Accéder au contenu principal

Les Lumières d'août, à la bibliothèque de l'Alcazar

Quelle bonne surprise que cette série de projections estivales à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille. Comme un cadeau aux Marseillais qui restent en ville la première quinzaine d’août ! Organisées pour la troisième année consécutive par le département Langues et Littératures, ces projections ont lieu du mardi au vendredi à 14 h 30 dans la confortable salle de conférence, du 31 juillet au 10 août. La programmation proposée par Philippe Bouet offre à voir des films adaptés d’œuvres littéraires, suivies de conférences assurées par Guy Astic ou Nicolas Féodoroff, tous deux critiques de cinéma, ou de lectures faites par le Club des lectrices publiques formé par des bibliothécaires passionnées.


Les conditions de projections sont très proches de celles d’une salle de cinéma (la salle est climatisée !) et l’entrée est gratuite. L’idée est de programmer des films étrangers qui feront voyager les aoûtiens citadins, mais aussi d’offrir un moment de partage autour des films. Je peux confirmer que le public dialogue avec aisance et plaisir avec les intervenants. Le succès réside aussi bien sûr dans la pertinence et la qualité des analyses des intervenants et des présentations de Philippe Bouet. Elles permettent d’expliciter le dialogue entre le film et l’œuvre littéraire, mais aussi de recontextualiser dans leur époque des films parfois anciens, devenus des classiques, dont on connaît moins bien les codes.

        


Quelques mots sur les films que j’ai vus ! J’ai adoré Mystères de Lisbonne (2010) dernier film du réalisateur chilien Raul Ruiz, adapté du roman éponyme de l’auteur portugais Camilo Castelo-Branco. Quelle beauté ! Quelle perfection dans la composition des scènes, montées comme des tableaux vivants… Ce film d’époque dont l’action se passe au XIXe siècle est une grande fresque labyrinthique qui fut à l’origine un feuilleton de 6 épisodes d’une heure. D’une durée de 4h26 ( ! ), il s’articule autour des personnages de Pedro da Silva et du Père Dinis, son protecteur. Honneurs bafoués, amours impossibles, désirs de vengeance, quêtes identitaires sont quelques-uns des thèmes abordés dans ce film si romanesque et foisonnant.

               

            
J’ai aussi vu Farenheit 451 (1966) de François Truffaut, adapté du célèbre roman De Ray Bradbury du même titre (1953). Il s’agit d’une contre-utopie (ou dystopie), sorte de monde idéal inversé où les citoyens ont l’obligation d’être heureux et où les livres sont interdits. Le personnage principal Montag est pompier, il s’occupe de faire régner l’ordre en pratiquant des autodafés. Le film dont le thème principal est le contrôle et la censure fut lui-même censuré par André Malraux à l’époque, comme nous l’a expliqué Guy Astic. Ce dernier a ajouté une foule d’anecdotes sur l’écrivain et le cinéaste, comme une deuxième lecture érudite du film, passionnante…
  
Conférence de Guy Astic après la projection de Farenheit 451

Je ne saurais trop vous conseiller de voler deux petites heures à votre trépidant quotidien pour aller voir un film. Consultez la programmation, il y en a pour tous les goûts ! Et comme ils font bien les choses, à la bibliothèque, vous pourrez repartir avec un livre, un film ou un CD parmi ceux sélectionnés dans le hall et les rayons autour de ce thème des œuvres littéraires adaptées au cinéma. Encore une semaine pour en profiter, chanceux aoûtiens citadins ! 

Pour finir, je ne résiste pas à l’envie de reprendre, pour vous la poser, la question que Ray Bradbury posait à son lecteur, comme nous l’a relaté Philippe Bouet : Si vous deviez choisir un livre à sauvegarder, lequel choisiriez-vous ?!

(Août 2012)

Commentaires

Mathilde a dit…
Si je devais n'en garder qu'un livre, ce serait très triste et donc, pour rigoler au moins un peu, je crois que je garderais un David Lodge, probablement La vie en sourdine ! Pas évident de choisir !!
Anonyme a dit…
Et toi, quel livre garderais-tu ?!
Sophie a dit…
Je garderais Sur La Route car je suis sure que je continuerais à être transportée à chaque relecture ! C'est tellement beau...
Anonyme a dit…
C'est une question difficile ! J'ai d'abord pensé au livre qui a été important pour moi quand j'avais 18 ans : Un sens à la vie de Saint Exupéry. Je crois qu'à l'époque où je m'interrogeais sur mon avenir, ce livre avait dû me donner des réponses encourageantes. Sinon, il y aurait bien Les enfants de la terre, de Jean M. Auel, une saga qui se passe à la préhistoire et que j'avais lue une première fois puis relue à l'occasion de la publication du dernier volume en 2011. Je ne relis jamais un roman d'habitude. Là c'était exceptionnel et je pense que je pourrais encore le relire ou plutôt les relire car il y a 6 volumes. Pourtant, à la réflexion, je suis sûre que ce sont les Essais de Montaigne que je sauvegarderais. Je les avais étudiés il y a des années et je pense que la richesse de ces écrits pourrait même me faire oublier la solitude d'une île déserte.
Elsa a dit…
Je garderais Journal d'un corps, de Pennac !

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …