Accéder au contenu principal

Madame 6

J'ai connu les éditions Le Berbolgru via la campagne Ulule qu'elles ont lancée pour l'édition de ce numéro 6 de Madame (paru en mai dernier). Le financement participatif est devenu une manière sympathique pour les éditeurs de tisser des liens avec leur lectorat. Quand j'ai eu mon exemplaire de la revue entre les mains, j'ai été contente d'y avoir un tout petit peu contribué, indirectement. Un beau projet, puisqu'au début Madame était un fanzine, mais qu'aujourd'hui, c'est devenu une revue de 200 pages, à laquelle ont participé 38 auteurs, et notamment le talentueux Brecht Evens (couverture). 

Du fanzine à la revue : un cabaret à feuilles ouvertes

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Madame 6 offre à ses lecteurs un contenu hétéroclite. Images et textes, couleur et noir et blanc, poésie, nouvelles, extrait de roman, cahiers de dessin, collages, photographie, photocopy art, bande dessinée... Certaines propositions dialoguent entre elles, mais la plupart se suffisent. On serait tenté de se demander où se situe l'unité de la revue, et selon quels critères les œuvres ont été réunies. Mais on prendrait peut-être le projet par le mauvais bout. Puisqu'en page une, on peut lire : « Madame est une revue. / Madame est une meneuse de revue. / Madame est un grand cabaret plein de pages. » Chaque proposition est donc recevable comme une entité, puisque telle est l'orchestration voulue par l'éditeur.

Le goût de l’étrange

La plupart des œuvres compilées dans la revue ont en commun un goût prononcé pour l'absurde, le trash, l'étrange, l'onirique, l'inquiétant, la poésie et la fantaisie... (ce qui confère finalement à Madame 6 une certaine unité de ton). Pour ma part, je n'ai pas tout aimé, notamment certains textes, un peu trop dark. Mais d'autres étaient plus à mon goût, à commencer par le passionnant Journal des rêves (Robert Crumb), ou encore I am (not) Leonardo (Christophe Siébert) et Un Professionnel (Tristan Séré de Rivières)... Côté images, le Cahier de dessins de Benoît Guillaume, le beau dessin de Rebecka Tollens et les surprenantes Créatures exotiques (Léa Magnien & Miroslav Sekulic-Struja) m'ont bien plu.

Instantané éditorial

Un objet original, ce Madame 6... Qui mérite qu'on baisse la garde, et qu'on accorde son attention à des auteurs qu'on ne connaissait pas, ou vers lesquels on ne serait pas allé spontanément, car ils font partie – au même titre que d'autres, plus médiatisés – du paysage littéraire/graphique contemporain. 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Umami, Laïa Jufresa

Umami de l'écrivaine mexicaine Laïa Jufresa fait partie de ces livres qu’on n’a pas envie de finir, tant ses personnages sont attachants. Ce livre, je savais depuis un moment que je le lirais, car je suis l’actualité de son auteure sur les réseaux sociaux. Alors quand je suis tombée sur l’édition de poche d’Umami en librairie, je n’ai pas hésité.

Entretien avec Étienne Chaize, l'auteur d'Helios

Le magnifique Helios d’Étienne Chaize a été publié par les éditions 2024, une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée et les livres illustrés.

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.