Accéder au contenu principal

Je vais mieux, David Foenkinos

Une p’tite note de Virginie, qui revient sur le blog avec une plume aiguisée pour parler du dernier roman de Foenkinos, Je vais mieux. Merci à elle pour cette nouvelle contribution !

Je vais Mieux de David Foenkinos paru chez Gallimard

Je suis du genre fidèle à certains auteurs et il y a quelques années j’ai découvert La Délicatesse de David Foenkinos que j’ai beaucoup aimé par sa simplicité, ses digressions. 

Du coup, lorsque à travers certains médias j’ai découvert que Foenkinos venait de publier son dernier livre Je vais mieux, je me suis précipitée dans une libraire... Calée dans un café, j’ai commencé ce nouveau roman, le début paraissait sympa et un peu drôle. Quelques semaines plus tard, le voici terminé et c’est le drame !!! 

Comment dire... L’histoire de Je vais mieux est assez banale en soi, un homme qui se découvre une douleur intense au bas du dos et qui part à la recherche de l’origine de sa douleur. Il passe par la médecine, une séance chez un ostéopathe, une séance de magnétisme, une séance chez le psy et parallèlement à cela toute sa vie va être remise en question tant sur le plan familial, personnel que professionnel. Rien de transcendant dans la thématique, néanmoins connaissant le style d’écriture de David Foenkinos à travers La délicatesse, je m’attendais à quelque chose de vivant, drôle... Que nenni !!! Je me suis ennuyée, c’était d’un plat, et long.

Oui, il y a bien un ou deux passages qui m’ont fait sourire, par exemple lorsqu’il décide de retourner chez sa future ex-femme pour marquer leur rupture comme il se doit car il avait trouvé qu’ils s’étaient quittés sans heurts et qu’il pensait que pour passer à autre chose la séparation devait être effective : « En fait, il manquait à notre histoire une fin (...) Je me suis alors avancé vers Élise et je lui ai donné une grande baffe. “Mais, ça ne va pas ! Tu es fou !?” Elle est restée hypnotisée, la main sur sa joue. J’avais tapé fort. Peut-être que j’étais allé trop loin ? (...) Nous sommes restés ainsi un long moment, entourés par le désastre, avec la force de pouvoir vivre maintenant l’un sans l’autre. Notre histoire était finie. »

Mais Je vais mieux est composé de 330 pages et deux passages faisant sourire c’est léger quand même ! Bon, je me suis posé la question de savoir si ce n’était pas mon humeur du moment qui m’avait fait avoir un regard un peu déçu sur ce livre... Je ne sais pas, donc je vous laisse vous faire votre opinion...

Commentaires

Je ne crois pas qu'il s'agisse de ton humeur rassure toi Virginie ! Bon je parle sans savoir car je ne l'ai pas lu. Mais La Délicatesse m'avait exaspérée et ennuyée à un point rarement atteint avant ! Mais je comprends ta déception...

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…