Accéder au contenu principal

Les Lumières d'août, à la bibliothèque de l'Alcazar

Quelle bonne surprise que cette série de projections estivales à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Comme un cadeau aux Marseillais qui restent en ville la première quinzaine d’août ! Organisées pour la troisième année consécutive par le département Langues et Littératures, ces projections ont lieu du mardi au vendredi à 14 h 30 dans la confortable salle de conférence, du 31 juillet au 10 août. La programmation proposée par Philippe Bouet offre à voir des films adaptés d’œuvres littéraires, suivies de conférences assurées par Guy Astic ou Nicolas Féodoroff, tous deux critiques de cinéma, ou de lectures faites par le Club des lectrices publiques formé par des bibliothécaires passionnées.


Les conditions de projections sont très proches de celles d’une salle de cinéma (la salle est climatisée !) et l’entrée est gratuite. L’idée est de programmer des films étrangers qui feront voyager les aoûtiens citadins, mais aussi d’offrir un moment de partage autour des films. Je peux confirmer que le public dialogue avec aisance et plaisir avec les intervenants. Le succès réside aussi bien sûr dans la pertinence et la qualité des analyses des intervenants et des présentations de Philippe Bouet. Elles permettent d’expliciter le dialogue entre le film et l’œuvre littéraire, mais aussi de recontextualiser dans leur époque des films parfois anciens, devenus des classiques, dont on connaît moins bien les codes.

        


Quelques mots sur les films que j’ai vus ! J’ai adoré Mystères de Lisbonne (2010) dernier film du réalisateur chilien Raul Ruiz, adapté du roman éponyme de l’auteur portugais Camilo Castelo-Branco. Quelle beauté ! Quelle perfection dans la composition des scènes, montées comme des tableaux vivants… Ce film d’époque dont l’action se passe au XIXe siècle est une grande fresque labyrinthique qui fut à l’origine un feuilleton de 6 épisodes d’une heure. D’une durée de 4h26 ( ! ), il s’articule autour des personnages de Pedro da Silva et du Père Dinis, son protecteur. Honneurs bafoués, amours impossibles, désirs de vengeance, quêtes identitaires sont quelques-uns des thèmes abordés dans ce film si romanesque et foisonnant.

               

            
J’ai aussi vu Farenheit 451 (1966) de François Truffaut, adapté du célèbre roman De Ray Bradbury du même titre (1953). Il s’agit d’une contre-utopie (ou dystopie), sorte de monde idéal inversé où les citoyens ont l’obligation d’être heureux et où les livres sont interdits. Le personnage principal Montag est pompier, il s’occupe de faire régner l’ordre en pratiquant des autodafés. Le film dont le thème principal est le contrôle et la censure fut lui-même censuré par André Malraux à l’époque, comme nous l’a expliqué Guy Astic. Ce dernier a ajouté une foule d’anecdotes sur l’écrivain et le cinéaste, comme une deuxième lecture érudite du film, passionnante…
  
Conférence de Guy Astic après la projection de Farenheit 451

Je ne saurais trop vous conseiller de voler deux petites heures à votre trépidant quotidien pour aller voir un film. Consultez la programmation, il y en a pour tous les goûts ! Et comme ils font bien les choses, à la bibliothèque, vous pourrez repartir avec un livre, un film ou un CD parmi ceux sélectionnés dans le hall et les rayons autour de ce thème des œuvres littéraires adaptées au cinéma. Encore une semaine pour en profiter, chanceux aoûtiens citadins ! 

Pour finir, je ne résiste pas à l’envie de reprendre, pour vous la poser, la question que Ray Bradbury posait à son lecteur, comme nous l’a relaté Philippe Bouet : Si vous deviez choisir un livre à sauvegarder, lequel choisiriez-vous ?!

(Août 2012)

Commentaires

Mathilde a dit…
Si je devais n'en garder qu'un livre, ce serait très triste et donc, pour rigoler au moins un peu, je crois que je garderais un David Lodge, probablement La vie en sourdine ! Pas évident de choisir !!
Anonyme a dit…
Et toi, quel livre garderais-tu ?!
Sophie a dit…
Je garderais Sur La Route car je suis sure que je continuerais à être transportée à chaque relecture ! C'est tellement beau...
Anonyme a dit…
C'est une question difficile ! J'ai d'abord pensé au livre qui a été important pour moi quand j'avais 18 ans : Un sens à la vie de Saint Exupéry. Je crois qu'à l'époque où je m'interrogeais sur mon avenir, ce livre avait dû me donner des réponses encourageantes. Sinon, il y aurait bien Les enfants de la terre, de Jean M. Auel, une saga qui se passe à la préhistoire et que j'avais lue une première fois puis relue à l'occasion de la publication du dernier volume en 2011. Je ne relis jamais un roman d'habitude. Là c'était exceptionnel et je pense que je pourrais encore le relire ou plutôt les relire car il y a 6 volumes. Pourtant, à la réflexion, je suis sûre que ce sont les Essais de Montaigne que je sauvegarderais. Je les avais étudiés il y a des années et je pense que la richesse de ces écrits pourrait même me faire oublier la solitude d'une île déserte.
Elsa a dit…
Je garderais Journal d'un corps, de Pennac !

Articles les plus consultés du mois

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

Capitaine, d'Adrien Bosc [Récit d'un exil collectif]

Où nous est racontée la suite de l’épisode marseillais de la villa Air-Bel dans laquelle s'étaient réfugiés les surréalistes pendant la Deuxième Guerre mondiale…

Dans Capitaine, Adrien Bosc fait le récit de l’exil, en mars 1941, de plusieurs artistes et intellectuels français et étrangers en Amérique. Au départ de Marseille, ils embarquèrent sur le même cargo, le Capitaine Paul Lemerle. Parmi eux : André Breton, Anna Seghers, Claude Lévi-Strauss, Victor Serge, Wifredo Lam, Germaine Krull... Puis en Martique, à Port-au-Prince, où le bateau finit par arriver, l’écrivain nous raconte la rencontre de Breton avec Suzanne et Aimé Césaire...

Capitaine se situe quelque part entre le roman, l’enquête, le journal... L’auteur avance à tâtons dans cette période noire de notre histoire, questionnant les documents, supposant des rapprochements entre les individus, imaginant ce que furent ces journées jusqu’ici jamais racontées.

Un livre qui décrit bien l’arbitraire qui régnait alors. Chaque réfug…