Accéder au contenu principal

La Petite Punk, Agnès Olive

La Petite Punk est un court roman écrit par Agnès Olive, pré-édité par Bookstory. Il est le dernier volet d’une trilogie, entamée par Jim et Les Enfants s’amusent bien. Les textes sont liés entre eux par un creuset créatif commun : l’évocation de la région de l’auteur (Aix, Marseille…) et des années de jeunesse. Mais les intrigues sont indépendantes l’une de l’autre.

La Petite Punk d'Agnès Olive paru chez Bookstory
Agnès Olive raconte l’histoire d’une famille bourgeoise marseillaise sur trois générations, marquée par des figures matriarcales oppressantes, un silence étouffant, des conventions figées, et un passé obscur. Zabé est la petite fille, la rebelle de la famille, celle qui ne veut pas leur ressembler et qui goûte insolemment à la liberté en fuguant et en choisissant de devenir punk à 13 ans. Dans son roman, Agnès Olive rend hommage à la complexité des élans de l’adolescence, à la difficulté de construire une identité propre lorsqu’on appartient à un milieu régi par des codes et des mœurs figés. Mais elle n’oublie pas d’évoquer la part lumineuse de cette période de la vie, notamment à travers plusieurs références à Rimbaud, symbole absolu de la jeunesse géniale et révoltée.

Cette histoire est portée par la voix mystérieuse et troublante d’un narrateur omniscient, qu’on suppose être un membre de la famille, à la fois témoin et juge, proche et distant, aimant et hostile… qui déroule son récit dans une diction qu’on dirait automatique, au rythme scandé par des répétitions aux allures de refrains, qui semble vouloir tout dire, ne rien oublier, être au plus prêt et au plus vrai de ce qui fut vécu… Si la fin m’a d’abord paru un peu consensuelle, à la réflexion, elle peut être comprise comme une évocation du passage à l’âge adulte. La Petite Punk est un texte fort et habité, que l’on suppose chargé d’éléments autobiographiques, que l’auteur a su exorciser dans ce bel objet littéraire.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…