Accéder au contenu principal

L’écume des jours, Boris Vian : de l’intérêt des années qui passent !

Lire est une expérience, Mathilda Mars nous parle de ses différentes lectures de L'Écume des jours de Boris Vian. Merci à elle !

Édition 10/18 de L'Écume des jours de Boris Vian
Quand j’ai entendu que Michel Gondry adaptait à l’écran L’Écume des jours de Boris Vian, j’ai été intriguée. Dans mon esprit, L’Écume des jours évoquait une lecture obligatoire du lycée, de longs après-midis passés à lire sans passion, une histoire de nénuphar dans un corps et un tas d’autres choses absurdes sans intérêt. Alors que Michel Gondry pour moi, c’est avant tout le film The Eternal Sunshine of the spotless mind, que j’ai découvert tardivement et adoré. Alors je me suis dit que quelque chose devait m’échapper ! 

J’ai acheté d’occasion une vieille édition du début des années soixante-dix pour trois sous et j’ai commencé ma lecture, pleine de perplexité et de méfiance. Je ne voyais pas comment il serait possible que cette histoire de nénuphar qui m’avait tant agacée lors de ma première lecture ne me fasse pas le même effet. 

Mais bonne nouvelle, les années ne sont pas passées en vain depuis 1998 et les cours de français de Mme Gravouille ! Finalement, 15 ans après (oh, mon Dieu !), j’ai l’impression d’avoir lu un autre livre ! J’ai été submergée par la beauté, la sensibilité et bien évidemment, la poésie de l’écriture. Les premières pages m’ont un peu décontenancée, mais quand j’ai lu la phrase « Il suivit Colin dans le couloir dallé, caressa les souris et mit, en passant, quelques gouttes de soleil dans son briquet », là, j’ai su que Boris et moi, on allait bien s’entendre. Le nénuphar ne m’a pas agacée, il m’a touchée.

Tout au long des 172 pages de L’Écume des jours, on trouve des passages qui laissent une bonne place à l’imagination et des phrases d’une poésie renversante : « La porte extérieure se referma sur lui avec un bruit de baiser sur une épaule nue » ou bien encore « Colin s’assit par terre pour écouter, adossé au pianococktail et il pleurait de grosses larmes elliptiques et souples qui roulaient sur ses vêtements et filaient dans la poussière. » Habituellement, je ne suis pas fan de poésie, mais là, la simplicité des images et des mots m’a vraiment impressionnée. C’est un régal de voir ce que Boris Vian fait des mots, il les prend au pied de la lettre, il les rend bavard, il les crée !

Pour résumer, L’Écume des jours, c’est l’histoire de Colin et Chloé, de Chick et d’Alise, de Nicolas, d’un pianococktail, d’une souris grise, d’une cérémonie de mariage, de la passion. C’est aussi l’histoire de la maladie, de l’absurde, de l’obsession, de la perte de la raison, des murs qui se rapprochent les uns des autres, de la lumière qui fuit et pour finir d’une autre cérémonie. Peut-être ai-je été influencée par ma récente relecture de Roméo et Juliette, mais j’y ai surtout vu l’amour pur et total. Au départ, j’ai été plus touchée par l’histoire d’amour entre Colin et Chloé, mais ensuite l’engagement d’Alise pour sauver Chick est tel qu’il m’a également impressionnée.

Je n’oserais pas aborder la signification des différents symboles présents dans le livre, tellement leur interprétation me semble dépendre de chacun. Pour ma part, j’avais en tête que le nénuphar est un cancer et que l’appartement rétrécit à mesure que l’espoir diminue. Je suis d’ailleurs curieuse de voir l’adaptation de Michel Gondry, car il me semble difficile de fixer ce livre en image.

Pour finir, le roman ne fait que 172 pages, il est facile à trouver d’occasion à petit prix et disponible en e-book.

Voilà donc quelques bonnes raisons de lire ou relire ce roman si vous ne le considérez pas déjà comme un chef-d’œuvre. Enfin, je termine ce billet par une petite pensée pour toutes les Madames Gravouille qui ont subi des années d’élèves adolescents boutonneux et incapables d’apprécier à sa juste valeur la beauté du texte. Heureusement, tout vient à point à qui sait attendre !

Commentaires

Tzvetan a dit…
Même lecture obligatoire en 1995 ! Moins de perplexité mais pas énormément d'enthousiasme. C'est que le multitouche-à-tout (avec Vian, ce n'est pas un pléonasme) est apparu tellement partout ici et là depuis que cette relecture (pour les mêmes raisons) fut bien moins circonspecte.

Aujourd'hui, j'ai improvisé un cours de français (avec des étrangers) sur le pianocktail.
C'tait bien !
Ils ont dû être amusés ! Sinon pensez-vous aller voir le film ?!
G.A. Tremblay a dit…
Moi aussi j'ai des anguilles dans ma salle de bain
Anonyme a dit…
il y a l'amour, la liberté, la sexualité,la mort, la déconnade, le consumérisme et une inventivité renversante...

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.