Accéder au contenu principal

Zeitoun, Dave Eggers

Il faut absolument que je vous parle de Zeitoun, ce récit de l’écrivain américain Dave Eggers car il m’a bouleversée. J’en avais entendu parler dans l’émission de radio Le Masque et la plume où Nelly Kaprièlian l’avait conseillé. L’envie de le lire m’était restée, du coup j’ai été super contente de le trouver à la bibliothèque de l’Alcazar.

Zeitoun de Dave Eggers

Partir ou rester pendant l’ouragan Katrina

Le récit de Dave Eggers retrace l’histoire vraie arrivée pendant l’ouragan Katrina (2005) à Abdulrahman Zeitoun, citoyen américain d’origine syrienne vivant à La Nouvelle-Orléans, entrepreneur dans le bâtiment reconnu et respecté dans sa ville. À l’annonce de l’arrivée de l’ouragan, sa femme et leurs enfants évacuent la ville, mais lui décide de rester. Il se sent investi d’une mission : « il pensait avoir été appelé à rester, que Dieu savait qu’il saurait être utile s’il ne partait pas. » Après que les digues ont cédé, il protège et répare sa maison, « un foyer méritait qu’on se batte pour lui » et vient en aide à ses concitoyens coincés sur leurs toits. Sa femme le supplie de quitter la ville décrite dans les médias comme un « nouveau Far West », mais Zeitoun est un homme obstiné et il refuse de partir. Ses forces sont décuplées, il navigue à bord de son kayak dans les rues inondées : « en un sens, c’était un nouveau monde, un monde inexploré. »

Le récit d'un scandale politique et judiciaire

Mais petit à petit, la dimension apocalyptique de la catastrophe lui fait entrevoir le danger qui guette. Dans un environnement métamorphosé par la catastrophe naturelle, il assiste à des scènes extraordinaires (les chevaux blancs en liberté) et à la révélation de la bravoure de certains voisins. Mais il observe aussi les hommes de la Garde nationale passer à côté d’hommes en péril sans leur porter secours. La vision d’un cadavre flottant le convainc tout à fait de quitter la ville. C’est à ce moment précis qu’une deuxième catastrophe se produit, plus intime et plus dévastatrice. Je ne peux rien vous dire de plus sans désamorcer le suspense incroyable que Dave Eggers installe dans son récit. Sachez seulement qu’il y dévoile un scandale politique et judiciaire effrayant. Que pendant les semaines qui ont suivi le passage de Katrina, la paranoïa des autorités et des militaires a atteint un tel degré d’absurdité que des hommes innocents ont été littéralement brisés. 

Dave Eggers et la collecte de témoignages  

Derrière Zeitoun de Dave Eggers, il y a un véritable projet éditorial. À la base, Dave Eggers est le fondateur de la structure éditoriale McSweeney’s pour laquelle il a créé la collection Voices of witness (« Les Voix du témoignage ») qui recueille les récits oraux de personnes « durement frappées par l’injustice sociale contemporaine ». Après le passage de Katrina, lui et d’autres sont partis écouter les habitants de la région raconter la catastrophe. La collecte a abouti à l’édition du livre Voices from the storm, dans lequel figurait l’histoire des Zeitoun. En la découvrant, Dave Eggers a décidé d’y consacrer un livre entier. Il est retourné les écouter et a entrepris des recherches. Au final, Zeitoun est un récit passionnant se situant entre le témoignage, le reportage, le journal et le portrait d’un homme, dont la jeunesse syrienne est racontée en parallèle aux événements liés à l’ouragan. Un texte qui a valeur de réparation, si tant est que l’atteinte à la dignité humaine puisse être réparée, et de dénonciation d’un système devenu fou, qui s’est retourné contre les individus qu’il était censé protéger. Une lecture coup de poing, bouleversante…

Commentaires

Anonyme a dit…
J'ai été captivée par le lecture de livre, du début à la fin. C'est passionnant et on apprend beaucoup de choses sur ce qui c'est passé avant, pendant et après Katrina. C'est palpitant et ça se lit très facilement. A lire donc !
Oui ! A la fois palpitant et documentaire, un mélange parfaitement maîtrisé par l'auteur ! Maintenant j'ai bien envie de découvrir ses autres livres... Merci pour l'avis :)

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …