Accéder au contenu principal

Librairies #4 Bouquinerie des Cinq Avenues

J’ai la chance d’avoir une vraie librairie dans mon quartier ! La Bouquinerie des Cinq Avenues sur le boulevard de la libération à Marseille, tenue par Alain Gilhodes et sa fille Jeanne, une histoire de famille, donc. Il s’agit d’une librairie généraliste avec un fonds de plus de 15 000 titres, reprise il y a trois ans par le libraire, elle existe en fait depuis le milieu des années 60. Autant vous dire qu’elle recèle de trésors désormais introuvables.


La Bouquinerie des Cinq avenues, à Marseille
La devanture sur le boulevard de la libération

Pochothèque de la Librairie des Cinq avenues
La belle pochothèque

Le rayon littérature de la Bouquinerie des Cinq Avenues
Des trésors dans le rayon littérature...

Avant, de 1996 à 2008, le libraire fut le propriétaire de la librairie Tacussel sur la Canebière, une institution marseillaise, que je n’ai pas connue mais dont j’ai entendu parler. Alain Gilhodes m’explique quelle entreprise ce fut : jusqu’à sept salariés, 400 m² de surface, 80 000 livres en rayons… Mais la construction du tramway fit chuter dramatiquement la fréquentation et la librairie dut fermer. C’est ainsi que le libraire a repris La Bouquinerie des Cinq Avenues (anciennement la Touriale, spécialisée en littérature, art et ésotérisme). Voilà pour la petite histoire, qui dit bien quelle connaissance du métier il y a derrière ces années d’expérience.

Le rayon littérature en VO

La librairie, côté rue

Pour décrire leur clientèle, les libraires tombent d’accord sur un mot : « sympathique ». Jeanne ajoute qu'en plus de choisir un métier lié au livre, le libraire choisit d’être commerçant. Et on sent bien quelle importance ont pour eux les rapports conviviaux entretenus avec une clientèle qu’ils décrivent comme étant très variée. Cette librairie de quartier est un commerce de proximité où se croisent des habitants de toutes les classes d’âges et niveaux sociaux, en effet elle est à cheval sur trois arrondissements : le 1er, le 4ème et le 5ème. Et c’est une des choses que j’aime ici, les libraires prennent le temps de discuter avec les clients. On y achète des livres, on y croise les gens du quartier, on discute…
Une belle librairie marseillaise, ici le coin jeunesse
Le rayon jeunesse

La cour de la librairie : arborée !
Des essais et de la verdure...

Une autre chose que j’aime : le fonds de la librairie ! La librairie est généraliste, c’est-à-dire qu’elle recouvre des champs variés : la littérature, la jeunesse, l’art, le régionalisme, les sciences humaines, la BD… Mais la sélection est précise et exigeante, elle se renouvèle tout en conservant les livres indispensables. Ce que j’aime surtout : la vaste pochothèque, les livres anciens mystérieux en haut des étagères du rayon littérature, les livres en VO à l’entrée, le rayon jeunesse riche et coloré, le rayon musique/cinéma rempli de curiosités, le grand rayon polar dans la deuxième pièce, celle qui donne sur un jardin… Alain Gilhodes m’explique comme il est attaché à cette cour, quel appel d’air elle représente. Je confirme, toute cette verdure, quel plaisir !

En ce qui concerne le livre numérique, le libraire est assez critique, redoutant que le livre numérique ne soit qu’un prétexte à la commercialisation de terminaux. C’est un point de vue… Après tout on ne peut pas être partout ! Car la Bouquinerie des Cinq Avenues propose par ailleurs des livres d’occasion, mais pour l’instant essentiellement en vente sur internet sur un site de e-commerce bien connu. Le libraire m’explique qu’il ne pense pas qu’un service de réservation d’ouvrages (avec retrait en magasin) suffise. Sur internet, la concurrence est rude et la vente sur un site connu est synonyme d’efficacité. Il ajoute souhaiter ouvrir prochainement au public marseillais le sous-sol où sont stockés les livres d’occasion. D’ailleurs, les libraires sont déjà souvent sollicités par leurs clients pour des recherches de livres épuisés.

Le rayon polar


Le libraire Alain Gilhodes et sa fille Jeanne
Le livre du moment : Des Hommes de Laurent Mauvignier

Avant de les quitter, je demande aux libraires de poser pour la photo avec leur livre du moment, ils choisissent en cœur Des Hommes de Laurent Mauvignier, en m’expliquant qu’il s’agit d’un roman ayant pour toile de fond la guerre d’Algérie, « qui raconte comment se tisse la trame mémorielle et affective, comment le passé nous revient ». Intéressant et d’actualité puisqu’on célèbre cette année les 50 ans d’accès à l’indépendance de l’Algérie. Le livre est disponible dans leurs rayons en poche et en grand format. N’hésitez pas à pousser la porte, vous serez bien accueillis ! Quant à moi je les remercie de m'avoir consacré un peu de leur temps.


(Juillet 2012)

Commentaires

Anonyme a dit…
Effectivement une belle librairie je m'y rend peu toutefois vu la chéreté des livres neufs mais j'y suis un client fidèle bien que rare...
J'y ai acheté Palladium de Boris Razon aux éditions Du seuil l'an dernier
et cette année aux éditions Exergues Manuel pratique de sortie hors du corps d'Akhena

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…