Accéder au contenu principal

Comment lire en milieu hostile ?

Ce billet a pour but d’apporter des éléments de réponse à un problème que certains d’entre vous ont peut-être rencontré un jour : comment réussir à lire au travail quand les journées sont toutes plus interminables les unes que les autres ? Ou que la tâche à accomplir ne nécessite qu’une attention intermittente. Il va sans dire que les personnes effectuant un travail intéressant ne sont pas concernées par le sujet ! Vous voilà donc avertis.

Comment lire au travail ?

Préférer le fragment au roman

Au travail, plusieurs cas de figure peuvent se présenter. La problématique étant de réussir à s’isoler dans une bulle pour se concentrer un minimum, tout en restant disponible et opérationnel si besoin. Ainsi, des interruptions répétées rendront difficile la lecture d’un roman ou de tout texte au développement chronologique. Si vous tentez malgré tout l’expérience, ne prenez pas le risque de commencer votre roman au travail, il vous sera difficile d’accomplir le petit effort supplémentaire d’immersion. Quoi qu’il en soit, préférez au roman une lecture de type fragmentaire : les paragraphes d’un manuel, les entrées d’un lexique, les articles d’une revue, de la poésie, à la limite des nouvelles… Pour réussir le truc de la bulle, vous pouvez essayer d’endormir votre collègue trop bavard en lui offrant un nouveau cahier de sudoku ou de mots fléchés.

Un téléphone plutôt qu'un livre

Sinon, l’idée étant de détourner l’attention de votre entourage de votre livre, il peut être stratégiquement plus payant de lire sur un smartphone si vous y avez téléchargé des ebooks, ou même sur votre liseuse, car dans certains environnements hostiles, ils seront mieux tolérés qu’un livre. Une personne sondée sur la question m’a répondu quant à elle avoir caché sa revue dans des dossiers, une autre être allée se cacher derrière un arbre avec son livre… Si vous avez des idées, n’hésitez pas à les proposer en commentaires pour l’intérêt de tous.

La technique de la bulle à trous

Dans la majorité des cas, pour lire en milieu hostile, il est préférable de ménager la chèvre et le chou : certes, vous pourriez hisser fièrement la bannière de la culture et vous couper franchement de votre environnement, le livre constituant à ce titre un excellent rempart en général contre la médiocrité et la bêtise ambiantes ! Mais vous pourriez vous heurter à des réactions négatives de la part de votre hiérarchie. Je vous conseille plutôt d’adopter la technique dite de la semi-bulle ou bulle à trous, permettant de trouver la concentration nécessaire à la lecture, mais d’en sortir rapidement si le besoin d’entrer en communication avec autrui se fait sentir. À force d’entraînement, de ténacité et de volonté, vous parviendrez peut-être à mettre en place cette technique et arrêterez enfin de perdre votre temps au travail !

Bonne chance.

Commentaires

Lina Atelier a dit…
Je connais une variante : lire en camping-car. Les nuisances sont nombreuses : d'abord le bruit du moteur, les cliquetis variés du placard à réserves ou à bouteilles, ensuite le monsieur du GPS qui vous intime de "faire immédiatement demi-tour", vous ajoutez le CD de bombarde et biniou à tue-tête et si vous réussissez à lire, c'est vraiment que vous avez une bonne bulle ou que votre roman est particulièrement passionnant...

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…