Accéder au contenu principal

Royal Romance, François Weyergans

Cette chronique de Royal Romance de François Weyergans a été écrite par Jenny, lectrice des P'tites Notes, qui a accepté l'invitation à publier ses impressions de lecture. Un grand merci à elle pour cette contribution !

Chronique de Royal Romance de François Weyergans
Contrairement à François Weyergans, je n’ai aucunement le don de rendre la digression intéressante, c’est pourquoi, je vais tenter d’être concise, évitant par là même, du moins je l’espère, de vous perdre.

Donc, après Trois jours chez ma mère, François Weyergans nous offre Royal Romance. Mais encore …

Royal Romance c’est le nom d’un cocktail, mais c’est surtout l’histoire d’un homme, Daniel Flamm, le narrateur, qui s’ennuie autant qu’il nous ennuie durant des pages. Il nous fait subir ce que lui-même vit passivement, des voyages, des dîners au restaurant, des terrasses de café, des rencontres humaines. Tristes digressions, les mots et les tergiversations de cet homme s’enchaînent. Il est marié, abouti professionnellement mais désincarné, vide semble-t-il. J’aurais lâché le livre rapidement sans la première phrase prometteuse qui ouvre ce roman « Combien de gens réussit-on à rendre heureux dans une vie ? » Plane alors comme une envie d’en savoir plus…

Au Québec, Daniel Flamm devait y rester une semaine, mais c’était sans compter sur la rencontre de Justine.

Entre cette jeune femme de 25 ans, comédienne, fervente lectrice d’auteurs russes et adepte de films porno et Daniel Flamm naît une histoire. Histoire d’amour ? Rien n’est moins sûr. Qu’on se le dise et c’est tant mieux, l’auteur se garde bien de tomber dans les clichés de l’histoire d’amour passionnelle. Non, il nous peint le tableau de leur complicité, le tableau d’une jeune femme haute en couleur, attachante, singulière, vif-argent pour laquelle Daniel Flamm éprouve un sentiment qu’il peine autant à définir qu’à éprouver, d’ailleurs. Séducteur compulsif ce Daniel Flamm ? Sûrement, d’autant qu’il a la « malchance » de plaire aux femmes qui lui plaisent, toute ironie mise à part bien sûr !

Si l’auteur nous préserve autant qu’il préserve son personnage de sombrer dans le drame, les SMS et les enregistrements de Justine nous donnent à comprendre toute la réalité crue d’une histoire d’amour sans prise, suspendue entre Québec et Paris : « Je devrais arrêter de réfléchir, seulement accepter ce que la vie me propose, pas au-delà de mes capacités, et je me rends malheureuse avec mes songes et mes pensées. » Nous les suivons donc, témoins de l’impossibilité pour Daniel Famm de se résoudre, de se rassembler et d’une Justine souvent bafouée mais tellement héroïque.

Le lecteur attend la chute, mais celle-là, je la tairai…

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.