Accéder au contenu principal

Je vais mieux, David Foenkinos

Une p’tite note de Virginie, qui revient sur le blog avec une plume aiguisée pour parler du dernier roman de Foenkinos, Je vais mieux. Merci à elle pour cette nouvelle contribution !

Je vais Mieux de David Foenkinos paru chez Gallimard

Je suis du genre fidèle à certains auteurs et il y a quelques années j’ai découvert La Délicatesse de David Foenkinos que j’ai beaucoup aimé par sa simplicité, ses digressions. 

Du coup, lorsque à travers certains médias j’ai découvert que Foenkinos venait de publier son dernier livre Je vais mieux, je me suis précipitée dans une libraire... Calée dans un café, j’ai commencé ce nouveau roman, le début paraissait sympa et un peu drôle. Quelques semaines plus tard, le voici terminé et c’est le drame !!! 

Comment dire... L’histoire de Je vais mieux est assez banale en soi, un homme qui se découvre une douleur intense au bas du dos et qui part à la recherche de l’origine de sa douleur. Il passe par la médecine, une séance chez un ostéopathe, une séance de magnétisme, une séance chez le psy et parallèlement à cela toute sa vie va être remise en question tant sur le plan familial, personnel que professionnel. Rien de transcendant dans la thématique, néanmoins connaissant le style d’écriture de David Foenkinos à travers La délicatesse, je m’attendais à quelque chose de vivant, drôle... Que nenni !!! Je me suis ennuyée, c’était d’un plat, et long.

Oui, il y a bien un ou deux passages qui m’ont fait sourire, par exemple lorsqu’il décide de retourner chez sa future ex-femme pour marquer leur rupture comme il se doit car il avait trouvé qu’ils s’étaient quittés sans heurts et qu’il pensait que pour passer à autre chose la séparation devait être effective : « En fait, il manquait à notre histoire une fin (...) Je me suis alors avancé vers Élise et je lui ai donné une grande baffe. “Mais, ça ne va pas ! Tu es fou !?” Elle est restée hypnotisée, la main sur sa joue. J’avais tapé fort. Peut-être que j’étais allé trop loin ? (...) Nous sommes restés ainsi un long moment, entourés par le désastre, avec la force de pouvoir vivre maintenant l’un sans l’autre. Notre histoire était finie. »

Mais Je vais mieux est composé de 330 pages et deux passages faisant sourire c’est léger quand même ! Bon, je me suis posé la question de savoir si ce n’était pas mon humeur du moment qui m’avait fait avoir un regard un peu déçu sur ce livre... Je ne sais pas, donc je vous laisse vous faire votre opinion...

Commentaires

Je ne crois pas qu'il s'agisse de ton humeur rassure toi Virginie ! Bon je parle sans savoir car je ne l'ai pas lu. Mais La Délicatesse m'avait exaspérée et ennuyée à un point rarement atteint avant ! Mais je comprends ta déception...

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.