Accéder au contenu principal

Le livre qui rend dingue, Frédéric Mars

J’ai lu récemment un petit texte fort drôle et distrayant que je vous recommande chaudement si vous avez un peu le moral dans les chaussettes. J’ai trouvé Le livre qui rend dingue de Frédéric Mars dans le catalogue des éditions StoryLab, composé exclusivement de littérature numérique. L’éditeur propose des formats courts, fictions et documents, à lire en moins d’une heure.

Le livre qui rend dingue de Frédéric Mars

En lecture tout terrain

Je lis habituellement les ebooks sur ma liseuse, pour un meilleur confort de lecture (encre électronique, sans luminosité de l’écran), mais là je l’avais chargé sur mon smartphone. Alors dans une heure creuse, en transit, j’y ai commencé Le livre qui rend dingue. Bref, ce fut ma première expérience de lecture d’un livre numérique sur mon téléphone. Je suis toujours là pour vous en parler, le téléphone n’a pas buggué, le texte de Frédéric Mars est toujours dedans, mes yeux n’ont pas pleuré ; tout s’est bien passé.

Un canard, mais pas que

Le livre qui rend dingue raconte l’histoire d’un auteur qui découvre que les mots du texte qu’il a écrits dans un atelier d’écriture (une bête histoire de canard) racontent des histoires différentes selon les lecteurs. Chacun y lit en fait sa propre histoire comme si le livre avait un effet miroir. L’auteur, dubitatif, craint un temps que l’imposture soit dévoilée, mais l’effet magique se poursuit et le livre devient un bestseller.

Mea culpa

En lisant le livre de Frédéric Mars, on fait soi-même l’expérience d’une mise en abîme puisqu’un avertissement de l’éditeur nous prévient qu’on n’est pas censé y lire autre chose qu’une histoire de canard. Et surtout je me suis pour ma part tout à fait reconnue dans le portrait collectif des lecteurs de blogs attentifs : « des coupeurs de couilles de lombric en huit mille ». J’ai bien ri, il est toujours salvateur d’être mis face à ses petits travers. Alors forte de cette expérience réflexive, je vais essayer de ne pas trop monter dans les tours aujourd’hui, de rester un peu superficielle.

Le pouvoir de la littérature

Le livre qui rend dingue est une satire du monde de l’édition, des médias et de ses modes de promotion : « la culture, mes amis, quand ça commence à cracher, c’est encore mieux que les pots de yaourt. » Mais l’histoire est aussi une belle métaphore des phénomènes un peu magiques d’identification, de projection et d’appropriation à l’œuvre lors de la lecture d’un texte littéraire. Enfin, c’est une réflexion sur le livre comme creuset d’influences et de références intertextuelles : « tous les récits du monde sourdaient de mon texte. » Mais peut-être suis-je déjà en train de prêter à l’auteur des intentions qui ne sont pas les siennes ! Qu’il me pardonne…

Un style

Pour conclure, le livre est surtout drôle : dans les situations absurdes vécues par le personnage, mais aussi dans la langue, pleine d’esprit, d’impertinence et de méchanceté. En lisant Le livre qui rend dingue, on sent l’aisance de l’auteur dans le maniement de la langue, qui sert parfaitement son sens de l’humour. Un livre comme une petite surprise réjouissante ! 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…