Accéder au contenu principal

Librairies #2 La Soupe de l'Espace

Avez-vous entendu parler de La Soupe de l’Espace ? C’est la librairie jeunesse la plus cool que je connaisse ! Elle est située 9, avenue des Iles d’Or dans la belle ville de Hyères, dans le Var. C’est Mélanie Cudel et Jean Pichinoty qui sont aux manettes de cette magnifique librairie-boutique depuis le vendredi 13 juin 2008 précisément, ça ne s’invente pas. En septembre 2010, la librairie a déménagé dans les locaux actuels pour lesquels les libraires ont eu un coup de cœur et qui leur permettent d’accueillir tout le monde plus facilement les jours de dédicaces... C’est un espace tout en courbes, coloré, qui me fait personnellement penser au manège enchanté de notre enfance, tournicoti, tournicoton, un p’tit tour, ça vous tente ?!

La librairie est donc spécialisée jeunesse mais pas que. On y trouve aussi de la BD, des livres pour les adultes (romans contemporains) et surprise… des vinyles ! Elle possède la particularité d’être aussi une boutique, avec des jeux pour les enfants et toutes sortes de drôles d’objets insolites pour les adultes (déco, bijoux, etc.). « Les adultes aussi ont un côté loufoque », me confirme Mélanie la libraire ! Ah bon, c’est vrai, on a le droit ?! Allez hop, ce parapluie rétro noir à pois bleus, il est pour moi.



Le rôle de commerce de proximité de la librairie n’est pas pris à la légère à La Soupe de l’Espace. Mélanie Cudel m’explique l’importance des liens tissés avec les clients. Une connaissance mutuelle dont atteste le mur derrière le comptoir, recouvert de cartes postales. Il faut dire que les libraires se démènent. L’équipe s’est renforcée avec l’arrivée d’une employée (Sarah) et actuellement l’aide d’une stagiaire (Camille). Et quand les libraires vous parlent des livres, ils n’oublient pas de parler aussi de ceux qui les font : les auteurs et les éditeurs. Et même, ils les invitent régulièrement à Hyères (voir plus bas les dates des rencontres à venir).

Nous abordons la question du livre numérique avec Mélanie Cudel. Je sens une certaine inquiétude. Elle m’explique qu’ils n’y sont pas opposés dans le cadre d’un usage scolaire pour alléger les cartables. Mais pour elle, le livre reste un objet qui nous appartient et qu’on peut partager, qui est lié à des souvenirs, à des sensations (des matières, des odeurs). Elle ajoute que le prix d’un iPad le rend inaccessible à beaucoup, point sur lequel nous tombons d’accord. Elle s’interroge aussi quant aux conséquences du piratage sur la création (moins de rémunérations, donc moins de production). Cet échange est intéressant et dans le discours de la libraire je perçois de la bienveillance à l’égard des lecteurs et des auteurs.




En parlant de numérique, il faut aller voir le blog de la librairie ! Les deux libraires étant d’anciens graphistes, ceci explique cela : le blog est beau, il a une vraie identité graphique (grâce notamment aux « illustrations de saisons » de Marie Desbons). Dessus, on trouve des coups de cœur/gueule et toute l’actualité de la librairie : dédicaces, ateliers, expos, lectures de contes, et même des recettes de cuisine. Les chroniques sont assurées par les libraires, la stagiaire et même les clients, c’est vraiment ce qu’on appelle un espace participatif.

Très heureuse de ma petite visite, ça faisait longtemps, je repars avec mon parapluie, un bel album de Virginie Jamin, Monsieur Millefeuille et un extrait de roman offert par la libraire, GoodBye Berlin, un road movie pour ado qui commence bien, un best-seller allemand. Voilà, faites-vous plaisir en allant flâner à La Soupe de l’Espace avec vos bambins ou tout seul avec votre loufoquerie (il faut la nourrir sinon…) ! Profitez-en, demain samedi 12 mai c’est Julia Wauters actuellement exposée qui sera en dédicace.



Pour finir, voici un résumé des dédicaces à venir que Mélanie a eu la gentillesse de me dévoiler (elles ont lieu toute la journée et les auteurs dédicacent tous leurs livres disponibles) :
  • 12 mai : Julia Wauters + expo en cours jusque fin juin (illustratrice jeunesse utilisant la sérigraphie, auteur de l’imagier d’Une Nuit loin d’ici).
  • 16 juin : Marc Boutavant (illustrateur auteur du Voyage autour du monde de Mouk et de la série de BD jeunesse Ariol).
  • 7 juillet : Laurent Moreau + expo en juillet-août (illustrateur auteur dernièrement de Nuit des rêve).
  • En septembre : Émile Bravo (illustrateur auteur de BD, il a notamment redessiné Spirou).
(Mai 2012)

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …