Accéder au contenu principal

Comment lire en milieu hostile ?

Ce billet a pour but d’apporter des éléments de réponse à un problème que certains d’entre vous ont peut-être rencontré un jour : comment réussir à lire au travail quand les journées sont toutes plus interminables les unes que les autres ? Ou que la tâche à accomplir ne nécessite qu’une attention intermittente. Il va sans dire que les personnes effectuant un travail intéressant ne sont pas concernées par le sujet ! Vous voilà donc avertis.

Comment lire au travail ?

Préférer le fragment au roman

Au travail, plusieurs cas de figure peuvent se présenter. La problématique étant de réussir à s’isoler dans une bulle pour se concentrer un minimum, tout en restant disponible et opérationnel si besoin. Ainsi, des interruptions répétées rendront difficile la lecture d’un roman ou de tout texte au développement chronologique. Si vous tentez malgré tout l’expérience, ne prenez pas le risque de commencer votre roman au travail, il vous sera difficile d’accomplir le petit effort supplémentaire d’immersion. Quoi qu’il en soit, préférez au roman une lecture de type fragmentaire : les paragraphes d’un manuel, les entrées d’un lexique, les articles d’une revue, de la poésie, à la limite des nouvelles… Pour réussir le truc de la bulle, vous pouvez essayer d’endormir votre collègue trop bavard en lui offrant un nouveau cahier de sudoku ou de mots fléchés.

Un téléphone plutôt qu'un livre

Sinon, l’idée étant de détourner l’attention de votre entourage de votre livre, il peut être stratégiquement plus payant de lire sur un smartphone si vous y avez téléchargé des ebooks, ou même sur votre liseuse, car dans certains environnements hostiles, ils seront mieux tolérés qu’un livre. Une personne sondée sur la question m’a répondu quant à elle avoir caché sa revue dans des dossiers, une autre être allée se cacher derrière un arbre avec son livre… Si vous avez des idées, n’hésitez pas à les proposer en commentaires pour l’intérêt de tous.

La technique de la bulle à trous

Dans la majorité des cas, pour lire en milieu hostile, il est préférable de ménager la chèvre et le chou : certes, vous pourriez hisser fièrement la bannière de la culture et vous couper franchement de votre environnement, le livre constituant à ce titre un excellent rempart en général contre la médiocrité et la bêtise ambiantes ! Mais vous pourriez vous heurter à des réactions négatives de la part de votre hiérarchie. Je vous conseille plutôt d’adopter la technique dite de la semi-bulle ou bulle à trous, permettant de trouver la concentration nécessaire à la lecture, mais d’en sortir rapidement si le besoin d’entrer en communication avec autrui se fait sentir. À force d’entraînement, de ténacité et de volonté, vous parviendrez peut-être à mettre en place cette technique et arrêterez enfin de perdre votre temps au travail !

Bonne chance.

Commentaires

Lina Atelier a dit…
Je connais une variante : lire en camping-car. Les nuisances sont nombreuses : d'abord le bruit du moteur, les cliquetis variés du placard à réserves ou à bouteilles, ensuite le monsieur du GPS qui vous intime de "faire immédiatement demi-tour", vous ajoutez le CD de bombarde et biniou à tue-tête et si vous réussissez à lire, c'est vraiment que vous avez une bonne bulle ou que votre roman est particulièrement passionnant...

Articles les plus consultés du mois

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

Capitaine, d'Adrien Bosc [Récit d'un exil collectif]

Où nous est racontée la suite de l’épisode marseillais de la villa Air-Bel dans laquelle s'étaient réfugiés les surréalistes pendant la Deuxième Guerre mondiale…

Dans Capitaine, Adrien Bosc fait le récit de l’exil, en mars 1941, de plusieurs artistes et intellectuels français et étrangers en Amérique. Au départ de Marseille, ils embarquèrent sur le même cargo, le Capitaine Paul Lemerle. Parmi eux : André Breton, Anna Seghers, Claude Lévi-Strauss, Victor Serge, Wifredo Lam, Germaine Krull... Puis en Martique, à Port-au-Prince, où le bateau finit par arriver, l’écrivain nous raconte la rencontre de Breton avec Suzanne et Aimé Césaire...

Capitaine se situe quelque part entre le roman, l’enquête, le journal... L’auteur avance à tâtons dans cette période noire de notre histoire, questionnant les documents, supposant des rapprochements entre les individus, imaginant ce que furent ces journées jusqu’ici jamais racontées.

Un livre qui décrit bien l’arbitraire qui régnait alors. Chaque réfug…