Accéder au contenu principal

Le Festival Quai des bulles à Saint-Malo

Ce billet est une contribution de Mathilde, qui vous propose un petit reportage au festival de BD Quai des bulles à Saint-Malo où elle s’est rendue le week-end dernier. Un grand merci à elle !

Habitant à Rennes, je vois chaque année les affiches pour le festival Quai des Bulles de Saint-Malo. Jusqu’à présent, je n’avais jamais osé y aller, ne connaissant vraiment pas grand-chose à la bande dessinée. Je m’imaginais refoulée à la porte du festival parce que j’aurais échoué à citer dix auteurs de BD… Mais cette année, forte de quelques lectures, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai foncé vers la fameuse cité corsaire. Sur place, il ne fait pas bien chaud alors je suis bien contente d’arriver suffisamment tôt pour ne pas faire la queue à l’extérieur.

Reportage au festival Quai des Bulles
Un quai, des bulles, pas de doutes, c'est là !

Saint-Malo la cité corsaire
L'oiseau à gauche va à Quai des bulles aussi, je l'ai recroisé après, il m'a dit qu'il ne rate jamais un festival

Un gentil jeune homme au contrôle des tickets lève des yeux interrogateurs sur moi et commence une phrase « Est-ce que… ? »… Oh mon Dieu, il va me demander de citer des auteurs !! Je le savais, je le savais !! En fait, non, il a juste dit : « Est-ce que vous êtes avec le groupe des scolaires ? » Ouff ! J’ai répondu non et je me suis dirigée vers une première exposition, intitulée « Les arcanes d’Andréas ». Je suis tout de suite impressionnée par la conception de l’expo. Déjà, de loin, la vue d’ensemble est tentante. Les planches originales sont bien mises en valeur, il y a des recoins à découvrir, superbement décorés et en commençant l’expo, je me rends compte qu’on peut presque coller son nez sur les cadres pour voir le détail des dessins, un vrai plaisir !


Expo Les Arcanes d'Andréas
« Les Arcanes d’Andréas », expo réalisée par Fred Lecaux et la Station d’arts Image


C’est probablement l’avantage d’aller à Quai des Bulles le vendredi, il y a principalement des scolaires et des professionnels donc beaucoup moins de monde que le samedi et le dimanche. J’ai pu prendre tout mon temps pour découvrir le travail d’Andréas, auteur belge de plusieurs sagas : Rork, Capricorne ou bien encore Arq. J’ai appris qu’Andréas a été influencé par la lecture des comics, qu’il accorde beaucoup d’importance au découpage des cases et qu’il a aussi réalisé un album muet dans sa série Capricorne. Bref, cette expo m’a donné envie de découvrir l’auteur et m’a bien plu ! 

Deux des sagas d’Andréas

Je suis ensuite allée faire un tour à l’atelier « Le livre qui n’existe pas : invente ton livre ! » animé par Vide Cocagne où j’ai trouvé une bande d’ados en pleine réflexion, face à la mer, pour trouver un titre, une histoire et une couverture pour leur livre ! Le courage m’a manqué pour me joindre à eux n’étant pas très douée en dessin (la dernière fois que j’ai joué à pictionnary avec ma nièce, elle a cru que je dessinais une vache alors que c’était une voiture, alors je n’ai pas voulu prendre le risque d’une humiliation publique !). Visiblement les jeunes étaient inspirés, eux !

Des jeunes en pleine création


Un bel exemple de réalisation de couverture 
 
... et de 4e de couverture (on notera la critique BFM !)

J’ai ensuite poursuivi ma visite avec le coin jeunesse, dédié cette année à Claude Ponti que, je dois le confesser, je ne connaissais pas ! J’ai donc appris que Lewis Caroll était l’inspirateur de l’œuvre de Ponti et que celui-ci est connu entre autres choses pour les noms qu’il donne à ses personnages ou à ses lieux (« l’île des Zertes » par exemple). Au milieu de l’espace jeunesse, on trouve d’ailleurs un arbre aux 100 noms dont les feuilles sont les noms des héros de Ponti : les Sept Sœurs Toupareil, Daphné-Nuphar, Eugénie du rire, Hippolène. Ça donne quelques idées de cadeaux à placer sous le sapin cette année ! D’ailleurs, comme le dit le titre de l’expo, Claude Ponti n’a pas écrit que pour les enfants, il a aussi des romans publiés aux éditions de l’Olivier. Avant de quitter l’espace jeunesse, j’ai écouté quelques instants Michel Pomerantz  conter « Alice raconté aux petits enfants ». Les marmots étaient captivés par l’histoire, ça faisait plaisir à voir !

Présentation de l'expo consacrée à Claude Ponti


Les code-barres sont traditionnellement mis en valeur par Ponti


L'Arbre aux cent noms

Conte avec vue sur mer

Je traverse ensuite rapidement l’exposition consacrée à Sean Philipps décrit par le programme du festival comme « un Britannique, entre BD franco-belge et comics ». Là encore l’expo est superbement conçue et les planches exposées magnifiques.


Expo de planches originales de Sean Philipps

Malheureusement, le temps me manque pour tout regarder en détail, car je tiens à assister à la mini-conférence sur le thème « 7 auteurs, 7 prisons, 7 rencontres ». Quai des bulles, avec l’établissement public de coopération culturelle Lire et Livre en Bretagne, la DRAC et la direction interrégionale des services pénitentiaires, a permis à 7 auteurs d’aller à la rencontre de détenus  dans 7 prisons du grand Ouest. Ces auteurs sont Étienne Davodeau, Gégé, Laurent Lefeuvre, Nicoby, Lionel Chouin, Fanny Montgermont et Emmanuel Lepage. Seuls les 4 premiers étaient présents.


Nicoby, Etienne Davodeau, Gégé, Laurent Lefeuvre et l'animateur Arnaud Wassmer

Christian Ryo, directeur de Lire et Livre en Bretagne rend hommage au travail des équipes sur le terrain

Les témoignages des auteurs mettaient en avant le fait que la BD – et le dessin en particulier – est un vecteur d’échange. Elle permet de regrouper autour d’une table des personnes qui sont plus ou moins familières du livre, qui parlent plus ou moins bien français et qui ont eu un lien de plus ou moins bonne qualité avec le livre, à l’école. Étienne Davodeau (que j’aime vraiment beaucoup, décidément !) a rappelé que la lecture devait avoir un rôle social en prison. Il a aussi rappelé que l’incarcération n’est en théorie que la privation de la liberté d’aller et venir et qu’il est important de veiller aux respects des autres droits, notamment, celui d’accéder à la culture. C’est justement le travail que réalise avec son équipe Christine Loquet, chargée de mission promotion de la lecture en direction des publics empêchés et éloignés du livre à Lire et Livre en Bretagne. C’est d’ailleurs tout le travail réalisé en amont de la venue des auteurs qui rend ces rencontres possibles. 


Comment ne pas céder à l'appel de cette couverture

Il n'est jamais trop tôt pour se mettre à la philo

Pour finir ma visite, je suis allée faire un tour à l’immense espace Exposants où j’ai fait deux achats. Le très sympathique Le caca du coucou pour ma nièce, et pour moi, une BD intitulée La vie avec Mister Dangerous de Paul Hornschemeier. Je dois dire que j’ai ensuite un peu regretté mon choix. Cette BD étant éditée par Actes Sud, il m’a semblé après coup que j’aurai dû privilégier une plus petite maison d’édition. Une bonne raison d’y retourner l’année prochaine !

(Octobre 2012)

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …