Accéder au contenu principal

Ederlezi, Velibor Čolić

Voici une très belle chronique de Vincent Laugier sur Ederlezi de Velibor Čolić, écrivain qui était en résidence à Marseille à Peuple & Culture. Vincent Laugier est poète, vous pouvez lire ses textes sur le site consacré à Mano Solo qui héberge des blogs personnels.

L’auteur est un Bosniaque réfugié politique depuis 20 ans et qui donne là une parole pleine d’âme au peuple tzigane ; des histoires de vie.

Cela se fait dans des ressorts de sensibilités, une tournure d’esprit et puis aussi des événements historiques avérés.

C’est l’histoire d’un siècle, d’une légende et de mille citations, d’un peuple vu à travers des rencontres, un héritage, des chanteurs, des musiciens, un mode de vie, une liberté qui se vit à la tzigane.

Une naissance, une vie, une mort et ça recommence et ça se revit et ça revient, comme des renaissances de quelqu’un qui n’a pas tout accompli en une vie et qui persiste comme ça à être ici dans notre monde.

Un dynamisme d’existence dans une vitalité musicale et la poursuite d’une persécution sous une forme ou une autre.

Tout cela est dit dans une perception de conteur. L’écriture danse, donne à voir, avec un lyrisme éclatant et des images interrogeantes, un regard sur le monde pluridimensionnel, dans la chaleur des désirs, la volonté de vivre libre et tout le tracas de la férocité historique.

À chaque page fleurit une poésie, une politesse exquise d’inventions, les personnages se réinventent, se meuvent comme ils peuvent et ils ont des pouvoirs et font force de perceptions pour affirmer leur personnalité dessinée de coutumes et d’un goût de vivre aussi puissant que leur destin.

Persistance séculaire dans les désordres du monde, la joie d’être au monde dans une tournure qui souvent les malmène.

C’est un conte vif aussi prenant de rêves que d’accablements et qui fait une magie au bord des dégoûts.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Mercy Mary Patty, de Lola Lafon, un roman d'apprentissage féminin

Mercy Mary Patty (Actes Sud) est un roman passionnant. Lola Lafon, comme dans son précédent roman, s’est penchée sur le destin d’une figure féminine marquante : Patricia Hearst, cette héritière d’une vieille famille californienne fortunée, kidnappée par un groupe révolutionnaire sur le campus de Berkeley en 1974, qui finit par embrasser la cause de ses ravisseurs et donc par se retourner contre son milieu. Une affaire sur laquelle JoanDidion livrait dans ses chroniques une analyse passionnante, à savoir que le choix de Patricia Hearst n’aurait pas procédé d’un « lavage de cerveau » ou d’un élan passionné, mais plutôt d’un choix de survie et d’adaptation à la nouvelle configuration qu’avait prise sa vie. Lola Lafon semble approuver cette théorie, tout en en examinant d’autres, en effet, la grande qualité de ce roman est d’inviter le lecteur à contourner les évidences, à critiquer les hypothèses, à nuancer les analyses, pour rejeter toute tentation de simplification. En d’autres termes …

Ces histoires qui arrivent, de Roberto Ferrucci : sur les pas d'Antonio Tabucchi à Lisbonne

Eh bien moi, aujourd’hui, j’ai voyagé avec Roberto Ferrucci à Lisbonne. Après un petit café avec mon amie Gessica de La Bibliothèque italienne, je me suis rendue à la librairie L’Odeur du temps où j’ai trouvé Ces histoires qui arrivent, le dernier livre de mon ami italien, publié par les éditions La Contre Allée. Une fois la Canebière remontée, puis le cours Franklin Roosevelt, je me suis installée sous les rayons de ce soleil de fin octobre qui pénétraient dans mon appartement et c’était parti. Direction Lisboa !

Les Histoires de Franz, de Martin Winckler, un roman familial

J’avais envie de lire Martin Winckler depuis un moment, l’homme m’intriguait (ancien médecin, défenseur de la cause féminine). La sortie des Histoires de Franz (éditions POL) a été l’occasion de tenter l’aventure.