Accéder au contenu principal

Marseille's burning, Cédric Fabre

J’ai entendu parler de Marseille’s burning (éditions La Manufacture de livres) au Cabinet des lecteurs. Le roman est un polar marseillais : Phil, rockeur désabusé, tente tant bien que mal de protéger son fils Milan d’une menace qui pèse sur lui et l’un de ses amis accidentellement mêlé à une affaire de chantage d’homme politique. L’histoire est développée sur fond de préparation de Capitale européenne de la culture, de revanche sociale, d’immigration, et de rock.

Marseille's burning, un roman de Cédric de Fabre

Une identité marseillaise ?

Ce livre est tout à fait conseillé aux amateurs de marseillologie, cette discipline qui occupe tant d’esprits, ici. La question de l’identité marseillaise irrigue tout le roman de Cédric Fabre, qui semble vouloir répondre à cette question que pose le personnage d’Éléonore à Phil : « Vous êtes Marseillais de naissance ? De souche ? Je ne sais même pas ce qui fait qu’on est Marseillais. » Quant au personnage de Phil, il est plutôt circonspect face à la devise « Fiers d’être Marseillais » : « L’affirmation d’une identité collective liée à un territoire lui a toujours paru hasardeuse ».

Démonter les clichés

Pour ma part, j’ai récemment demandé à des Marseillais de m’expliquer ce qui caractérisait leur identité, la réponse qui est revenue le plus souvent fut le sentiment d’être différents. Un sentiment comme une réaction (ou une conséquence ?) au discours stigmatisant tenue sur la ville dans les médias… Cédric Fabre tente de renverser cette image de la ville prête à exploser : « la nation tout entière attend que Marseille s’embrase. Ce qui n’arrive jamais », et d’y substituer celle d’une ville tranquille : « Marseille est la seule cité de ce pays qui respecte notre heure biologique (…) un vrai modèle de décroissance ». Le livre désamorce un certain nombre de clichés, mais il ne se dispense pourtant pas d’une réflexion critique sur la ville et sa politique culturelle.

Au cœur du roman : la culture

Un discours critique qui s’incarne essentiellement dans les actions et les mots du personnage du Gabian, « artiviste » radical, laissé-pour-compte de Marseille-Provence 2013, qui propose des happenings en réaction à la politique culturelle officielle. Ainsi que dans les réflexions de Phil, personnage rock, mu par une révolte et une colère rentrée, en même temps qu’une désinvolture et une douceur un peu désespérée, qui tente tout au long du roman de trouver les paroles de sa chanson, Marseille’s burning. En réalité, les discours sur la question culturelle sont multiples et permettent à Cédric Fabre de faire entendre plusieurs points de vue, comme celui de Max, l’ami de Phil : « Le douze janvier 2013 : légalisation de la culture à Marseille après des décennies de prohibition », phrase qui résume bien l’esprit du livre et son esthétique rock, dans laquelle s’incarne la contestation du roman. 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …