Accéder au contenu principal

Le Cabinet des lecteurs de Peuple et Culture Marseille en visite à Montévidéo

Je me suis rendue mercredi soir à 19 h au centre de ressources de Montévidéo dans le 6e arrondissement de Marseille. L’association Peuple et Culture Marseille représentée par Amandine Tamayo y avait déplacé son cabinet de lecture bimensuel. La bonne idée étant de l’organiser une fois par mois dans un « lieu bibliophile » de la ville. Il se trouve qu’à Montévidéo travaille toute l’équipe du Festival littéraire Actoral qui aura lieu du 25 septembre au 13 octobre. Deux membres, Caroline Ninat et Charles Mesnier, se sont donc joints au groupe pour partager leurs impressions de lecture et présenter un peu le programme du festival à venir. En tout, nous étions donc 7 (Martine, Marie-Claire et Vincent étant de fidèles participants du Cabinet des lecteurs), réunis autour d’un petit verre, en toute simplicité.

Cabinet des lecteurs de Peuple & Culture Marseille

La séance a commencé par une présentation des temps forts d’Actoral par Caroline Ninat. Ce festival littéraire célèbre les « écritures contemporaines » à travers la programmation de 45 événements dans neuf lieux marseillais différents. Ce qui caractérise le festival, c’est sa pluridisciplinarité : spectacles, performances, arts visuels, lectures, musique, mise en espace, sont les différents champs explorés. Un point commun : une mise en forme de l’écriture hors de la page, une sortie de leur chambre des auteurs, un passage de la petite voix intérieure du lecteur à l’expérimentation d’une incarnation des mots. Vous avez envie de sortir en ce moment, les mots aussi, ça tombe bien ! Le programme est riche, je vous laisse l’explorer à loisir. Un petit mot en passant sur le centre de ressources de Montévidéo doté d’un fonds construit au fur et à mesure des programmations d’Actoral. Dédié au théâtre, à la poésie, à la musique, à la vidéo, le centre de ressources propose également des revues. Tous ces documents sont consultables sur rendez-vous.  

N’ayant pas eu la présence d’esprit d’apporter un livre (mais munie de mon carnet de notes), j’ai surtout écouté les propositions, les impressions, les analyses de chacun. Des suggestions de lectures d’été avaient été faites en juin après un vote collectif : Portugal de Pedrosa, Mapuche de Caryl Férey et Les Immortels de Makenzy Orcel. La conversation s’est orientée vers ce dernier, Marie-Claire en a fait une belle présentation suivie de la lecture à voix haute d’un morceau choisi, puis les personnes qui l’avait lu ont donné leur avis sur le livre et les personnes qui ne l’avaient pas lu pouvaient donner leur impression à la suite de l’avis des personnes qui l’avaient lu, ou pas (en gros il n’y pas de règle). La dédicace de l’auteur haïtien à Grisélidis Réal a donné envie à Amandine Tamayo d’apporter Le Noir est une couleur et Carnet de bal d’une courtisane de l’auteure genevoise, pour en faire une lecture. Une intéressante conversation sur la littérature de la prostitution a suivi. Vincent quant à lui, a apporté le livre qu’il était en train de lire (récupéré dans le ventre du Girafon de la Canebière !), Tant que je serai Noire, récit de vie de Maya Angelou, figure de la littérature américaine et du Mouvement pour les Droits civiques. Enfin, Charles Mesnier nous a présenté Autoportrait d’Édouard Levé, à qui le festival Actoral rend hommage cette année autour d’une exposition qui lui sera consacrée au Musée d’Art contemporain. Voici en bref comment se déroule un cabinet des lecteurs : plein de fils invisibles qui relient les livres, les idées, les envies, on se penche sur un détail, puis on recule pour contextualiser le livre, on se prête les livres, on parle, on écoute, on imagine, dans une sorte de cheminement collectif…

Quelques précisions à propos de Peuple et Culture Marseille. C’est une association d’éducation populaire créée en 2003 qui œuvre dans les domaines de la littérature et du cinéma afin d’en rendre l’accès plus facile et de faire des lecteurs-spectateurs des acteurs culturels grâce à un programme de formation, de production (ateliers de réalisation cinématographique), de création (ateliers d’écriture), etc. L’association accueille aussi des artistes en résidence (en ce moment Dimitri Bortnikov) et propose par ailleurs des rencontres avec le public, comme lors du prochain cabinet des lecteurs le 6 octobre (Centre Dugommier 11 h) avec Shumona Sinha auteur d’Assommons les pauvres ! Un joyeux mélange d’amateurs et de professionnels, donc, qui stimule les énergies et les initiatives. Et une expérience de partage autour des livres à renouveler pour ma part.

(Septembre 2012)

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Home, Toni Morrison

J’avais beaucoup entendu parler de Home de l’écrivaine américaine Toni Morrison. Je m’attendais à tomber en arrêt devant chaque phrase, remplie d’admiration pour son style. Ce n’est pas (seulement) ce qui s’est passé : j’ai en fait été happée par l’histoire immédiatement. C’est peut-être ce qui arrive avec un roman réussi, un univers imaginaire prend vie devant nos yeux, miraculeusement, sans qu’on n’en voie les ficelles.


Franck, de retour de la guerre de Corée L’histoire se passe dans les années 50 aux États-Unis. Frank est de retour de la guerre de Corée depuis plusieurs mois, mais n’arrive pas à prendre la route du retour qui le ramènerait à Lotus, Géorgie, la bourgade dans laquelle il a grandi. Rongé par la culpabilité d’avoir survécu alors que ses amis d’enfance sont morts, et hanté par la haine de soi, il erre comme un naufragé d’État en État. Jusqu’au jour où il est appelé au secours de sa petite sœur Cee, dont il s’est toujours occupé. Il entame alors le voyage qui le ramèner…

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.