Accéder au contenu principal

Les Héros ça s'trompe jamais, Marie Potvin

Une p’tite note invitée de Mathilda Mars sur la série Les Héros ça s’trompe jamais de Sophie Potvin, parue aux éditions Numeriklivres. Merci à elle !

Lecture numérique des Héros ça s'trompe jamais de Marie Potvin
Je ne sais pas quel effet le ciel gris vous fait, mais pour ma part, je peux dire qu’il me donne des envies de vacances d’été, de ciel bleu, d’odeurs de crème solaire, de sable humide et de lectures estivales. L’année dernière pour mes vacances d’été, j’avais emmené deux romans : Pride and prejudice (Orgueil et préjugés) de Jane Austen et The undomestic goddess (Samantha bonne à rien faire) de Sophie Kinsella. Ces livres ont peu en commun à part la romance, les espoirs amoureux, la fin heureuse et… la période estivale à laquelle je les ai lus ! Tout ce que j’aime en somme !

Et donc, en ce moment, faute d’avoir le soleil, le ciel bleu, la crème et le sable, il ne reste que les lectures légères pour se rappeler les beaux jours. C’est donc dans cette optique que j’ai entamé la série Les Héros ça s’trompe jamais de Sophie Potvin (édition Numeriklivres), avec une envie de légèreté principalement. Et avec l’envie plus ou moins avouée de retrouver des romances dignes des séries télés que l’on regardait adolescente (genre Hartley cœur à vif, mais… chut !!) ! Et justement, Les Héros ça s’trompe jamais, c’est une de ces histoires où l’on veut pousser les personnages à aller les uns vers les autres ! 

Durant les 6 épisodes de la première saison de Les Héros ça s’trompe jamais, plusieurs personnages se croisent, se lient et s’attachent les uns aux autres dans un récit qui pourrait être celui de nos vies. Là où j’ai souvent reproché à Sophie Kinsella, reine impératrice de la chick lit, des histoires improbables et loin de nos quotidiens, j’ai apprécié chez Marie Potvin cette proximité avec nos vies, des personnages qui travaillent, hésitent, craignent de souffrir, et constatent leurs échecs…

Qu’il s’agisse de Bernise qui rencontre son héros des temps modernes dans un bar ou de Sophie qui se trouve être l’objet de l’attention de plusieurs hommes, on s’imagine tout à fait être l’une de ces deux femmes d’aujourd’hui. Et ces héros des temps modernes sont à la fois très ordinaires et très « princes charmants », comme celui qui vous débarrassera du gros balourd insistant dans un bar ou bien qui vous raccompagnera quand vous aurez un pneu crevé !

Les Héros ça s’trompe jamais est donc un roman choral, ce dont je suis assez fan ! L’intérêt des romans choral c’est la multitude de personnages qui finissent tous par se connecter les uns aux autres. En l’occurrence, les connexions se font au fur et à mesure des épisodes (6 pour la première saison) et une vue d’ensemble se dessine. Ce qui m’a plu d’ailleurs, c’est que l’on n’a pas de mal à distinguer les personnages. Car rien de pire qu’un roman choral dans lequel on confond les personnages, leurs prénoms trop ressemblants et les liens entre eux. Au bout de quelques chapitres, on ne sait plus qui est qui, qui connaît qui et qui fait quoi. Là, les choses sont claires et l’on n’est pas obligé de prendre des notes pour suivre !

Certes, la romance est bien présente, mais l’amitié et la famille sont aussi des thèmes abordés. Et pour ne rien gâcher, cette série se passe à Montréal et l’on peut donc se régaler d’expressions du cru telles que « décâlisse », « chum », « magasiner » ou bien encore « dépanneur ». J’ai également apprécié des titres de chapitre tentants, qui donnent envie de continuer sa lecture et des épisodes bien dimensionnés.

Alors pour toutes ces raisons et en attendant qu’il y ait un peu de chaleur et de légèreté dans l’air, je vous recommande de commencer la série Les Héros ça s’trompe jamais (dont la 2e saison est déjà complète et disponible en ligne). Le prix est modique : 4,99 euros pour l’intégralité de la première saison ou 0,99 euros par épisode et l’effet est sympathique, acidulé, sans prétention. Et avec un peu de chance, d’ici là, les beaux jours seront revenus !

Commentaires

Charlotte a dit…
Voilà qui me tente ! Ça fait un moment que je lorgne sur cette série :-)
mathilda mars a dit…
Oui Charlotte, il ne faut plus hésiter, il faut se faire plaisir !
Charlotte a dit…
Je l'ai lu aujourd'hui ;-) http://blog.charlotteboyer.fr/les-heros-ca-strompe-jamais-1-1-de-marie-potvin/
Bonjour Charlotte, joli billet ! J'en ai profité pour faire un tour sur ton blog que j'ai trouvé fort sympathique, j'aime bien le mélange des chroniques de lectures et de tes conseils ou impressions d'auteur... À bientôt !
Sophie.

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …