en valeur, il y a des recoins à découvrir, superbement décorés et en commençant l’expo, je me rends compte qu’on peut presque coller son nez sur les cadres pour voir le détail des dessins, un vrai plaisir !


"Les Arcanes d'Andréas" expo réalisée par Fred Lecaux et la Station d'arts Image

Là j'ai collé mon nez très près pour voir cette superbe planche réalisée au feutre

C’est probablement l’avantage d’aller à Quai des Bulles le vendredi, il y a principalement des scolaires et des professionnels donc beaucoup moins de monde que le samedi et le dimanche. J’ai donc pu prendre tout mon temps pour découvrir le travail d’Andréas, auteur belge de plusieurs sagas : Rork, Capricorne ou bien encore Arq. J’ai appris qu’Andréas a été influencé par la lecture des Comics, qu’il accorde beaucoup d’importance au découpage des cases et qu’il a aussi réalisé un album muet dans sa série Capricorne. Bref, cette expo m’a donné envie de découvrir l’auteur et m’a bien plu ! 

Deux des sagas d'Andréas



Je suis ensuite allée faire un tour à l’atelier « Le livre qui n’existe pas : invente ton livre ! » animé par Vide Cocagne où j’ai trouvé une bande d’ados en pleine réflexion, face à la mer, pour trouver un titre, une histoire et une couverture pour leur livre ! Le courage m’a manqué pour me joindre à eux n’étant pas très douée en dessin (la dernière fois que j’ai joué à pictionnary avec ma nièce, elle a cru que je dessinais une vache alors que c’était une voiture alors je n’ai pas voulu prendre le risque d’une humiliation en publique !). Visiblement les jeunes étaient inspirés, eux !

Des jeunes en pleine création
 

Un bel exemple de réalisation de couverture
 
...et de 4ème de couverture (on notera la critique BFM, référence en metière culturelle)

J’ai ensuite poursuivi ma visite avec le coin jeunesse, dédié cette année à Claude Ponti que je dois confesser, je ne connaissais pas ! J’ai donc appris que Lewis Caroll était l’inspirateur de l’œuvre de Ponti et que celui-ci est connu entre autres choses pour les noms qu’il donne à ses personnages ou à ses lieux (« l’île  des Zertes » par exemple). Au milieu de l’espace jeunesse on trouve d’ailleurs un arbre aux 100 noms dont les feuilles sont les noms des héros de Ponti : les Sept Sœurs Toupareil, Daphné-Nuphar, Eugénie du rire, Hippolène. Ça donne quelques idées de cadeaux à placer sous le sapin cette année ! D’ailleurs, comme le dit le titre de l’expo, Claude Ponti n’a pas écrit que pour les enfants, il a aussi des romans publiés aux Editions de l’Olivier. Avant de quitter l’espace jeunesse, j’ai écouté quelques instants Michel Pomerantz  conter « Alice raconté aux petits enfants ». Les marmots étaient captivés par l’histoire, ça faisait plaisir à voir !

Présentation de l'expo consacrée à Claude Ponti
Des couleurs qui donnent envie de lire !



Les code-barres sont traditionnellement mis en valeur par Ponti
L'arbre aux 100 noms a beaucoup plu aux enfants qui ont retrouvé les noms des personnages des livres lus en classe


Conte avec vu sur mer

Je traverse ensuite rapidement l’exposition consacrée à Sean Philipps décrit par le programme du festival comme « un Britannique, entre BD franco-belge et comics ». Là encore l’expo est superbement conçue et les planches exposée, magnifiques.




Expo de planches originales de Sean Philipps


Malheureusement, le temps me manque pour tout regarder en détail car je tiens à assister à la mini-conférence sur le thème « 7 auteurs, 7 prisons, 7 rencontres ». Quai des bulles avec l’établissement public de coopération culturelle Lire et Livre en Bretagne, la DRAC et la direction interrégionale des services pénitentiaires ont permis à 7 auteurs d’aller à la rencontre de détenus  dans 7 prisons du grand Ouest. Ces auteurs sont Etienne Davodeau, Gégé, Laurent Lefeuvre, Nicoby, Lionel Chouin, Fanny Montgermont et Emmanuel Lepage. Seuls les 4 premiers étaient présents.

Nicoby, Etienne Davodeau, Gégé, Laurent Lefeuvre et l'animateur Arnaud Wassmer

Christian Ryo, directeur de Lire et Livre en Bretagne rend hommage au travail des équipes sur le terrain

Les témoignages des auteurs mettaient en avant le fait que la BD – et le dessin en particulier – est un vecteur d’échange. Elle permet de regrouper autour d’une table des personnes qui sont plus ou moins familier du livre, qui parlent plus ou moins bien français et qui ont eu un lien de plus ou moins bonne qualité avec le livre, à l’école. Etienne Davodeau (que j’aime vraiment beaucoup décidément !) a rappelé que la lecture devait avoir un rôle social en prison. Il a aussi rappelé que l’incarcération n’est en théorie que la privation de la liberté d’aller et venir et qu’il est important de veiller aux respects des autres droits, notamment, celui d’accéder à la culture. C’est justement le travail que réalisent notamment Christine Loquet, chargée de mission promotion de la lecture en direction des publics empêchés et éloignés du livre à Lire et Livre en Bretagne, et son équipe pour ce qui concerne l’accès au livre. C’est d’ailleurs tout le travail réalisé en amont de la venue des auteurs qui rend ces rencontres possibles. 


Comment ne pas céder à l'appel de cette couverture ?!
Il n'est jamais trop tôt pour se mettre à la philo





















Pour finir ma visite, je suis allée faire un tour à l’immense espace exposants où j’ai fait deux achats. Le très sympathique « Caca du coucou » pour ma nièce et pour moi, une BD intitulée « La vie avec Mister Dangerous » de Paul Hornschemeier. Je dois dire que j’ai ensuite un peu regretté mon choix. Cette BD étant éditée par Actes Sud, il m’a semblé après coup que j’aurai du privilégier une plus petite maison d’édition. Une bonne raison d’y retourner l’année prochaine !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Umami, Laïa Jufresa

Umami de l'écrivaine mexicaine Laïa Jufresa fait partie de ces livres qu’on n’a pas envie de finir, tant ses personnages sont attachants. Ce livre, je savais depuis un moment que je le lirais, car je suis l’actualité de son auteure sur les réseaux sociaux. Alors quand je suis tombée sur l’édition de poche d’Umami en librairie, je n’ai pas hésité.

Entretien avec Étienne Chaize, l'auteur d'Helios

Le magnifique Helios d’Étienne Chaize a été publié par les éditions 2024, une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée et les livres illustrés.

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.