Accéder au contenu principal

Palladium, Boris Razon

Une nouvelle p'tite note inspirée de Vincent Laugier sur Palladium de Boris Razon paru aux éditions Stock. Merci beaucoup à lui pour cette amicale contribution !

C'est le récit d'un vécu hallucinatoire, un jour une maladie le frappe, le paralyse, il s'en remet au bout de six mois.

Entre temps s'ouvre à lui un réel délirant tandis que sa vie d'avant se ferme.

Pourquoi j'ai lu ça, parce que les états seconds de conscience me passionnent, m'interrogent.

J'ai vu l'auteur aux Correspondances de Manosque.

Il dit qu'il n'est pas revenu indemne, qu'une métamorphose a eu lieu.

Il a la beauté d'un Gainsbourg apaisé, une ressemblance frappante et un air de sagesse dérangée.

Il a regardé le public avec « un comment vous dire » dans les yeux, une lancinante interrogation impossible à dire mais présente.

C'est un capitaine abandonné, un revenant de guerre, un rescapé de loin et qui veut faire preuve de ce qu'il a vécu, de toute une panoplie de sensations.

Il a fait un récit de cet exil forcé aux confins de soi, de la vie.

Et là-dedans, il y a de l'aventureux, du merveilleux, du terrible et des histoires.

On peut prendre le temps de lire cela comme un mixte entre la série Le prisonnier (je ne suis pas un numéro) et le film Mad Max, marqué, appuyé d'inventivités en tout genre, de la science fiction avec toute une approche sociale déglinguée, une dynamique des rapports humains dans des élans de férocités.

Le début de ce roman, car présenté comme tel, est comment cela est arrivé, l'attrapage de cette paralysie et les faits sont précis, il y a un désir du détail vrai pour faire de ce roman autre qu'une échappatoire de la mélancolie d'ici, du dedans de nous.

Roman veut dire volonté littéraire, elle joue des constructions, fait bric à brac de toute une force de pulsions et cela est réussi.

Impossible de rendre le vivre enfermé dans un corps immobile.

Alors le roman est né là par l'esprit qui s'évade ainsi et continue à vivre dans un cerveau qui étincelle d'imagination pour dire à la conscience ce qui se passe.

Mystères de nous.

Revenu de ça comme il a pu et pas complètement, il fait narration, c'est le signe qu'il donne au monde pour échapper peut-être à un moment si fort.

Il a beaucoup appris sur lui, sur ce qui peut arriver.

Qui sommes-nous ? Que faisons-nous ?

Il sort sonné de ce kaléidoscope de vécus, il a connu ainsi mille vies et bien vives en lui, il est sonné de ne savoir quoi en faire...

Les partager pour être moins seul avec est son ambition littéraire qui a fait écho en moi.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …