Accéder au contenu principal

Rêves d'hiver au petit matin, Collectif

J’ai trouvé Rêves d'hiver au petit matin dans le quartier de la Plaine à Marseille à la librairie Le Lièvre de Mars, spécialisée dans les arts graphiques et la littérature. Il contient les textes de cinquante auteurs à qui Bernard Magnier (spécialiste de la littérature africaine) a demandé de rédiger un texte court inspiré par les deux mots suivants : « Printemps arabes ». Proposition faite dans le cadre des manifestations et rencontres organisées au théâtre Le Tarmac (lieu parisien dédié à la scène internationale francophone) au début de l’année 2012. La réunion de ces textes en un recueil a été réalisée par elyzad, maison d’édition tunisienne spécialisée dans la littérature francophone.

Recueil Rêves d'hiver au petit matinUn recueil aux formes multiples

Toute latitude ayant été laissée aux auteurs quant au contenu et à la forme littéraire, le recueil Rêves d'hiver au petit matin foisonne de tonalités et de styles d’écriture différents. On y trouve des textes critiques, poétiques ou narratifs ; parfois sévères et ironiques ou bienveillants et encourageants. Des textes auxquels répondent, entre autres, les dessins humoristiques du bloggeur _Z_ ou ceux, plus allégoriques, de Zeina Abirached, ainsi que les photographies de graffitis, messages ou affiches collectés sur les murs de villes arabes. Sa composition fait de ce livre un objet original et multiple.

Regards croisés sur les printemps arabes

Rêves d'hiver au petit matin est un ensemble de regards croisés sur les printemps arabes. Car s’ils participèrent du même élan d’émancipation, les mouvements populaires n’en furent pas moins divers, ne serait-ce que dans les résultats auxquels ils aboutirent : renversements des régimes (Égypte, Tunisie), réformes constitutionnelles (Maroc, Algérie), guerres civiles (Lybie, Syrie), répressions suivies de nouveaux soulèvements (Bahreïn), changement de gouvernement (Yémen, Jordanie). Alors les impressions des auteurs diffèrent forcément selon le pays sur lequel ils posent leur regard, d’autant qu’ils ont perçu les événements à distance, sous des latitudes différentes, pour la majorité. Plusieurs textes ont d’ailleurs une teneur très critique ou expriment une déception douloureuse à propos de la tournure qu’ont prise les événements. Ainsi, Wilfried N’Sondé s’insurge contre les termes de « printemps arabes » qui réduisent le mouvement à une « dynamique ethnique et politique ». Derri Berkani, quant-à lui, déplore qu’un soulèvement populaire si prometteur ait abouti à une « catastophe salafiste ». D’autres écrivains dénoncent l’illusion de l’amélioration de la condition des femmes arabes (Souâd Belhaddad) ou les discriminations qui demeurent à l’égard des minorités ethniques des sociétés arabes (Nétonon Noël Ndjékéry). Une diversité de points de vue qui apporte de la complexité dans le débat, mais qui n’empêche pas d’autres écrivains de continuer à espérer dans le processus de libération engagé et toujours en cours. C’est ce sentiment d’espoir qui fait dire à Mahi Binebine, peintre et écrivain marocain : « nous avons appris à nous tenir debout, et cela est irréversible. » Plusieurs auteurs reprennent cette idée que les soulèvements ont été un moment dans un processus historique long, qui demeure encore incertain. 

"Cet article concerne un événement en cours"

Universalité de l’espoir

Il y a aussi les écrivains étrangers dont la reconnaissance dans ces mouvements populaires nous parle de notre aspiration universelle à la liberté et à de meilleures conditions de vie. Ils disent ce que les manifestations ont représenté pour eux, comme l’auteur comorien marseillais Salim Hatubou, qui s’adresse à son ami tunisien Tahfat : « nous avons planté ton jasmin qui fait fleurir de l’ylang-ylang sur ma terre ! » Dans son poème, l’écrivain français Edouard Manet en appelle à la solidarité des peuples entre eux : « Vous venez de donner une très belle leçon au monde. Puisse le monde vous tendre la main si l’hiver menace. »

Silence sur le mouvement des Indignés

Parfois, au-delà de l’empathie et de l’admiration, émergent des doutes sur nos propres valeurs européennes. C’est ce qu’expriment les mots du dramaturge roumain Matéi Visniec : « Oui, l’automne européen devrait avoir un choc terrible en se regardant dans le miroir du printemps arabe ». Il fait référence à la crise économique européenne, mais l’étonnement qui me reste à la lecture du recueil, c’est que ni lui ni personne n’évoque les mouvements populaires des Indignés qui ont secoué l’Europe en 2011 (et certaines autres régions occidentales du monde). Pourtant, plusieurs écrivains soulignent que la contestation dans les pays arabes est venue non seulement d’une aspiration à plus de liberté mais aussi à des conditions économiques meilleures. Étrange silence.

Après le printemps...

D’autres sujets sont abordés dans le recueil, comme le rôle ambivalent des médias ou le pouvoir de la non-violence. De nombreux textes rendent également hommage à Mohamed Bouazizi, l’homme tunisien dont l’immolation le 17 décembre 2010, fut le premier acte de révolte contre les autorités de son pays. Le titre du recueil, Rêves d’hiver au petit matin, rappelle au lecteur que l’histoire se rejoue chaque jour. Entre admiration, reconnaissance, déception ou soutien morale, les printemps arabes continuent de susciter des réactions multiples. C’est tout le mérite de ce livre que d’entretenir le débat et de faire naître en nous des réflexions qui nous rendent forcément un peu plus solidaires de ce qui se passe autour de nous.

(Novembre 2012)

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …