Accéder au contenu principal

Le Festival CoLibris et ma rencontre avec L'atelier du tilde

Le week-end dernier avait lieu la 6e édition du Festival CoLibris, à La Friche. Organisé par La Marelle, il proposait cette année un « regard croisé latino-arabe ». Un rapprochement inspiré tout d’abord par l’histoire et les migrations, puisque de nombreux auteurs sud-américains ont des origines arabes ; puis par les influences et les similitudes entre ces littératures (le conte oriental, le réalisme magique) ; et enfin par une même tradition de l’engagement politique. Le programme était riche : rencontres, lectures, projections, concerts, avec des discussions hors de Marseille, sur le territoire, à Arles (CITL) et à Aix-en-Provence (MMSH). 

Festival CoLibris, à La Friche, à Marseille


Pour ma part, j’y suis allée le samedi après-midi. J’ai d’abord assisté à la rencontre avec l’écrivain mexicain Alberto Ruy-Sanchez, auteur d’À mon cœur désirant (éditions Galaade), roman dont La Marelle offrait un extrait permettant de découvrir la langue poétique et sensuelle de l’auteur. Parti à Mogador (Essaouira au Maroc) pour trouver sa propre voix, l’écrivain y est tombé amoureux. Il a déclaré avoir voulu écrire « l’équivalent pour le toucher de ce que Le Parfum est à l’odorat » et son approche de la ville est devenue une métaphore du langage du désir (patience, fascination, sacralité et mystique)…

Un peu plus tard dans l’après-midi avait lieu la rencontre intitulée « Déplacements », avec l’écrivain chilien Walter Garib et l’écrivain guatémaltèque Eduardo Halfon. Dans son roman La Pirouette (éditions Quai Voltaire), Eduardo Halfon évoque l’amitié d’un professeur guatémaltèque et d’un pianiste serbe animé par un conflit entre ses identités serbe et gitane. L’auteur nous a raconté s’être inspiré de son propre conflit entre ses identités juive et arabe (trois grands-pères originaires du Liban, de Syrie et d’Égypte). Il a joliment conclu sur l’idée qu’il se sentait partout chez lui, grâce à cette « identité liquide »… 

Julia Cultien, Solène Bérodot, Waler Garib, Alexis Dedieu, Alain Nicolas

Le roman de Walter Garib, Le Voyageur au tapis magique, édité par la maison d’édition lyonnaise L’atelier du tilde, raconte quant à lui l’histoire d’une famille sur trois générations, depuis son arrivée de Palestine au Paraguay à la fin du XIXe siècle pour fuir « la domination turque » et le « despotisme anglais » à son installation à Buenos Aires. Je suis en train de lire le livre, il est constitué d’une succession d’histoires dans l’histoire, racontant des parcours individuels (des souvenirs formant des boucles temporelles) dont l’enchâssement tisse au fur et à mesure la trame du roman. Alexis Dedieu, l’éditeur, avec qui j’ai eu le plaisir de discuter plus longuement puisqu’il a accepté de répondre à mes questions, y voit un syncrétisme, c’est-à-dire « une synthèse de certains aspects du réel merveilleux et de la tradition des mille et une nuits ». Par ailleurs, d’après lui, la tradition du conte fantastique et merveilleux en Amérique du Sud, encore vivace dans la littérature contemporaine, s’ancre dans une époque où l’on appréhendait encore de manière épique un monde constitué d’espaces sauvages et inconnus. 


Le Voyageur au tapis magique de Walter Garib


Ce qu’il y a de bien dans les festivals, ce sont certes les rencontres auxquelles on assiste, mais aussi celles que l’on fait ! C’est pourquoi je voudrais vous parler davantage du travail de la maison d’édition L’atelier du tilde, car je suis heureuse d’avoir fait la connaissance de son équipe. Ils proposent un catalogue d’auteurs hispanophones, essentiellement latino-américains, dédié à la fois à la littérature contemporaine et à des textes dits « patrimoniaux ». Une des particularités des éditions est la fabrication artisanale de leurs livres. C’est ainsi que j’ai pu participer à un atelier de reliure japonaise animé par Julia Cultien (qui, en plus de la reliure des livres, traduit des textes et s’occupe de la distribution).

L’atelier du tilde est né il y a deux ans et demi et compte une troisième personne, Delphine Giard, chargée des relations commerciales. Je vous conseille d’aller faire un tour sur leur site pour découvrir les quatre collections du catalogue, et dans La Boîte @ textes, des entretiens, vidéos, dossiers thématiques, biographies et photos de rencontres. Alexis Dedieu m’a expliqué que la fabrication artisanale des livres provenait à la base d’un désir de trouver une nouvelle forme de support pour diffuser les idées d’une édition indépendante. Mais en France où l’on sacralise l’objet-livre, l’apparence esthétisante du livre a tendance à détourner l’attention du contenu. Par ailleurs, la maison d’édition envisage une « redéfinition du rapport à l’impression pour redéfinir le rapport à la distribution ». Autrement dit, standardiser une partie de la production leur permettra d’être mieux diffusés et ainsi de mieux se consacrer au travail d’édition. Sur les enjeux de la diffusion en Amérique du Sud et en France, je vous conseille de lire cet intéressant article de l’éditeur.

Un autre projet sur lequel travaille Alexis Dedieu, avec sa collègue Mariana Lerner de Buenos Aires, est la revue Corrientes, dont le lancement est imminent, et qui est destinée à nourrir les échanges entre l’Amérique du Sud et l’Europe. Il s’agit d’une revue multimédia proposant des chroniques culturelles dans les domaines de la littérature, des arts visuels, de l’illustration, etc. Le premier numéro est intitulé « Eldorado, cartographie d’un dossier sans avenir » et il s’articule autour d’un dossier rétrospectif du travail de l’artiste suisse Vreni Spieser. Une quarantaine de contributeurs de diverses disciplines, d’Amérique du Sud et d’Europe, ont participé à la revue, qui a été conçue comme une cartographie visuellement composée de « régions thématiques » à parcourir… Il me tarde de découvrir ce projet carrément enthousiasmant.

En résumé, grâce au festival CoLibris, en quelques heures, j’ai fait de vraies découvertes et des rencontres stimulantes, comme on aimerait en faire plus souvent !

À lire sur le blog :
— Le Festival CoLibris à Marseille (édition 2012)

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La Marche royale, Andreas Latzko

La Marche royale est un court roman de l’écrivain austro-hongrois Andreas Latzko (1876-1943). C’est Nathalie Eberhardt, coresponsable des éditions La dernière goutte qui en livre ici une belle traduction pour les lecteurs francophones (d’après une édition allemande parue en 1932). Qu’est-ce qui nous pousse à nous emparer d’un livre ? Une convergence de petites choses, j’imagine, par exemple l’admiration pour une maison d’édition et son travail de découverte de textes étrangers, contemporains ou classiques, parfois rares ou oubliés, toujours percutants.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le Musée de l'imprimerie à Nantes

Si vous passez par Nantes, ne manquez pas de vous rendre au Musée de l’Imprimerie, fondé en 1986 et géré par l’Association Pro Arte Graphica. Véritable lieu de conservation des techniques anciennes de l’imprimerie, il propose en plus de la traditionnelle salle d’exposition un espace de démonstration animé par des professionnels passionnés. Car le musée est une imprimerie qui accueille des scolaires et des stagiaires et qui produit aussi des documents pour des artistes selon d’anciennes méthodes d’impression. Avec l’industrialisation de l’édition, la composition et l’impression typographique, la lithographie ou la gravure ont été remplacées par la photocomposition* puis la PAO* et par l’offset* et l’héliogravure*. Mais nous restons fascinés par le geste de l’ouvrier et de l’artiste, par l’unicité de l’œuvre produite, la porosité de sa matière et l’éclat de ses couleurs.