Accéder au contenu principal

Home, Toni Morrison

J’avais beaucoup entendu parler de Home de l’écrivaine américaine Toni Morrison. Je m’attendais à tomber en arrêt devant chaque phrase, remplie d’admiration pour son style. Ce n’est pas (seulement) ce qui s’est passé : j’ai en fait été happée par l’histoire immédiatement. C’est peut-être ce qui arrive avec un roman réussi, un univers imaginaire prend vie devant nos yeux, miraculeusement, sans qu’on n’en voie les ficelles.

Home de Toni Morrison en ebook

Franck, de retour de la guerre de Corée

L’histoire se passe dans les années 50 aux États-Unis. Frank est de retour de la guerre de Corée depuis plusieurs mois, mais n’arrive pas à prendre la route du retour qui le ramènerait à Lotus, Géorgie, la bourgade dans laquelle il a grandi. Rongé par la culpabilité d’avoir survécu alors que ses amis d’enfance sont morts, et hanté par la haine de soi, il erre comme un naufragé d’État en État. Jusqu’au jour où il est appelé au secours de sa petite sœur Cee, dont il s’est toujours occupé. Il entame alors le voyage qui le ramènera chez lui.

Le soldat : un héros ou un criminel ?

Sans juger Frank, Toni Morrison raconte les dégâts qu’une guerre peut infliger à la psyché d’un homme. Le mot « deuil » n’est jamais employé, mais les souffrances engendrées par la perte et l’absence de ses amis collent au personnage de Frank. Assailli par des « souvenirs abrupts et incontrôlés », ce dernier vit dans une réalité cauchemardesque et angoissante qui le fait osciller sur le fil de la folie, absent au monde. Toni Morrison aborde aussi la terrible question du mal et du plaisir qu’un homme peut prendre à tuer dans une guerre, prêts à refaire surface à tout moment : « le frisson qui naissait à chaque coup était merveilleusement familier. » Dans ce roman, le soldat n’est pas un héros, il est un ancien criminel confronté à sa honte et à sa culpabilité.

La ségrégation raciale aux États-Unis dans les années 50

Au cœur du roman de Toni Morrison, il y a aussi la question de la ségrégation raciale qui sévissait dans l’Amérique des années 50. Frank assiste à des scènes de violence raciste et en est lui-même victime. À aucun moment l’auteure ne nous dit qui est Blanc ou Noir, mais l’injustice et la cruauté qui frappe de plein fouet les personnages nous le fait comprendre. La scène itiniale constitue à ce titre un traumatisme pour Frank et Cee. Mais le temps de la réparation et de la reconstruction finira par venir. Les personnages féminins de la petite sœur et de Lily incarnent la volonté de gagner sa liberté par des choix individuels « quelque part au fond de toi, il y a cette personne libre dont je parle. Trouve-la et laisse-la faire du bien dans le monde ». Avec Home, l’auteure rend compte de ce que fut la condition des Noirs américains et au-delà nous livre un magnifique hymne à la liberté et au pouvoir de réparation que tout homme a en lui.

Les voix du roman

En résumé, Toni Morrison est une magicienne. Elle donne vie à ses personnages comme personne, comme s’ils existaient de tout temps, notamment grâce des flashbacks qui confèrent une amplitude temporelle au récit et une profondeur psychologique aux personnages (ils ont vécu). Mais ce n’est pas tout. Frank prend la parole dans de très courts chapitres où il tente de rattraper le discours du narrateur. Il le corrige ou le met au défi de réussir à exprimer la complexité de ses sentiments à lui : « Décrivez-moi ça si vous savez comment », et finalement dans un langage oralisé où sa voix prend corps, il dévoile des bribes de réalité, en prenant à sa charge la vérité du récit. L’effet est saisissant : quand le secret surgit par la voix de Frank, il détonne dans l’histoire avec autant de violence qu’il le ferait dans la vie. Une audace narrative qui donne l’impression que le récit se construit littéralement sous nos yeux. La fin du roman contribue quant à elle à donner au lecteur une impression de complétude comme peu de livres y parviennent. 

Commentaires

Anonyme a dit…
Je viens de finir ce roman qui m'avait été doublement recommandé. Effectivement, il est remarquable. A mon sens, c'est aussi un roman sur la quête d'identité. Qui est-on ? Dans quelle mesure choisit-on la vie que l'on mène ? Dans quelle mesure la subissons-nous ? Bref, un court roman qui se lit avec plaisir ! Merci pour l'idée !
De rien, merci pour l'avis ! J'en garderai aussi longtemps un beau souvenir.

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…