Accéder au contenu principal

Les Enfants de la veuve, Paula Fox

Il y des auteurs vers lesquels on revient périodiquement et alors on réalise qu’on a laissé trop de temps s’écouler depuis la dernière lecture. C’est ce que j’ai ressenti en refermant Les Enfants de la Veuve de Paula Fox édité par Joëlle Losfeld. Il y a deux ou trois ans, je découvrais cette auteure avec La Légende d’une servante, roman pour lequel elle avait reçu le « Prix Automne 2005 des Librairies Initiales ». Ce prix est décerné par le groupement des Librairies Initiales pour signaler un livre qui « a vocation à rejoindre les ouvrages indispensables de la librairie ». Puis j’ai lu Côte Ouest, que j’ai adoré, grand roman-fleuve initiatique américain. Et après Les Enfants de la veuve, je me réjouis à l’idée de continuer à lire l’œuvre de Paula Fox. Sans compter qu’elle a également beaucoup écrit pour la jeunesse.

Les Enfants de la veuve de Paula Fox (éditions Joëlle Losfeld)L’histoire de Les Enfants de la Veuve se déroule à Brooklyn sur 18 heures et 7 chapitres qui pourraient aussi bien être les actes d’une pièce de théâtre antique. La veuve est Alma, mère de Laura, Carlos et Eugenio et grand-mère de Clara, la fille que Laura abandonna à la garde de sa mère dès son plus jeune âge. La veille d’un départ en croisière, Laura et son deuxième mari Desmond ont convié Clara, Carlos et Peter l’ami de la famille à un dîner au restaurant. Un événement tragique se produit avant l’arrivée des convives. Laura décide de le leur cacher.

Dans ce court roman de Paula Fox, chacun des personnages tente avec courage, mais non sans désespoir de tenir le rôle qui lui est attitré dans la famille Maldonada. Une comédie humaine se met en place sous nos yeux, encore teintée d’indulgence au début dans la chambre d’hôtel, de plus en plus féroce à mesure que la soirée avance. Les pauvres personnages bouillonnent intérieurement ou s’ennuient profondément, animés par des sentiments de peur, de culpabilité, de paranoïa, ou d’indifférence et d’agacement. Ils explosent parfois en interjections ou gémissements, tombant – momentanément et malgré eux – le masque de la façade sociale. Paula Fox excelle dans la description de ces échanges décousus, qui révèlent la difficulté qu’ont les personnages à être simplement là, présents.

Mais petit à petit, Paula Fox distille dans des monologues intérieurs plus nombreux l’histoire de la famille en filigrane. Puis les événements poussent les personnages à se raconter davantage. Et l’on découvre alors que le malheur semble attaché à la famille Maldonada comme une malédiction. Marqués par une immigration familiale douloureuse et une pauvreté tenace, « les enfants de la veuve » devront rompre la fatalité, résister ou pardonner les incompréhensions et les erreurs. Je ne vous en dis pas plus, mais vous n’en reviendrez pas de la virtuosité de cette construction narrative.


édition de poche du roman de Paula Fox Les enfants de la veuve
Le roman est disponible en édition de poche

Bon, je sais qu’il est de coutume de conseiller en été des lectures de plage ou des « feel good books ». Mais il pleut sur la moitié du pays et les aoûtiens ne sont pas encore en vacances. Alors ce que je vous propose avec Les Enfants de la Veuve, ce ne sont pas quelques heures de divertissement vite oubliées, c’est une plongée dans un des romans les plus fins dans l’analyse des sentiments qu’il m’ait été donné de lire, avec à la clef rien de moins qu’une véritable expérience cathartique. C’est le roman que vous ne manquerez pas de glisser dans votre valise… avant de vous rendre à votre prochain repas de famille !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

DIY ton club de lecture !

Mathilda Mars est de retour sur le blog pour parler du club de lecture qu’elle vient de créer, et vous donner de bonnes idées au cas où l’envie vous prendrait d’en faire autant !

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.