Accéder au contenu principal

Le Rouge et le noir, Stendhal

Une nouvelle contribution amicale de Candy sur un classique du XIXe siècle : Le Rouge et le Noir de Stendhal. Merci à elle !

Le Rouge et le Noir de StendhalCela faisait un sacré bout de temps que je voulais lire Le Rouge et le Noir de Stendhal, mais jamais je n’avais réussi, il y a des livres et des personnages à côté desquels on passe.

Aussi, l’occasion était trop belle de se plonger dans cette histoire, lue sur la liseuse numérique ! L’histoire de Julien Sorel est celle d’une défaite courue d’avance, car au XIXe siècle, les statuts et les origines sociales comptent plus que tout. Parce que né d’un père charpentier, éduqué dans un univers paysan, Julien Sorel n’a aucune chance de s’en sortir. Mais voilà, il refuse cette fatalité et veut se donner à voir, vivre une vie de réussite et de gloire, à l’image de son idole qui le suivra jusqu’à la fin : Napoléon. Le paradoxe étant qu’il rejette cette société de paillettes : « mais qui peut comprendre, excepté moi, la laideur de ce qui m’environne ? »

Julien Sorel, rejetant et admirant à la fois la société des « grands », commence donc par être instructeur auprès des enfants de M. de Rênal, alors maire de Verrières, qui cherche à montrer au village son pouvoir. Julien Sorel sait qu’il est un de ces signes extérieurs de richesse. Il accepte et rencontre Mme de Rênal, qui va tomber amoureuse de lui. Julien Sorel profite de cette infidélité et, malgré ses sentiments, décide de partir vers la gloire qu’il attend depuis longtemps, en allant à Paris : « Chacun pour soi dans ce désert d’égoïsme qu’on appelle la vie. »

De rencontres en hasards, il devient le secrétaire du marquis de La Mole ; un véritable ascenseur social pour Julien. Mais il tombera amoureux de la fille Camille, et après un jeu de séduction aussi malicieux que romantique, Camille finit par succomber au charme de Julien qui deviendra officier militaire – rêve suprême — grâce au marquis, répondant à la demande, voire au chantage, de sa fille. Mais cet itinéraire planifié va se trouver perturbé par des sentiments, des vrais.

Vengeance ou destin tragique ? Le ton est imposé par un narrateur dont le point de vue oscille entre interne et externe : donner la parole à ses personnages ou rester en retrait, pour laisser le lecteur à son opinion, se poser des questions sur cette jeunesse troublée. Le Rouge et le Noir est marqué par un réalisme historique éloquent, mais j’ai été touchée par une scène à la tonalité romantique : une scène incroyable de solitude au sommet d’une montagne. Julien y met en balance son choix de rester ou de partir, de vivre un amour infidèle ou de mener à bien ses ambitions militaires et sociales : « La tête appuyée sur ses deux mains, Julien resta dans cette grotte plus heureux qu’il ne l’avait été de la vie, agité par des rêveries et par son bonheur de liberté. Sans y songer, il vit s’éteindre, l’un après l’autre, tous les rayons du crépuscule. Au milieu de cette obscurité immense, son âme s’égarait dans la contemplation de ce qu’il s’imaginait rencontrer un jour à Paris. »

Le Rouge et le Noir est un roman flamboyant d’émotions, donc, de sentiments mais aussi de colères, de trahison, d’hésitations. Le rouge de la passion contre le noir de la tristesse et des ténèbres. Julien est cet individu que l’on est tous, seul, vivant dans une société où le rang social reste encore important, et dans laquelle pourtant il nous faut bien vivre et nous trouver.


Le Rouge et le Noir en numérique
Une lecture numérique

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…