Accéder au contenu principal

Les livres d'artiste de Fanette Mellier

Entre aventures éditoriales et créations plastiques, les livres de la graphiste sont d’essence cosmique et poétique. 

« Spaceland », une expo à Fotokino

On peut actuellement voir au Studio Fotokino une très belle expo, Spaceland, rassemblant des œuvres de la graphiste Fanette Mellier et du peintre Emmanuel Van der Meulen, qui sont le fruit de leur collaboration sur le thème de la représentation du cosmos. D’un point de départ scientifique et métaphysique, ils ont créé des œuvres plastiques, qui ont par ailleurs trouvé un prolongement dans des projets éditoriaux pour Fanette Mellier.

Astronomicon de Fanette Mellier
Astronomicon

Livres d’artiste, kesako ?

C’est précisément de ces livres d’artiste dont je voulais vous parler. En tant que réalisations éditoriales imprimées et reliées, il s’agit bien de livres comme on l’entend traditionnellement, objets de transmission d’un contenu à un public. Mais ils sont également des objets plastiques et artistiques à part entière, auxquels on s’intéresse pour leur beauté et leur charge poétique.

Dans la lune

Paru aux Éditions du livre, Dans la lune est un ouvrage magnifique, on y retrouve les reproductions de sérigraphies réalisées par Fanette Mellier représentant un cycle lunaire (deux de ces œuvres sont exposées à Fotokino). La réussite de l’éditeur est d’avoir conservé une impression de volume sur la page grâce aux couleurs et effets de matière. Et en plus, le livre apporte l’illusion d’une évolution temporelle du cycle lunaire quand on tourne les pages, à la manière d’un flipbook.

Dans la lune de Fanette Mellier
Dans la lune, édition du livre

Dans la lune, sérigraphie

Livres paysages

J’ai aussi bien aimé les petits Livres paysages de Fanette Mellier (éditions Les Trois Ourses) qu’on plie et déplie, qui pourraient être un livre désossé, à réagencer à la guise du lecteur, ou former chacun une unité. Recouvertes d’étranges signes typographiques et de beaucoup d’interstices, les pages n’en sont pourtant pas vraiment. Jolis curieux objets…


Les Livres Paysages de Fanette Mellier
Livres paysages


Astronomicon

Mais mon coup de cœur est pour Astronomicon, paru aux Éditions B42, dans lequel Fanette Mellier s’est emparée d’un traité poétique d’astronomie, écrit par un certain Marcus Manilius (50 av. J.C.). Le texte écrit en latin a été numérisé, il est imprimé sur un papier bleu nuit constellé d’étoiles. Le livre est relié en accordéon, et si l’on veut en lire la traduction (XVIIIe s.), il faut déchirer les pages ! Enfin, la couverture est une reliure en cuir, parsemée de poussières dorées... L’objet confronte et fait fusionner les époques grâce à une ingénieuse conception, et il est surtout magnifique. 


Astronomicon de Fanette Mellier
Astronomicon : pour lire la traduction du livre il faut en déchirer les pages

Reliure en accordéon

Texte original de Marcus Manilius (50 av. J.C.)

Les livres d’artiste de Fanette Mellier sont à découvrir au Studio Fotokino jusqu’au 29 décembre, ainsi que les planches d’impressions et sérigraphies Dans la lune, et les autres œuvres qui constituent l’expo Spaceland.

(Décembre 2013)

Commentaires

candy a dit…
ça donne envie de s'envoler...

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…