Accéder au contenu principal

Crescendo, Collectif

Les éditions numériques ONLIT viennent de publier Crescendo, un recueil de neuf nouvelles primées au concours de nouvelles de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2011-2012. Une première édition papier avait paru au printemps. ONLIT met désormais le recueil à la portée de tous grâce à cet ebook gratuit (téléchargeable sur le site de l’éditeur et dans toutes les bonnes librairies numériques).

Les éditions ONLIT sont belges, elles diffusent également une revue en ligne et produisent des spectacles littéraires (Albert Camus lit L'Étranger — REMIX). Les publications sont exclusivement numériques et sont au nombre de vingt-trois, consacrées surtout à la création littéraire contemporaine et aussi à la réédition de textes classiques.

Dans l’introduction de Crescendo, on apprend que les auteurs des quarante-trois textes présélectionnés (sur les 278 initiaux) ont pu bénéficier de conseils pour la relecture et la réécriture, avant d’être lus par un deuxième jury. Les quatre premières nouvelles sont celles des lauréats et les cinq autres ont été distinguées (première publication pour tous quoique pratiquant l’écriture depuis longtemps pour la plupart). Un thème, ou plutôt une idée avait été donnée aux auteurs : « crescendo », interprétée librement par chacun.

Évidemment la diversité des styles et des tonalités est telle qu’on est davantage séduit par certains textes que par d’autres. N’étant pas une grande lectrice de nouvelles, j’ai un peu de mal avec celles où l’auteur a l’ellipse facile, ou quand la chute est trop rapide ou le retournement in extremis. Mais pour chacune, le plaisir de la lecture se situe dans la découverte, au fur et à mesure que le texte se déroule, de la « partition » imaginée par l’auteur autour de cette idée d’augmentation d’intensité. Dans certaines (Si J’aime la musique ? ou Le Fruit pourri), c’est le bruit ambiant et le son d’une voix qui vont crescendo, mais dans Tous les Garçons s’appellent Alexandre, c’est l’obsession amoureuse ; dans Rue Mauzin, le crescendo est représenté géographiquement (une rue en pente en haut de laquelle se trouve l’être aimé) ; dans La Politesse des rois, c’est le rythme du pas du personnage et dans Chronologie non exhaustive, la notoriété d’un tweet. Ces quatre dernières sont celles que j’ai préférées.

Un ebook qui vous donnera forcément envie d’aller fouiller le catalogue de l’éditeur, de continuer à lire des textes contemporains et pourquoi pas de participer au prochain concours ("entre chien et loup" est le thème retenu). Bonne découverte !

(Décembre 2012) 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …