Accéder au contenu principal

Rencontre : Bookstory, une maison de pré-édition numérique

Aujourd’hui je vais vous parler de Bookstory, cette jeune maison de pré-édition numérique marseillaise créée par Guillaume Fournier, qui a accepté de répondre à mes questions et que j’ai donc retrouvé dans une brasserie du 6ème arrondissement autour d’un café. Il y a quelques mois j’avais acheté sur le site de Bookstory Carol Sue de Candice, une nouvelle d’une vingtaine de pages racontant une terrible histoire aux allures de fait divers, à travers une polyphonie de voix, et j’avais été impressionnée par la maturité du beau style de l’auteure. Mon intérêt s’est ensuite porté sur le projet Bookstory, qui se présente comme un tremplin pour les auteurs et propose aux lecteurs de découvrir de nouveaux talents.


Guillaume Fournier est à la base un grand lecteur, qui petit à petit a acquis une bonne connaissance du paysage éditorial français. Avec son équipe (Anne-Line, webmaster, Marion à la communication et Stéphanie chargée de l’édition numérique), il a créé un site qui est un outil dédié aux auteurs et aux lecteurs, permettant aux premiers de soumettre en avant-première aux seconds leur roman pour évaluation. Concrètement voici comment fonctionne le site : l’auteur y dépose son texte et un comité de lecture décide de le publier ou pas (numériquement). Puis, les lecteurs ayant acheté l’ebook peuvent laisser un commentaire et noter le texte. C’est ensuite que Bookstory prend le relais et soumet le manuscrit de l’auteur à quelques éditeurs précisément choisis en fonction de leur ligne éditoriale, à qui les droits d’exploitation du texte sont revendus.

Le postulat de base est le suivant : les auteurs ne savent pas à qui adresser leurs textes et les éditeurs sont submergés de manuscrits. Bookstory se propose de faire l’intermédiaire entre les deux et de les mettre en relation, d’aiguiller l’auteur, tel une boussole éditoriale (d’où le logo). L’intérêt pour un auteur cherchant un éditeur est de signer avec Bookstory un premier contrat d’édition (20 % de droits d’auteurs reversés sur chaque vente) et de rendre son texte accessible au public. Mais Guillaume Fournier conçoit l’édition numérique comme une première étape avant l’édition papier, d’où vient d’après lui la véritable reconnaissance. D’ailleurs Bookstory ne prétend pas se substituer à l’éditeur : aucun travail éditorial n’est effectué sur le texte, ni aucune diffusion en dehors du site. C’est le texte dans sa version première qui est envoyé à l’éditeur, accompagné des données concernant les ventes et la réception par les lecteurs.

Car le site de Bookstory est à la fois un espace de vente et un site communautaire de lecteurs (environ 1000 inscrits) pouvant interagir en commentant et en notant les textes ou devenir « contact » ou « fan » de tel ou tel autre lecteur. Plus on est actif sur le site, plus on gagne de points et l’on grimpe dans le « top lecteurs ». Enfin, plus on achète rapidement le texte, moins on le paye cher. Ainsi le site s’appuie sur le concept de lecture sociale, caractérisée par le partage, la création de contenu par le lecteur (commentaire, évaluation, recommandation) sur un texte. La lecture sociale est ainsi une sorte de prolongement collectif d’une expérience de lecture individuelle, mais elle est surtout créatrice d’une valeur ajoutée, grâce à son effet de haut parleur. Ainsi pour Guillaume Fournier le lecteur n’est pas qu’un client, il est aussi un soutien potentiel pour le texte de l’auteur. 

Guillaume Fournier et Agnès Olive, auteure de La Petite Punk, pré-édité par Bookstory

J’ai eu le plaisir de rencontrer Agnès Olive, auteure de La Petite Punk édité par Bookstory, que j’ai lu dans la foulée (une plongée dans les eaux troubles de la bourgeoisie marseillaise en même temps qu’un beau roman sur les thèmes de la famille, de l’adolescence, de la rébellion et de l’émancipation). Elle m’a expliqué être satisfaite de cette édition numérique de ses textes, même s’il s’agit d’une étape. Elle est surtout contente de participer à un projet naissant, à ce qu’elle considère comme une aventure, portée par beaucoup d’énergie et de vitalité. En ce qui concerne les commentaires des lecteurs, elle fait le constat qu’il existe autant de livres que de lecteurs, c’est-à-dire autant d’approches du texte que de commentaires, qu’elle prend plaisir à découvrir quoi qu’il en soit.

Voici pour cette ample présentation, faites-en bon usage ! Je viens de publier mes p’tites notes sur La Petite Punk sur le site de Bookstory. Je vous souhaite de faire à votre tour des découvertes aussi intéressantes et vous conseille en tous cas vivement la lecture de Carol Sue ou de La Petite Punk !

(Juin 2013)

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

DIY ton club de lecture !

Mathilda Mars est de retour sur le blog pour parler du club de lecture qu’elle vient de créer, et vous donner de bonnes idées au cas où l’envie vous prendrait d’en faire autant !

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.