Accéder au contenu principal

L'Atlas-monstre de Tom Henni (waaw/Fotokino)

Samedi matin, d’humeur créative et participative, je me suis rendue au WAAW, qui accueillait Tom Henni, graphiste et illustrateur en résidence à Fotokino, venu présenter son projet d’Atlas-monstre. Le WAAW (dont je vous avais parlé ici), c’est un café-restaurant chaleureux où l’on trouve toute l’info sur l’actualité culturelle et un site internet avec moteur de recherche de sorties. Ce samedi, donc, quand je suis arrivée, il faisait bien chaud à l’intérieur, les gens étaient attablés, un crayon dans une main, une tasse de café dans l’autre, en pleine activité, ça papotait, ça circulait, Tom Henni était en train d’écrire quelque chose à l’envers sur une vitre du bar. Tout ce petit monde participait au lancement de l’Atlas-monstre.

L'Atlas-monstre de Tom Henni
« Quoi faire à Marseille ? » 

Installée à une table, j’ai moi aussi tenté de répondre à la question posée par l’artiste aux participants : « Quoi faire à Marseille ? » Une fois les idées en tête, encore fallait-il essayer d’imaginer un support sur lequel les intégrer. Pour ce faire, Tom Henni avait conçu deux maquettes : sur la maquette « préparée », servant de modèle, quelques espaces vides à remplir, et sur la maquette vierge, une trame de fond délimitant des espaces pouvant représenter un flyer ou une. À chacun sa participation : organiser du contenu ou jouer avec le volume des feuilles pour en faire des supports de communication.

L’Atlas-monstre : œuvre collective et support de diffusion

Présenté comme une installation participative, une aventure éditoriale et une documentation vivante, l’Atlas-monstre va durer pendant tout Marseille 2013. Source d’inspiration pour les supports de communication des dix expositions proposées par Fotokino en 2013 et ressources créées par les Marseillais sur leur ville. À la fois œuvre collective et support de diffusion permettant l’appropriation du discours prescriptif par le public lui-même. Au début, j’ai eu un peu de mal à comprendre quelle unité allait pouvoir garder cette somme de documents fragmentaires et « volatiles ». Je me demande quelle forme donnera l’artiste à l’Atlas-monstre ! Quoi qu’il en soit, pour le moment tous les mini-flyers sont rassemblés au WAAW et chacun peut continuer à y contribuer jusqu’au 22 décembre. Je vous conseille d’y aller, je me suis personnellement beaucoup amusée ! Ensuite Tom Henni le récupérera pour continuer sa collecte.

Quoi faire à Marseille ? Dessiner !
Quoi faire à Marseille pendant MP2013 ? Dessiner !

Maquettes de flyers
Fabrication de flyers en tout genre

Formes de supports papier
Toutes les formes de support imaginées par Tom Henni

En savoir plus sur Laterna Magica de Fotokino

Quelques mots sur Fotokino et sa manifestation annuelle Laterna Magica (en décembre !). Allez consulter leur très beau site (une « fotokinothèque » consultable en ligne). Fotokino est un lieu de création et de diffusion autour des images fixes et mobiles (arts graphiques, photographie, peinture, illustration, cinéma, création vidéo ou sonore). Autrement dit, l’organisation accueille des artistes et expose leurs travaux au public, auquel elle propose des ateliers (notamment aux enfants). Fotokino édite également des ouvrages, des cartes, des affiches, ainsi que des sérigraphies en collaboration avec l’atelier Nicole Crême. En ce moment, on peut se rendre à des expositions à la librairie Le Lièvre de Mars et au Studio Fotokino, à des projections à La Criée et aux Variétés, etc. Vous serez séduits par le programme de cette dixième édition conçue comme le prologue de Laterna Magica 2013, qui — à l’occasion de MP2013 — s’étendra sur toute l’année prochaine. Une très bonne nouvelle !

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.