Accéder au contenu principal

Royal Romance, François Weyergans

Cette chronique de Royal Romance de François Weyergans a été écrite par Jenny, lectrice des P'tites Notes, qui a accepté l'invitation à publier ses impressions de lecture. Un grand merci à elle pour cette contribution !

Chronique de Royal Romance de François Weyergans
Contrairement à François Weyergans, je n’ai aucunement le don de rendre la digression intéressante, c’est pourquoi, je vais tenter d’être concise, évitant par là même, du moins je l’espère, de vous perdre.

Donc, après Trois jours chez ma mère, François Weyergans nous offre Royal Romance. Mais encore …

Royal Romance c’est le nom d’un cocktail, mais c’est surtout l’histoire d’un homme, Daniel Flamm, le narrateur, qui s’ennuie autant qu’il nous ennuie durant des pages. Il nous fait subir ce que lui-même vit passivement, des voyages, des dîners au restaurant, des terrasses de café, des rencontres humaines. Tristes digressions, les mots et les tergiversations de cet homme s’enchaînent. Il est marié, abouti professionnellement mais désincarné, vide semble-t-il. J’aurais lâché le livre rapidement sans la première phrase prometteuse qui ouvre ce roman « Combien de gens réussit-on à rendre heureux dans une vie ? » Plane alors comme une envie d’en savoir plus…

Au Québec, Daniel Flamm devait y rester une semaine, mais c’était sans compter sur la rencontre de Justine.

Entre cette jeune femme de 25 ans, comédienne, fervente lectrice d’auteurs russes et adepte de films porno et Daniel Flamm naît une histoire. Histoire d’amour ? Rien n’est moins sûr. Qu’on se le dise et c’est tant mieux, l’auteur se garde bien de tomber dans les clichés de l’histoire d’amour passionnelle. Non, il nous peint le tableau de leur complicité, le tableau d’une jeune femme haute en couleur, attachante, singulière, vif-argent pour laquelle Daniel Flamm éprouve un sentiment qu’il peine autant à définir qu’à éprouver, d’ailleurs. Séducteur compulsif ce Daniel Flamm ? Sûrement, d’autant qu’il a la « malchance » de plaire aux femmes qui lui plaisent, toute ironie mise à part bien sûr !

Si l’auteur nous préserve autant qu’il préserve son personnage de sombrer dans le drame, les SMS et les enregistrements de Justine nous donnent à comprendre toute la réalité crue d’une histoire d’amour sans prise, suspendue entre Québec et Paris : « Je devrais arrêter de réfléchir, seulement accepter ce que la vie me propose, pas au-delà de mes capacités, et je me rends malheureuse avec mes songes et mes pensées. » Nous les suivons donc, témoins de l’impossibilité pour Daniel Famm de se résoudre, de se rassembler et d’une Justine souvent bafouée mais tellement héroïque.

Le lecteur attend la chute, mais celle-là, je la tairai…

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…