Accéder au contenu principal

Que viva la música ! Andrés Caicedo

J’ai rarement eu des sentiments aussi mitigés à la lecture d’un roman. Que viva la música du colombien Andrés Caicedo est paraît-il un livre culte, et même, aux dires de l’éditeur Belfond qui en a fourni la première traduction française, « un des chefs-d’œuvre de la littérature latino-américaine du XXe siècle ». Un blog a même été dédié au livre et à son traducteur et une édition numérique enrichie a paru. Le contexte actuel de lancement de la version française n’a donc pas grand-chose à voir avec celui de la sortie du livre en 1977 en Colombie. Mais le texte n’a pas changé, lui. Ce qui est ennuyant, c’est de le présenter sous l’angle d’un hymne psychédélique à la salsa, en passant sous silence tout ce qu’il charrie de violence et de désespoir (car c’est précisément là où se situe l’irrévérence). Paradoxalement, si ma lecture du livre a été assez pénible (le texte est réputé intraduisible), elle m’a pourtant laissé derrière la rétine des impressions authentiques de ce que furent les années 70 à Cali en Colombie.

Que viva la musica d'Andrés Caicedo

Que viva la música ! est le témoignage de María del Carmen, jeune fille issue de la bourgeoisie des quartiers du Nord, qui un matin, décide de rompre avec sa vie d’étudiante et de plonger à corps perdu dans le monde de la nuit et de la salsa. « Gadji » adorée de tous, elle est possédée par la salsa : « j’ai compris que l’écheveau de la musique était mon destin », expérimente toutes les drogues, est initiée à la musique par ses amants et protégée par le groupe. Petit à petit, son obsession pour la danse l’isole cependant : « personne ne semblait vivre dans l’intérêt permanent de la musique. » Elle fait des choix de plus en plus radicaux, flirte avec le crime, répond à des préceptes révolutionnaires personnels « accouple la corruption à ta fraîcheur d’enfant » ou « Refuse les trêves, établis ton foyer dans le ravage, l’excès et la trépidation. » À travers son personnage, Andrés Caicedo exprime toute sa révolte et sa volonté de rupture et de renversement de l’ordre établi. Suicidé à 25 ans, il a réalisé un des préceptes édictés dans son roman : « Va au-devant de la mort, fixe-lui rendez-vous. Personne n’aime les enfants vieillis. » Célébration désespérée de la jeunesse, le roman oscille entre le manifeste et le testament. 
  
Edition en espagnol de Caicedo par l'éditeur Alfaguara
Édition en espagnol (Alfaguara)

Édicté à la première personne, le texte fait entendre la voix de María del Carmen : « bientôt je vais être emportée par cette nuit que mon récit a vu naître, et je ne veux pas que tout ça soit traficoté par l’oubli. » Pour rapporter de manière authentique, Andrés Caicedo a élaboré une langue oralisée, argotique, dynamique et musicale où se mêlent à la syntaxe des phrases des paroles de chansons de salsa : « tout ça étant la perte de l’expérience fondamentale de sa vie, donne-moi la marmite Macoró. » À ceci s’ajoute une écriture hallucinée très imagée évoquant les visions de María sous acide. Il est difficile d’avoir un avis sur le style de Caicedo, tant sa version française semble le desservir. Disons que ce mélange est plus ou moins heureux selon les passages. Il faudrait lire le texte dans sa langue d’origine pour se faire une meilleure idée.

Navigation dans le livre numérique enrichi (sur ipad)

Quoi qu’il en soit, l’intérêt du livre demeure désormais dans sa portée testimoniale, Que Viva la música ! est truffé de références à la culture musicale et cinématographique des années 70 qui influença son auteur : les Rolling Stones, Ricardo Ray et Bobby Cruz, rois de la salsa, Fellini, Pasolini, l'écrivain mexicain Mariano Azuela, le chanteur Ruben Blades, le musicien Tito Puente, etc. Plus précisément, Andrés Caicedo raconte la culture liée à la salsa à cette époque et comment cette dernière fut l’emblème d’une identité latino-américaine métissée, revendiquant ses origines afro-américaines et affranchie de l’influence nord-américaine. 

Que viva la musica, éditions Belfond
Vu à la bibliothèque !

Afin d’offrir au lecteur une lecture documentée et éclairante sur toutes ces références, l’éditeur a eu l’idée d’un livre numérique enrichi. On a accès depuis le sommaire de l’ebook à des métadonnées variées : documents d’archives, vidéos de Caicedo, galerie de photos, extraits musicaux à écouter sur iTunes ou Deezer, carte géographique, préfaces et postfaces. Seules les notes du traducteur (nombreuses et éclairantes) et la carte sont accessibles depuis le texte cependant. Par ailleurs, personnellement je ne lis pas sur l’iPad, impossible de supporter la luminosité de l’écran pour une lecture prolongée (peut-être un manque d’habitude, mais mes yeux sont assez réfractaires), j’ai donc consulté l’iPad séparément. Si vous ne disposez que d’une liseuse, vous ne pourrez pas y lire le contenu multimédia, sachez-le (mais il est équivalent au contenu du blog).

 Présentation de l'éditeur

Voilà je suis déçue d’être passée à côté de ce livre, j’aurais dû aller à la rencontre que L’atinoir avait organisée autour du livre samedi dernier, je l’aurais peut-être lu différemment. Nos parcours de lecture sont ainsi faits que la rencontre avec un texte parfois ne se produit pas. Tentez votre chance, et revenez me dire ce que vous en avez pensé.

Pour aller plus loin, écouter cette émission Les traverses du temps de Marcel Quillévéré sur France Musique, consacrée aux références musicales du livre, avec pour invité son traducteur.

(Informations sur les prix des différentes versions : 19,50 € en papier, 13,99 € en ebook enrichi, 12,99 € en ebook non enrichi).

Commentaires

J'ai récemment appris qu'un livre contenant des liens hypertextes vers d'autres médias était un objet hypermédia et non multimédia. Pour info !

Articles les plus consultés du mois

DIY ton club de lecture !

Mathilda Mars est de retour sur le blog pour parler du club de lecture qu’elle vient de créer, et vous donner de bonnes idées au cas où l’envie vous prendrait d’en faire autant !

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.