Accéder au contenu principal

La Petite Punk, Agnès Olive

La Petite Punk est un court roman écrit par Agnès Olive, pré-édité par Bookstory. Il est le dernier volet d’une trilogie, entamée par Jim et Les Enfants s’amusent bien. Les textes sont liés entre eux par un creuset créatif commun : l’évocation de la région de l’auteur (Aix, Marseille…) et des années de jeunesse. Mais les intrigues sont indépendantes l’une de l’autre.

La Petite Punk d'Agnès Olive paru chez Bookstory
Agnès Olive raconte l’histoire d’une famille bourgeoise marseillaise sur trois générations, marquée par des figures matriarcales oppressantes, un silence étouffant, des conventions figées, et un passé obscur. Zabé est la petite fille, la rebelle de la famille, celle qui ne veut pas leur ressembler et qui goûte insolemment à la liberté en fuguant et en choisissant de devenir punk à 13 ans. Dans son roman, Agnès Olive rend hommage à la complexité des élans de l’adolescence, à la difficulté de construire une identité propre lorsqu’on appartient à un milieu régi par des codes et des mœurs figés. Mais elle n’oublie pas d’évoquer la part lumineuse de cette période de la vie, notamment à travers plusieurs références à Rimbaud, symbole absolu de la jeunesse géniale et révoltée.

Cette histoire est portée par la voix mystérieuse et troublante d’un narrateur omniscient, qu’on suppose être un membre de la famille, à la fois témoin et juge, proche et distant, aimant et hostile… qui déroule son récit dans une diction qu’on dirait automatique, au rythme scandé par des répétitions aux allures de refrains, qui semble vouloir tout dire, ne rien oublier, être au plus prêt et au plus vrai de ce qui fut vécu… Si la fin m’a d’abord paru un peu consensuelle, à la réflexion, elle peut être comprise comme une évocation du passage à l’âge adulte. La Petite Punk est un texte fort et habité, que l’on suppose chargé d’éléments autobiographiques, que l’auteur a su exorciser dans ce bel objet littéraire.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …