Accéder au contenu principal

La Longue Nuit de Francisco Sanctis, Humberto Costantini

Je dois avouer ne pas être une grande lectrice de romans noirs. Peut-être est-ce pour cela que je suis tombée des nues à la fin de La Longue Nuit de Francisco Sanctis. Mais non, l’intrigue est quand même rudement bien ficelée et je suis sure qu’elle désarçonnerait le plus féru des lecteurs de romans policiers. Humberto Costantini (1924–1987) est un écrivain argentin de Buenos Aires qui a lutté contre les dictatures militaires dans son pays. Persécuté par les autorités, il dut s’exiler au Mexique, avant de pouvoir revenir en 1983 lors du printemps démocratique. Le roman fut édité en 1984 et est probablement inspiré de faits vécus. Il est publié en France par la maison d’édition marseillaise L’atinoir, spécialisée dans la publication de littérature latino-américaine.



L’histoire se passe pendant les pires heures du terrorisme d’État en Argentine, un an après la prise de pouvoir de la junte militaire. Francisco Sanctis est un employé respecté dans l’entreprise pour laquelle il travaille. À 40 ans, il a enfin trouvé un équilibre, heureux dans sa vie de famille, passionné par la musique classique. S’il fut militant pendant ses années d’étude, il estime désormais avoir passé l’âge d’en découdre avec les autorités. Comme beaucoup, il sait que des gens sont enlevés par les militaires et qu’ils disparaissent ensuite. Mais à force d’arrangements avec sa conscience, il est parvenu à maintenir cette réalité éloignée. Jusqu’à ce qu’elle surgisse en cet après-midi du 14 novembre 1977, brutale, urgente, intransigeante… Une ancienne connaissance lui transmet les noms de deux militants qui seront enlevés dans la nuit si personne ne les avertit. Un cas de conscience se pose alors à Francisco Sanctis, un terrible dilemme traduisible en ces termes : doit-il agir ou peut-il encore oublier ce qu’il vient d’entendre ?

Ce roman est une plongée dans une terrible réalité politique et historique. Humberto Costantini questionne chacun d’entre nous sur les notions de fraternité, de justice et d’humanité. Il explore également la conscience d’un homme face au danger : les sentiments contradictoires qui l’animent, confronté à la nécessité d’agir : le doute, la peur, la solitude, et l’impression de faire face à son destin. Un petit bémol à mon enthousiasme, cependant, concerne la présence un peu envahissante du narrateur, qui ralentit le déroulement de l’intrigue et rend le texte redondant parfois, surtout dans la première partie, ensuite le rythme est plus enlevé. Je ne dirai rien non plus des personnages féminins tous assez archétypaux… oups, c’est dit ! Mais la fin du roman m’a fait oublier ces petits cailloux dans ma chaussure. Elle révèle une vision profonde et spirituelle de ce qu’est l’engagement. Ce roman fut une dénonciation à son époque, il est maintenant pour nous un témoignage de ce que charrie une dictature de cruauté et d’inhumanité. Il vous plongera dans un abîme de réflexion.

J’ai acheté ce livre à la source, c’est-à-dire à la Librairie L’Atinoir en haut de la Canebière, où l’éditeur Jacques Aubergy travaille à la traduction de ses livres tout en conseillant très sympathiquement ses clients. Quand j’y suis passée, il m’a présenté le roman d’Humberto Costantini comme étant le plus représentatif de sa ligne éditoriale. En ce qui concerne la traduction française de l’œuvre d’Humberto Costantini, un seul autre titre est disponible, édité par L’Harmattan : Dieux, petits hommes et policiers (papier/PDF). Les deux éditeurs sont largement diffusés à un niveau national, demandez à votre libraire de vous aiguiller ! Bonne lecture !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.