Accéder au contenu principal

Crescendo, Collectif



Les éditions numériques ONLIT viennent de publier Crescendo, un recueil de neuf nouvelles primées au concours de nouvelles de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2011-2012. Une première édition papier avait paru au printemps. ONLIT met désormais le recueil à la portée de tous grâce à cet ebook gratuit (téléchargeable sur le site de l’éditeur et dans toutes les bonnes librairies numériques). Les éditions ONLIT sont belges, elles diffusent également une revue en ligne et produisent des spectacles littéraires (Albert Camus lit L'étranger - REMIX). Les publications sont exclusivement numériques et sont au nombre de vingt-trois, consacrées surtout à la création littéraire contemporaine et aussi à la réédition de textes classiques. 



Dans l’introduction de Crescendo, on apprend que les auteurs des quarante-trois textes pré-sélectionnés (sur les 278 initiaux) ont pu bénéficier de conseils pour la relecture et la réécriture, avant d’être lus par un deuxième jury. Les quatre premières nouvelles sont celles des lauréats et les cinq autres ont été distinguées (première publication pour tous quoique pratiquant l’écriture depuis longtemps pour la plupart). Un thème, ou plutôt une idée avait été donnée aux auteurs : « crescendo », interprétée librement par chacun.

Evidemment la diversité des styles et des tonalités est telle qu’on est davantage séduit par certains textes que par d’autres. N’étant pas une grande lectrice de nouvelle, j’ai un peu de mal avec celles où l’auteur a l’ellipse facile, ou quand la chute est trop rapide ou le retournement in extremis. Mais pour chacune, le plaisir de la lecture se situe dans la découverte au fur et à mesure que le texte se déroule, de la « partition » imaginée par l’auteur autour de cette idée d’augmentation d’intensité. Dans certaines (Si J’aime la musique ? ou Le Fruit pourri), c’est le bruit ambiant et le son d’une voix qui vont crescendo, mais dans Tous les Garçons s’appellent Alexandre, c’est l’obsession amoureuse, dans Rue Mauzin, le crescendo est représenté géographiquement (une rue en pente en haut de laquel se trouve l’être aimé), dans La Politesse des rois c’est le rythme du pas du personnage et dans Chronologie non exhaustive, la notoriété d’un tweet. Ces quatre dernières sont celles que j’ai préférées.

Un ebook qui vous donnera forcément envie d’aller fouiller le catalogue de l’éditeur, de continuer à lire des textes contemporains et pourquoi pas de participer au prochain concours ("entre chien et loup" est le thème retenu). Bonne découverte !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Umami, Laïa Jufresa

Umami de l'écrivaine mexicaine Laïa Jufresa fait partie de ces livres qu’on n’a pas envie de finir, tant ses personnages sont attachants. Ce livre, je savais depuis un moment que je le lirais, car je suis l’actualité de son auteure sur les réseaux sociaux. Alors quand je suis tombée sur l’édition de poche d’Umami en librairie, je n’ai pas hésité.

Entretien avec Étienne Chaize, l'auteur d'Helios

Le magnifique Helios d’Étienne Chaize a été publié par les éditions 2024, une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée et les livres illustrés.

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.