Accéder au contenu principal

La Bibliothèque éphémère de Fotokino sur la littérature jeunesse du Monde Arabe

Les marseillais commencent à le comprendre, Marseille Capitale Européenne de la Culture s’annonce comme un marathon culturel consistant à réussir à voir les expos qui nous intéressent dans le temps imparti pour les voir. Par exemple, ce week-end, j’étais à Aix-en-Provence pour voir in extremis le parcours d’art contemporain dans les rues de la ville, L’Art à l’endroit. Et du coup j’ai loupé Made in La Friche 2. C’est comme ça, on ne peut pas être partout, ça fait partie du jeu ! Ce préambule a pour but de m’excuser par avance auprès de vous, car je vais vous parler d’une installation que je suis allée voir cette semaine et qui s’est clôturée aujourd’hui au Studio Fotokino : « Regard sur 40 ans de littérature jeunesse dans le Monde Arabe ».

Le Studio de Fotokino à Marseille
Le Studio Fotokino
  
La Poésie algérienne (littérature jeunesse)
(Éditions Mango)



Poésie arabo-andalouse (littérature jeunesse)
Édition Michalon

Le Studio Fotokino est un lieu de création et de diffusion consacré aux images fixes et mobiles. L’illustration étant un medium important de la littérature jeunesse, il était donc normal que l’organisation se penche sur la création éditoriale du Monde Arabe dans ce domaine : « cette création si proche de nous, et pourtant quasiment invisible en France. » L’exposition était en fait une bibliothèque éphémère, c’est-à-dire, une sélection d’une centaine de livres de plusieurs maisons d’édition à consulter sur place, en version originale et parfois bilingue. Les livres ont été achetés par Fotokino auprès de L’Oiseau Indigo (diffuseur des éditeurs du Monde Arabe à Arles) et des librairies El Bourj à Beyrouth et Al-Balsam au Caire. La sélection est donc le fruit d’une collaboration, avec le département de L’île aux livres de l’Alcazar, Mathilde Chèvre, directrice de la maison d’édition Le Port a jauni, et La Joie par les Livres (bnf). Et chose intéressante pour les pédagogues, dans le beau fascicule distribué aux visiteurs, on apprend que les livres circuleront après le 17 février (« voyez que j’ai bien fait de vous en parler !).


Livres des éditions Le Port a jauni (Marseille)
Les éditions Le Port a jauni

Édition bilingue français-arabe
Édition bilingue français-arabe

La thématique ayant servi d’orientation est « la place laissée à l’enfant dans les livres arabes ». Comme l’installation était conçue comme une bibliothèque davantage que comme une exposition, c’est ensuite à la lecture du fascicule que j’en ai appris davantage sur l’évolution des réflexions identitaires, linguistiques et graphiques opérées par les artistes et maisons d’édition arabes depuis les années 1950-60. Évidemment, certains livres ont pris un coup de vieux, mais ils ont une valeur historique intéressante. J’ai eu un coup de cœur pour les illustrations des livres de la maison d’édition bilingue marseillaise Le Port a jauni et pour ceux de la maison d’édition libanaise Dâr Onboz, fondée en 2005 par Nadine Tûma, Rayâ Khallâf et Sivine’Arîs. 


Dar Onboz éditions (Beyrouth)
Un jeune éditeur de Beyrouth

Un des albums des éditions Dâr Onboz
Un des albums des éditions Dâr Onboz

C’était donc l’occasion de découvrir des ressources vraiment intéressantes. Et c’était donc l’exposition inaugurale du programme élaboré par le lieu pour Marseille Provence 2013. Sachez qu’on est vraiment bien accueilli là-bas, alors il ne faut pas hésiter à pousser la porte. En plus il y a un coin librairie fort sympathique, avec des cartes, affiches ou badges un peu loufoques comme on aime.


Des livres à hauteur des petites têtes


Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.