Accéder au contenu principal

Hunger Games de Suzanne Collins

Alors que l’affiche du film Hunger Games était placardée dans tout Marseille, ma curiosité a été titillée par ce phénomène littéraire adolescent du moment dont l’écrivaine américaine Suzanne Collins est l’auteure. J’ai opté pour l’achat de l’ebook à 14,99 € (quand même ! Sous DRM, c’est-à-dire crypté et déchiffrable par un nombre limité d’appareils). Petite déception quant à l’absence de couverture sur l’epub, car elle représente un geai moqueur entouré d’un anneau, animal important dans le bestiaire de la série.

Hunger Games tome 1 en ebookMais je n’ai pas regretté ma lecture ! L’histoire de Hunger Games se passe dans un futur indéterminé, dans ce que furent anciennement les États-Unis. À la suite de grandes catastrophes, les survivants du pays ont été regroupés en districts autour du Capitole, lieu de l’administration et du gouvernement. Dans le passé, une rébellion a été matée par l’élimination du treizième district et l’invention des Hunger Games, jeux de la faim, un reality show où un garçon et une fille de chaque district sont prélevés chaque année comme tributs pour s’y battre jusqu’à la mort, le gagnant étant le survivant.

Qu’est-ce qui rend donc le récit tissé par Suzanne Collins si haletant et la lecture si plaisante ? Le scénario rappelle celui de Battle Royal dans une version américaine plus édulcorée, mais néanmoins efficace. L’héroïne Katniss Everdeen évolue dans un environnement hostile. Dans son quartier, la Veine, elle survit grâce au marché noir et aux prises faites à la chasse qu’elle pratique illégalement avec un arc hérité de son père. Une majorité est injustement opprimée par une minorité, le reality show sanglant étant le point culminant de cette oppression. Mais l’imaginaire du lecteur s’ancre aussi dans un temps mythique, où les personnages connaissent les secrets des plantes qui soignent, où Katniss, toute en ruse et en agilité évoque une sorte de petite Diane chasseresse, dépositaire d’un savoir ancien sur la forêt. Et puis il y a ce Capitole futuriste, où l’on imagine les personnages évoluer dans un décor à la Moebius, en plus menaçant.

Voilà quelques ingrédients de cette bonne tambouille ! Vous en reprendrez bien une louche ?! Oui, volontiers, j’ai plutôt hâte de lire la suite de Hunger Games. Certes, la naïveté des sentiments amoureux naissants est un peu niaiseuse, mais il s’agit de littérature jeunesse après tout. Et tout n’est pas dit sur l’héroïne dans ce premier tome, on sent qu’elle pourrait évoluer, je la verrais bien devenir le symbole d’une rébellion… Hum hum, qui lira verra !

Commentaires

Anonyme a dit…
J'ai lu ce livre qui effectivement est efficace ! On est tenu en haleine dès que le "jeu" commence. A mon goût, une seule chose à redire, le contexte est posé un peu longuement au début mais peut être est-ce pour mieux amener les deux autres tomes de la trilogie ? Et d'ailleurs que vaut la suite ? A lire aussi ?
Sophie a dit…
Je n'ai pas encore lu la suite ! Mais je ne manquerai pas de vous dire, et vous non plus n'hésitez pas ! D'ailleurs, sachez que si vous souhaitez écrire une p'tite note à propos de cette suite (ou d'un autre livre ou d'un événement littéraire), vous êtes le/la bienvenu(e) sur ce blog. La rubrique Livrez-vous ! est prévue à cet effet. Alors au plaisir peut-être !
Léa a dit…
J'ai beaucoup aimé le 1er tome, dès les premières pages on est plongés dans le récit et on a du mal à se détacher de l'histoire. On s'attache vite à l'héroine, ainsi qu'à tous les personnages. Les tomes 2 et 3 m'ont moins convaincus, je ne les trouves pas à la hauteur du premier. Mais c'est un livre que je conseille de lire car l'histoire est vraiment hors du commun et surprenante

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…