Accéder au contenu principal

Les Enfants de la veuve, Paula Fox

Il y des auteurs vers lesquels on revient périodiquement et alors on réalise qu’on a laissé trop de temps s’écouler depuis la dernière lecture. C’est ce que j’ai ressenti en refermant Les Enfants de la Veuve de Paula Fox édité par Joëlle Losfeld. Il y a deux ou trois ans, je découvrais cette auteure avec La Légende d’une servante, roman pour lequel elle avait reçu le « Prix Automne 2005 des Librairies Initiales ». Ce prix est décerné par le groupement des Librairies Initiales pour signaler un livre qui « a vocation à rejoindre les ouvrages indispensables de la librairie ». Puis j’ai lu Côte Ouest, que j’ai adoré, grand roman-fleuve initiatique américain. Et après Les Enfants de la veuve, je me réjouis à l’idée de continuer à lire l’œuvre de Paula Fox. Sans compter qu’elle a également beaucoup écrit pour la jeunesse.

Les Enfants de la veuve de Paula Fox (éditions Joëlle Losfeld)L’histoire de Les Enfants de la Veuve se déroule à Brooklyn sur 18 heures et 7 chapitres qui pourraient aussi bien être les actes d’une pièce de théâtre antique. La veuve est Alma, mère de Laura, Carlos et Eugenio et grand-mère de Clara, la fille que Laura abandonna à la garde de sa mère dès son plus jeune âge. La veille d’un départ en croisière, Laura et son deuxième mari Desmond ont convié Clara, Carlos et Peter l’ami de la famille à un dîner au restaurant. Un événement tragique se produit avant l’arrivée des convives. Laura décide de le leur cacher.

Dans ce court roman de Paula Fox, chacun des personnages tente avec courage, mais non sans désespoir de tenir le rôle qui lui est attitré dans la famille Maldonada. Une comédie humaine se met en place sous nos yeux, encore teintée d’indulgence au début dans la chambre d’hôtel, de plus en plus féroce à mesure que la soirée avance. Les pauvres personnages bouillonnent intérieurement ou s’ennuient profondément, animés par des sentiments de peur, de culpabilité, de paranoïa, ou d’indifférence et d’agacement. Ils explosent parfois en interjections ou gémissements, tombant – momentanément et malgré eux – le masque de la façade sociale. Paula Fox excelle dans la description de ces échanges décousus, qui révèlent la difficulté qu’ont les personnages à être simplement là, présents.

Mais petit à petit, Paula Fox distille dans des monologues intérieurs plus nombreux l’histoire de la famille en filigrane. Puis les événements poussent les personnages à se raconter davantage. Et l’on découvre alors que le malheur semble attaché à la famille Maldonada comme une malédiction. Marqués par une immigration familiale douloureuse et une pauvreté tenace, « les enfants de la veuve » devront rompre la fatalité, résister ou pardonner les incompréhensions et les erreurs. Je ne vous en dis pas plus, mais vous n’en reviendrez pas de la virtuosité de cette construction narrative.


édition de poche du roman de Paula Fox Les enfants de la veuve
Le roman est disponible en édition de poche

Bon, je sais qu’il est de coutume de conseiller en été des lectures de plage ou des « feel good books ». Mais il pleut sur la moitié du pays et les aoûtiens ne sont pas encore en vacances. Alors ce que je vous propose avec Les Enfants de la Veuve, ce ne sont pas quelques heures de divertissement vite oubliées, c’est une plongée dans un des romans les plus fins dans l’analyse des sentiments qu’il m’ait été donné de lire, avec à la clef rien de moins qu’une véritable expérience cathartique. C’est le roman que vous ne manquerez pas de glisser dans votre valise… avant de vous rendre à votre prochain repas de famille !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …