Accéder au contenu principal

Fenêtre(s) d'UTO, installation pour un livre hybride


L’artiste UTO était en résidence au Zinc à La Friche (Marseille) pour quelques jours, en pleine réflexion sur son projet Fenêtre(s), une œuvre numérique ayant pour point de départ « une écriture hybride, entre texte et vidéo, entre graphisme et création multimédia, entre papier et électronique ». L’artiste a déjà publié un livre, Des Rêves pour demain (2012) et il écrit de la poésie. Il est issu des arts plastiques, et parallèlement à une activité de graphiste, il s’est passionné pour la vidéo et les interactions dans l’espace multimédia. Depuis 2008 il est devenu artiste à temps plein. Les portes d’entrée dans l’univers d’UTO sont donc multiples. 

Une installation alliant livre papier, vidéo et musique

Il a eu la gentillesse de répondre à mes questions de profane quand je suis allée le rencontrer au Transistor, ce lieu de ressources et d'atelier que le Zinc met à disposition du quidam et des artistes, rempli d’ordinateurs, d’écrans, de fauteuils et de livres sur les arts numériques. Il y a fait une présentation aux curieux venus l’écouter partager les idées, questions et pistes que le thème des fenêtres a fait éclore en lui pour son projet de livre hybride.

Première publication papier d'UTO

UTO était déjà venu à Marseille l’année dernière (en résidence au Zinc) et avait proposé « Entre nos mains », une série d’ateliers à la bibliothèque départementale de prêt autour d’objets-livres hybrides sortes de prototypes réalisés collectivement. J’aurais aimé participer à ces ateliers mais j'avais eu l'info trop tard. Du coup, Jean, qui y était, m’a raconté quelques-unes des expériences menées là-bas pour mettre en relation l’écriture littéraire et les autres médias : une écriture collaborative ayant pris la forme d’un clavardage ou encore la création de QR codes générés par un programme à partir d’un texte littéraire. Le passage d’un média à un autre devant apporter un renouveau du sens attaché au contenu. 


prototype en cours de réalisation
 


Vidéo projetée sur le livre papier

A la base, UTO n’est pas convaincu par l’offre éditoriale de livres enrichis et surtout il se demande pourquoi un livre numérique devrait se lire sur une tablette. Il a donc décidé que le contenu multimédia viendrait s’ajouter à un livre papier selon le mode opératoire suivant : une lampe de lecture contenant une webcam et un vidéoprojecteur miniature est placée au dessus d’un livre, et projette dessus du contenu vidéo. Des symboles permettent  à la webcam de localiser les pages et d’y diffuser le contenu adapté. Le livre reste lisible sans les portions de récits apportées par les vidéos. UTO souhaite aussi voir comment la diffusion d’une boucle sonore pourrait interagir avec le livre. Le processus de transformation de l’œuvre induit par le passage d’un média à un autre semble être au cœur de ses questionnements, et introduit l’idée intéressante de plusieurs niveaux de lecture d’un même objet. 

papier, image, musique...
 
Enregistrement d'une boucle sonore
  
Dans les échanges qui ont suivi la présentation du travail d’UTO, s’est bien sûr posée la question de la réception de l’œuvre. UTO conçoit l’interaction avec le lecteur comme un autre moyen de renouveler la forme du livre hybride (idée d’introduire des pliages ludiques par exemple). Il imagine une installation possible de la lampe de lecture dans un lieu public, tel qu’une bibliothèque. Sa propre pratique de l’écriture étant faite de fragments, il imagine un dispositif pour une lecture du contenu par bribes. L’œuvre finale n’est plus conçue comme un objet individuel.

 
Réflexions sur le thème des fenêtres

Au début j’ai été un peu troublée par le décalage entre ce qu’on entend habituellement par livre multimédia et l’intrusion du livre papier comme support d’une œuvre numérique. Mais c’est bien d’un livre hybride dont il s’agit. Tout l’art d’UTO est justement de brouiller les pistes et de nous obliger à regarder vers des directions inconnues. Du coup je m’autorise une petite réflexion personnelle digressive. A partir de quand un livre numérique enrichi de contenu multimédia (lu sur tablette) n’est-il plus considéré comme un livre mais comme une œuvre numérique ? Et a contrario qu’est-ce qui fait qu’il va demeurer une œuvre littéraire malgré tout ? Si je tente de répondre je dirais que l’auteur du texte doit être partie prenante de la réalisation, que la démarche littéraire est principalement liée à une recherche sur la langue, mais que pour avoir une vraie expérience de lecture augmentée, le contenu multimédia doit être intégré au texte et non annexe.

 
Performance : ce qui arrive quand une fenêtre de papier se déroule

Un grand merci au Zinc pour l’accueil et à UTO d’avoir partagé ses réflexions et idées avec nous, c’était très généreux de sa part. Ne manquez pas d’aller visiter son site, conçu comme un journal de ses expérimentations. 

Pour aller plus loin sur la question de l'hybridation des supports de lecture, voir cette vidéo du Labo de l'édition (bnf) :





Commentaires

Anonyme a dit…
Bravo pour ce travail, c'est épatant ! L'idée me fait un peu penser au principe des ciné-concert où l'on associe musique live et cinéma. On peut imaginer une lecture publique d'un livre hybride dans le même esprit. J'y assisterai avec plaisir !
On peut en effet imaginer plein d'"applications" à partir de cette idée d'UTO de lampe de lecture et de livre papier servant de support à d'autres médias... Merci pour l'idée !