Accéder au contenu principal

49 Jours, La Dernière guerre T1, Fabrice Colin

On a parfois des phases de lecture d’un certain genre. En ce moment, je reviens régulièrement vers les littératures de l’imaginaire (anticipation, science-fiction, fantasy, fantastique). Le genre est très traduit, car plutôt anglo-saxon, mais Fabrice Colin est un auteur phare en France. Je l’avais découvert il y plusieurs années au cours d’un stage aux éditions L’Atalante pendant lequel j’avais lu Kathleen, roman fantastico psychologique s’articulant autour de la figure littéraire de Katherine Mansfield. Et j’ai retrouvé l’auteur avec 49 jours, attirée par la couverture de Marc Simonetti, faisant le choix du numérique parce qu’un peu moins cher (puis je l’ai acheté en papier pour l’offrir). Paru aux éditions Michel Lafon, il est classé en jeunesse en librairie, mais les adultes trouveront également leur compte avec cette lecture hautement addictive.


L’histoire débute avec la mort de Floryan dans un attentat terroriste. Il se réveille dans une prairie, entouré de montagnes majestueuses, c’est l’Intermonde. Un Elohim (« être de lumière ») lui fait la proposition suivante : choisir entre le Royaume, lieu de la félicité et de l’amour absolu ou sauter dans le Nihil, un gouffre visible au loin. Il a 49 jours pour se décider. Floryan, encore tout pétri des sentiments humains de tristesse et de perte, décide malgré tout d’explorer son nouvel environnement. C’est ainsi qu’il rencontre Les Egarés, communauté d’hommes retranchés ayant refusé de choisir. Initié à leur mode de vie archaïque, il apprend également avec eux à voyager dans la Trame du temps et ainsi à revenir sur terre. Mais des règles strictes régissent ces voyages temporels : il ne faut ni chercher à se rencontrer, ni se montrer aux humains, ni aller dans le futur. Floryan va déstabiliser la communauté en transgressant les règles.


On a donc plusieurs niveaux de récit dans le roman : le temps « réel » de l’Intermonde et le temps « visité » des vivants sur terre. C’est le sous-genre de la fantasy qui domine, situant l’action dans un passé archaïque et merveilleux, riche de croyances et de pratiques magiques. Parallèlement, les plongées de Floryan dans la Trame du temps le font évoluer dans un décor de roman d’anticipation apocalyptique, assez effrayant. Mais Fabrice Colin, avec ce roman caméléon, réserve d’autres surprises que je tairai. Le surnaturel affleure partout dans ce texte d’une grande force onirique, alimenté par des descriptions de paysages magnifiques, très évocatrices. Le style de Fabrice Colin n’est pas sophistiqué, mais il est limpide, ses phrases rondes font éclore dans l’imaginaire du lecteur des images où le décor s’incarne miraculeusement. En lisant ce livre, je pouvais aisément visualiser les scènes.
 
Les Plaines du paradis de John Martin pour illustrer l'Intermonde

Les voyages temporels sont d’ailleurs une métaphore de l’immersion dans la lecture. Les plongées dans la Trame du temps, dont ne savent plus se passer les Egarés, leur font arpenter des mondes inconnus, appartenant à des périodes révolues de l’histoire (celui des dinosaures ou celui du sacre de Napoléon, etc.). Le personnage de Scarlett explique à Floryan à propos de ces plongées : « de purs esprits, voilà ce que nous devenons. » Elles s’apparentent aux plongées du lecteur dans les univers romanesques imaginaires. L’écrivain-visionnaire lui ouvre les portes d’un monde parallèle auquel il lui demande de croire le temps de la lecture, selon un pacte tacite conclu entre eux.


Bon, je dois avouer que ma croyance a quelque peu fléchi sur la fin du roman à cause de retournements de situations un peu alambiqués (je ne suis peut-être pas assez aguerrie au genre). Mais je garde la foi et pas de doute, je lirai la suite (le Tome 2 n’est pas encore disponible). Et quoi qu’il en soit, le roman demeure un vrai plaisir de lecture, équivalent en termes de réjouissance à la vision de films comme Avatar, Les Fils de l’homme ou encore L’Histoire sans fin (non je n’exagère pas !) Le livre allie aventure, amour, mélancolie, fin du monde, réflexion sur la fin des prophètes et des dogmes religieux, sur la spiritualité, sur le deuil, la transgression et la rébellion. Les adeptes du genre se régaleront et les néophytes devraient saisir l’occasion d’un texte si bien écrit et ficelé pour tenter une plongée dans la trame des littératures de l’imaginaire !

Pour aller plus loin, écoutez cette émission de radio Le Carnet d’or, où Fabrice Colin est invité (avec Maxime Chattam et Pit Agarmen).

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …