Accéder au contenu principal

Librairies #1 Librairie de l'Arbre

Allez ! J’vous emmène ! Entrons ensemble dans les locaux de la Librairie de l’Arbre à Marseille, située dans le quartier de La Plaine, au 38, rue des Trois Mages. C’est le gentil libraire Xavier Pène qui nous accueille dans sa librairie spécialisée en sciences politiques, humaines et sociales, ouverte depuis septembre 2011. 

Les thématiques travaillées sont d’actualité, puisque le lecteur curieux que vous êtes y trouvera des rayons consacrés à l’écologie, à la politique, à la pensée économique, à la géopolitique, aux mass medias, etc. Avec notamment un rayon BD et un rayon jeunesse liés à ces sujets, des DVD et des revues spécialisées.  


Le libraire défend son indépendance par un travail quotidien de recherches bibliographiques pour alimenter son fonds (il ne reçoit pas d’office, c’est-à-dire d’envoi automatique des nouveautés). Le résultat est une certaine pertinence entre ce qui est annoncé et ce qu'on trouve effectivement en rayon. En ce qui concerne le livre numérique, il m’explique qu’il n’y voit pas vraiment d’intérêt mais pas non plus de danger. La concurrence est plutôt du côté de la vente en ligne, avec des structures qui n’ont pas les charges qu’une librairie indépendante de centre-ville doit supporter. Xavier Pène conclut sur le sujet du numérique en affirmant qu’il est un amoureux de l’objet-livre.



La Librairie de l'Arbre entend faire réagir sur le monde. Forte de son emplacement dans un quartier populaire de Marseille, la librairie participe activement à la vie de la cité. Xavier Pène et sa femme Audrey organisent deux rencontres d’auteurs par mois, des ateliers d'écriture tous les jeudi soir, une expo par mois dans le bel espace dédié. Vous l’avez compris, ça s’bouscule au portillon de la librairie ! En projet également, l’agrandissement des locaux pour proposer au public une petite salle de projection de films en rapport avec le fonds. Tout ceci en collaboration avec les éditeurs et le tissu associatif de Marseille.


De mon côté je repars avec J’ai un rêve, opuscule du rappeur Axiom, paru aux éditions Denoël. L’auteur est porte-parole de l’association AC LEFEU qui milite pour que la politique entre dans les quartiers populaires et pour une meilleure connaissance des droits civiques. C’est le propos de ce petit texte, que je trouve à côté du texte de Martin Luther King I Have a dream sur le présentoir où sont rassemblés les livres de la super collection Les Grands Discours au Seuil. La couverture rappelle les couleurs de l’affiche électorale de Barack Obama « Hope » réalisée par l’artiste de street art américain Shepard Fairey (Obey). Et en effet, une des sources d’inspiration d’Axiom est le combat des Noirs américains pour leurs droits civiques. Un livre salvateur, plein d’espoir, à lire et faire lire à ceux qui sont encore tentés par l’abstention.



Voilà un échantillon de ce qu’on trouve à la Librairie de l’Arbre ! Vous voyez que vous avez bien fait d’entrer, et maintenant que vous connaissez le chemin, vous pourrez revenir. Ci-dessous vous trouverez un petit récapitulatif de l’actualité de la librairie en cours et à venir, enjoy !

Expos
Actuellement photos d’Alexa & Irène Brunet, extraites du livre Habitat atypique (Images en Manœuvre éditions).
Du 5 au 19 mai, « Les Images de Plonk et Reponk » dans le cadre des Rencontres de l’illustration (vernissage le 10 mai à 19 h) en partage avec la librairie Le Lièvre de Mars. 

Rencontre
5 mai avec Arkadi Filine autour de son livre Oublier Fukushima. Avec la collaboration du Collectif Antinucléaire.

Hors les murs

9 mai prochain à l’Institut de Management à Aix pour une conférence de Christophe Hague autour de son livre La Poulpe attitude.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…