Accéder au contenu principal

Sur La Route - le rouleau original, Jack Kerouac

Sur La Route de Jack Kerouac est un roman qui a poussé des générations de jeunes lecteurs sur les routes du monde entier. Personnellement, je l’ai lu il y un peu plus de 10 ans dans l’édition de 1957 qui prévalait alors. Mais Allen Ginsberg l’avait prédit : « Quand tout le monde sera mort, le roman sera publié dans toute sa folie. » C’est bien ce qui a fini par arriver et si vous avez aimé la version de 1957, vous allez adorer la nouvelle édition établie par Howard Cunnell (Gallimard, 2010), enrichie de préfaces passionnantes. On y apprend notamment que le texte du rouleau a été écrit à partir de plusieurs « proto-versions », puis à l’époque retravaillé pour éviter des accusations pour obscénité ou diffamation. Cette nouvelle édition restitue la prose originelle de Kerouac : le rouleau est publié tel quel, avec les personnages, scènes et éléments autobiographiques (la mort du père) autrefois supprimés.

Sur la route de Jack Kerouac en édition de poche
L'édition de 1957 et celle de 2010...

Kerouac écrit à la première personne une aventure collective, celle de son cercle d’amis, de leurs virées nocturnes et de leurs voyages en voiture à tombeau ouvert sur tout le continent américain de 1947 à 1950. Ils sont la « beat generation » : fauchés, amateurs de jazz, de littérature et épris de liberté. Sur La Route, c’est la peinture d’une époque, de comment la liberté s’incarna dans l’Amérique des années 50. Le personnage de Neal Cassady représente cet élan, cette joie et cette énergie qui les animait. Les beats ont une manière d’être au monde sans concessions, ils absorbent littéralement le monde : « la voiture tanguait au rythme de la bonne pulse qu’on tenait nous-mêmes dans notre joie, notre enthousiasme suprême du fait de parler et de vivre jusqu’au bout. » Il faut faire le lien avec la « pulse » du be-bop qui fut la modernité du jazz de l’époque, la musique de l’exaltation et de la transe collective.

Les belles éditions du rouleau original chez Penguin et Gallimard

Le roman est à lui seul un creuset des premières heures de la contre-culture. Il est aussi plus que ça. Jack Kerouac se pensait investi d’une mission spirituelle : raconter la nuit américaine, « faire l’inventaire » de son pays. Au Texas, un mystérieux « grand vieux à la chevelure blanche flottante » apparaît et lui crie « Va-t’en pleurer sur l’homme », et Kerouac de se demander s’il doit continuer son pèlerinage... Alors il raconte, et il le fait avec toute l’indulgence du monde à l’égard des hipsters, serre-frains, okies, fallahins, ces personnages légendaires croisés sur la route 6, dans les diners, les saloons, les trains de marchandises, sur les rives du Mississippi… Car c’est sur la route qu’il enregistre les mots et les visions : « les villes du Nebraska (…) se déroulaient en accéléré comme la bobine d’un rêve, dans le rugissement du moteur et la rumeur des mots. » Au retour, il écrira l’histoire de son pays dans sa grande et personnelle « odyssée de la route ».

Le rouleau original de Sur la route exposé
Le rouleau original est exposé au musée des lettres et manuscrits à Paris

Mais de l’odyssée de la route au « mythe de la nuit pluvieuse », il n’y a qu’un pas. La tristesse et la mélancolie guettent au tournant de ces dérives transcontinentales. L’écriture de Kerouac passe alors de la tonalité picaresque à un lyrisme fragile, chancelant, touchant. Ce qu’il appelle aussi « l’immense saga des brumes », c’est un peu l’envers du décor ou comment le sordide envahit tout soudain, comme dans cette chambre d’hôtel à Des Moines : « Loin de chez moi, hanté, fatigué du voyage (…) je n’ai plus su qui j’étais (…) toute ma vie était hantée, une vie de fantôme ». À deux reprises, le voyage se termine par l’abandon de Kerouac par Neal Cassady, ou comme à Détroit dans une sorte de désorientation cauchemardesque dans l’immensité de la nuit américaine. Tout s’inverse, le mouvement spontané se fige dans un sentiment de tristesse. Et toujours, le père de Neal reste introuvable, malgré les bornes parcourues. Tout n’est pas perdu cependant, car à défaut d’avoir pu maîtriser le territoire américain physiquement, Kerouac en aura rapporté un témoignage authentique.

Le lecteur non averti pourrait être déconcerté par le style de Kerouac. D’autant que cette nouvelle édition a retranscrit fidèlement le texte dans sa continuité, abandonnant le découpage en chapitres et paragraphes. En fait, le style de Kerouac est tout à fait fluide. Il a inventé une prose spontanée, très orale, un peu argotique, où des interjections jalonnent le texte. Tout ceci dans le but de coller au réel, de rapporter un témoignage authentique du langage de la nuit américaine, dans toute sa spontanéité et sa sincérité. À la manière d’un musicien de jazz, il souffle le flot de mots sur la page, revivant au moment où il se les remémore les intonations et le phrasé des personnages. D’ailleurs, il a souvent interprété ses textes dans des lectures en les scandant comme un slameur et en laissant la place belle à l’improvisation.

Voilà, j’espère avoir éveillé en vous l’envie de lire Kerouac dans son langage. Apparemment, les archives de l’auteur conservées à la New York Public Library (cent mille documents) n’ont pas fini de dévoiler leurs trésors, alors peut-être continuerons-nous à découvrir des textes inédits grâce aux éditeurs. Pour le moment, dans la foulée de la sortie du film et des versions poche et numérique du rouleau original, ont paru le mois dernier un roman, Et Les Hippopotames ont bouilli vifs dans leur piscine (W. Burroughs & J. Kerouac, Gallimard) et la pièce de théâtre Beat Generation (Gallimard). En numérique également, vient de paraître Long Poem in Canuckian child patoi probably medieval (éditions République des lettres). Enfin, à la librairie Maupetit, j’ai trouvé un super hors série du magazine Trois Couleurs consacré à la sortie de Sur La Route en film, rempli d’archives formidables.

Allez, je vous laisse, bonne lecture, moi je cours au cinéma !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. En effet, à la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup…

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Total Khéops, Jean-Claude Izzo

Total Khéops(éditions Folio), le premier tome de La TrilogieFabio Montale (Chourmo et Solea suivent), est un polar publié en 1995, écrit par l’auteur marseillais Jean-Claude Izzo, disparu prématurément en 2000. Fabio Montale, le personnage principal, est flic. Mais pas de ceux à qui on confie les grosses affaires de banditisme, non, lui est affecté au maintien de l’ordre dans les quartiers Nord de Marseille, à la Brigade de Surveillance de Secteurs. Considéré par ses collègues comme un « flic dangereux », car plus proche de la posture d’un éducateur que de celle d’un flic, il a accepté avec résignation cette relégation. Mais les choses vont changer le jour où son ami d’enfance – Ugo – revient à Marseille pour venger la mort de leur ami commun Manu, tué dans des circonstances obscures.



Une galerie de portraits Avec Total Khéops, Jean-Claude Izzo nous offre un beau portrait de flic désabusé, solitaire, hanté par les absents, mais entouré d’amitiés féminines bienveillantes. Fabio Montal…