Accéder au contenu principal

Le livre qui rend dingue, Frédéric Mars

J’ai lu récemment un petit texte fort drôle et distrayant que je vous recommande chaudement si vous avez un peu le moral dans les chaussettes. J’ai trouvé Le livre qui rend dingue de Frédéric Mars dans le catalogue des éditions StoryLab, composé exclusivement de littérature numérique. L’éditeur propose des formats courts, fictions et documents, à lire en moins d’une heure.

Le livre qui rend dingue de Frédéric Mars

En lecture tout terrain

Je lis habituellement les ebooks sur ma liseuse, pour un meilleur confort de lecture (encre électronique, sans luminosité de l’écran), mais là je l’avais chargé sur mon smartphone. Alors dans une heure creuse, en transit, j’y ai commencé Le livre qui rend dingue. Bref, ce fut ma première expérience de lecture d’un livre numérique sur mon téléphone. Je suis toujours là pour vous en parler, le téléphone n’a pas buggué, le texte de Frédéric Mars est toujours dedans, mes yeux n’ont pas pleuré ; tout s’est bien passé.

Un canard, mais pas que

Le livre qui rend dingue raconte l’histoire d’un auteur qui découvre que les mots du texte qu’il a écrits dans un atelier d’écriture (une bête histoire de canard) racontent des histoires différentes selon les lecteurs. Chacun y lit en fait sa propre histoire comme si le livre avait un effet miroir. L’auteur, dubitatif, craint un temps que l’imposture soit dévoilée, mais l’effet magique se poursuit et le livre devient un bestseller.

Mea culpa

En lisant le livre de Frédéric Mars, on fait soi-même l’expérience d’une mise en abîme puisqu’un avertissement de l’éditeur nous prévient qu’on n’est pas censé y lire autre chose qu’une histoire de canard. Et surtout je me suis pour ma part tout à fait reconnue dans le portrait collectif des lecteurs de blogs attentifs : « des coupeurs de couilles de lombric en huit mille ». J’ai bien ri, il est toujours salvateur d’être mis face à ses petits travers. Alors forte de cette expérience réflexive, je vais essayer de ne pas trop monter dans les tours aujourd’hui, de rester un peu superficielle.

Le pouvoir de la littérature

Le livre qui rend dingue est une satire du monde de l’édition, des médias et de ses modes de promotion : « la culture, mes amis, quand ça commence à cracher, c’est encore mieux que les pots de yaourt. » Mais l’histoire est aussi une belle métaphore des phénomènes un peu magiques d’identification, de projection et d’appropriation à l’œuvre lors de la lecture d’un texte littéraire. Enfin, c’est une réflexion sur le livre comme creuset d’influences et de références intertextuelles : « tous les récits du monde sourdaient de mon texte. » Mais peut-être suis-je déjà en train de prêter à l’auteur des intentions qui ne sont pas les siennes ! Qu’il me pardonne…

Un style

Pour conclure, le livre est surtout drôle : dans les situations absurdes vécues par le personnage, mais aussi dans la langue, pleine d’esprit, d’impertinence et de méchanceté. En lisant Le livre qui rend dingue, on sent l’aisance de l’auteur dans le maniement de la langue, qui sert parfaitement son sens de l’humour. Un livre comme une petite surprise réjouissante ! 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.