Accéder au contenu principal

Une résidence d'écriture numérique à La Marelle

L’association La Marelle lance un appel à projets pour une résidence d’écriture numérique. Je suis allée les rencontrer pour en savoir un peu plus à la Friche La Belle de Mai, à Marseille, où l’association est installée depuis 2010 dans cette belle villa paisible. J’y ai rencontré une sympathique équipe constituée de son directeur Pascal Jourdana, d’Isabelle au secrétariat, de Fanny à l’administratif et d’Émilie à la diffusion et la communication. Les locaux sont également occupés par les éditions du Bec en l’air et par des auteurs en résidence sur place dans les étages. Autant vous dire que ça bouillonne pas mal là-bas !

La Marelle à La Friche la Belle de MaiLa Marelle : une équipe de médiateurs culturels littéraires

Commençons par un petit tour d’horizon des actions menées par ces médiateurs culturels littéraires. La Marelle (auparavant « Des Auteurs aux lecteurs ») est très investie dans la vie culturelle marseillaise depuis sa création en 2008. Sa programmation s’articule notamment autour de temps forts, comme le festival CoLibris, consacré aux littératures latino-américaines (des croisements prévus avec le Monde arabe en 2013 et slave en 2014). La Villa a également participé à l’organisation du colloque universitaire « Villes méditerranéennes et exil » qui a eu lieu le week-end dernier. Autre temps fort à venir en novembre 2013 : une rétrospective consacrée à l’œuvre de Boris Vian intitulée « Rétrolittérature vers le futur » qui devrait mélanger les supports artistiques. La Marelle propose par ailleurs des cycles de rencontres, comme les « Écrivains en dialogue » à la BDP ou « Entre les lignes » à la médiathèque de Martigues. Ces cycles sont des commandes des bibliothèques qui font appel aux compétences réunies à l’association pour favoriser la rencontre de leurs usagers avec les auteurs. 

Différents dispositifs de résidences d’auteur

Par ailleurs, l’association propose des résidences d’auteur. Le principe étant d’accueillir un auteur pendant une durée d’un ou deux mois dans des conditions favorisant son projet d’écriture (le plus souvent des fictions narratives). Soit parce qu’il aura trouvé dans l’environnement particulièrement bouillonnant de la Friche l’opportunité d’aller vers des croisements avec d’autres disciplines, soit parce que le déplacement de l’auteur dans la ville de Marseille est pertinent pour sa création. De plus, une aide financière est allouée à l’artiste. Parallèlement à ce dispositif « normal », la Marelle a initié un type de résidence atypique : « La Marelle prend l’eau » en partenariat avec la SNCM (compagnie maritime de transport en ferry en Méditerranée). Récemment les auteurs Magali Brénon ou Xavier Bazot (actuellement en résidence) ont donc embarqué pour des allers-retours d’une cinquantaine d’heures à bord, expérimentant l’écriture pendant le temps du voyage (vers Tunis ou Alger). Des restitutions peuvent être organisées en fin de résidence (rencontre avec le public, exposition, émission de radio « A l’air Livre », concert, publication).

La Friche la Belle de Mai en 2012 (archive)
La Friche : pôle culturel rassemblant 70 structures (400 personnes)

La résidence d’écriture numérique

Et donc, un troisième type de résidence est lancé avec cet appel à projets pour une résidence d’écriture numérique, en partenariat avec les éditions Le Bec en l’air (ligne éditoriale axée sur le dialogue entre le texte et l’image) et Alphabetville (recherche sur les rapports entre langage, écriture et média). Le dispositif est très précisément décrit sur le site de La Marelle mais en résumé il s’agit de créer une œuvre littéraire sur un support numérique dont le choix est laissé à l’auteur. Il pourrait s’agir d’un ebook (mais pas homothétique), d’une application, d’écriture web ou d’un support qui n’existerait pas encore ! Mais le projet doit demeurer littéraire. Le ou les auteurs (jusqu’à quatre, selon la maîtrise de l’outil numérique) bénéficieront d’une aide financière de 3000 euros et seront accueillis pendant un mois, mais ils devront apporter leur propre matériel (une connexion WiFi est possible sur place). Une restitution sera faite à la Friche à l’issue de la résidence et une publication pourra être envisagée. Les auteurs qui souhaitent envoyer leur candidature pour la résidence d’écriture numérique doivent le faire avant le 31 décembre.

Emission À l'air livre à La Friche
Rencontre avec le résident Xavier Bazot au programme des événements d’octobre de La Friche

Pour plus de création dans le livre numérique

Lorsque j’ai questionné Pascal Jourdana sur le livre numérique, il m’a répondu qu’il y voyait un espace de création et d’expérimentation de nouvelles possibilités. D’après lui, il change le rapport du lecteur au texte, et l’on peut aussi s’interroger sur les changements qu’il engendre dans le rapport de l’auteur à l’écriture. Mais s’il y a beaucoup de théoriciens du numérique et que les questions de diffusion sont largement débattues, on manque en revanche de créateurs. Cette résidence devrait ouvrir un peu le champ des investigations. De même que la journée « Les Écritsdu numérique » programmée par Alphabetville à la Friche le 23 novembre prochain, dont l’entrée est libre et où le projet de résidence sera exposé au public. À cette occasion, Pierre Ménard et Anne Savelli (ancienne résidente) viendront parler au public du dialogue numérique littéraire qu’ils ont tous deux entretenu.  

Voilà pour cette petite présentation, j’espère qu’elle vous aura donné envie d’en savoir plus sur les auteurs invités à La Marelle.

Bonnes découvertes ! 

Prochaines rencontres organisées par La Marelle

— mercredi 21 novembre 2012 : « À l’air livre » avec Anne Savelli et Pierre Ménard, 19 h Studio, La Friche.
— vendredi 7 décembre 2012 : « Écrivains en dialogue », 18 h 30 à la BDP.
— mardi 18 décembre 2012 : « À l’air livre » avec Laurence Vilaine, 19 h Le Studio La Friche.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …