Accéder au contenu principal

Le Festival du livre de la Canebière à Marseille

Du 8 au 10 juin avait lieu la 4e édition du Festival du livre de la Canebière, non seulement sur le square Léon Blum en haut de l’avenue, mais aussi au pied du Fort Saint-Jean, sur le voilier Le Don du vent au Vieux-Port et sur l’archipel du Frioul. Des ateliers, expos ou rencontres étaient également programmés dans divers lieux culturels de la ville. Bref, même si vous n’habitiez pas aux environs de la Canebière, vous aviez des chances d’entendre parler de livres, à plusieurs carrefours marseillais !

Zarafa version pop

Le festival est organisé par l’association marseillaise Couleurs Cactus, qui agit « socioculturellement » afin de mélanger un peu les gens, et particulièrement les habitants aux artistes. Un festival ouvert au vent du large puisque les thèmes abordés cette année étaient les mouvements migratoires, le métissage social et culturel et les lieux de transit. Des auteurs et des éditeurs venus d’ici et d’ailleurs étaient donc présents pour parler de l’Autre à la 1re ou à la 3e personne.

Sous la tente des rencontres

Dans le périmètre de la Canebière, il y avait déjà beaucoup à découvrir et j’ai rapidement été plongée dans le vif du sujet, car sous la tente des rencontres une vraie polémique était en cours quand je suis arrivée. L’auteur François Devenne était là pour parler de son livre La Nuit d’Ivoire (Actes Sud, 2011), un roman d’initiation dont l’action se passe au Kenya, qui met en scène deux jeunes garçons, l’un du pays Massaï et l’autre de Nairobi. Le débat portait sur l’objectivité de l’auteur dans la description d’exactions, sur l’absence de moralité dans la littérature et sur la position anthropologique consistant à essayer de comprendre des faits en oubliant son point de vue occidental. La rencontre a donné lieu à un débat passionnant entre l’auteur, le médiateur et le public et m’a donné envie de lire le livre.

Ensuite, j’ai flâné du côté des stands de livres, et je suis tombée sur « L’espace livre numérique » où deux gentils jeunes gens proposaient au public de tester dans des poufs colorés un iPad sur lequel étaient chargés des ebooks. (Pas de liseuse curieusement, pourtant économiquement plus accessible au public qu’une tablette.) Les animateurs m’ont expliqué qu’ils ont rencontré un vif succès avec les classes accueillies le vendredi.

Les animateurs de "l'espace livre numérique"

Un peu plus loi, oh surprise ! Des membres du Art Book Collectif (ABC), Maria et Riton, étaient là. C’est le collectif qui est à l’origine de la présence de Zarafa et de son girafon Marcel sur la Canebière. Certains d’entre vous ne les connaissent peut-être pas. Ces sculptures sont situées en haut de la Canebière, et dans le ventre du girafon, on peut déposer des livres et en prendre. C’est une des trois bornes de dépôt du Art Book Collectif, les 2 autres étant le ventre du Rhinocéros bicorne du Frioul et celui de la Sirène du Théâtre Silvain (7e arrondissement). Le principe, vous l’aurez compris est celui du book crossing, mais eux lui préfèrent le terme de « livre-échange ». Ca tombait bien, j’étais d’humeur troqueuse : j’ai déposé dans la borne-cadre (une borne nomade) La Délicatesse de Foenkinos, acheté 1 € au vide-grenier de mon quartier, je n’ai pas du tout aimé cette histoire d’amour bureautique, mais c’est un livre qui plaît aux gens paraît-il… En échange j’ai pris Immensités de Sylvie Germain dont j’avais tellement aimé Magnus. À l’intérieur, une étiquette m’informe qu’il provient du ventre du Rhinocéros, un livre insulaire, je ne sais pas pourquoi, mais ça me plaît, en voilà un qui a voyagé ! Je précise qu’en temps normal on n’est pas obligé de donner pour prendre (oui je sais on n’est pas habitués) et que l’étiquette n’est pas indispensable. C’est ça le « livre-échange » !

Maria et Riton membres du Art Book Collectif

"Ce livre a été libéré dans la borne de livre-échange Zarafa et Marcel de la Canebière à Marseille/par.../date..."  


Zarafa et Marcel en arrière-plan

Le livre que j'ai pris vient du Frioul !

Je repars bien contente de ces découvertes et de ces rencontres, ayant passé un bon moment dans un lieu dans lequel je ne fais souvent que passer. En cette journée électorale, je me sens un peu plus habitante de mon quartier, ce n’est pas rien.

(Juin 2012)

Commentaires

Anonyme a dit…
Très bon post ! Aurais-tu des conseils pour mettre en place un "livre-échange" ? Penses-tu qu'une municipalité puisse appuyer ce genre de démarche ?
Sophie a dit…
Merci à toi ! Alors... je te conseille d'aller voir le site de l'association Art Book Collectif, je viens d'activer un lien vers leur nouveau site. Pour te répondre, intuitivement, je dirais qu'il faut un lieu, une borne (donc un plasticien), l'accord de la municipalité probablement et des livres ! Je sais que la sirène créée par ABC a été commandée par un théâtre et Zarafa par la mairie du 1er secteur. Il y a des bornes temporaires et d'autres établies, en tous cas celles du ABC ont été créées par des plasticiens. Une amie m'a parlé de boites-vitrines à Bordeaux situées dans des lieux publics, le principe est le même mais les livres sont protégés des intempéries, mais il pleut plus à Bordeaux qu'à Marseille, à Rennes, ça paraît carrément indispensable ! haha ! voilà, sinon il y a une adresse de contact sur le site d'ABC, eux sauront te répondre je pense.

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…