Accéder au contenu principal

Ederlezi, Velibor Čolić

Voici une très belle chronique de Vincent Laugier sur Ederlezi de Velibor Čolić, écrivain qui était en résidence à Marseille à Peuple & Culture. Vincent Laugier est poète, vous pouvez lire ses textes sur le site consacré à Mano Solo qui héberge des blogs personnels.

L’auteur est un Bosniaque réfugié politique depuis 20 ans et qui donne là une parole pleine d’âme au peuple tzigane ; des histoires de vie.

Cela se fait dans des ressorts de sensibilités, une tournure d’esprit et puis aussi des événements historiques avérés.

C’est l’histoire d’un siècle, d’une légende et de mille citations, d’un peuple vu à travers des rencontres, un héritage, des chanteurs, des musiciens, un mode de vie, une liberté qui se vit à la tzigane.

Une naissance, une vie, une mort et ça recommence et ça se revit et ça revient, comme des renaissances de quelqu’un qui n’a pas tout accompli en une vie et qui persiste comme ça à être ici dans notre monde.

Un dynamisme d’existence dans une vitalité musicale et la poursuite d’une persécution sous une forme ou une autre.

Tout cela est dit dans une perception de conteur. L’écriture danse, donne à voir, avec un lyrisme éclatant et des images interrogeantes, un regard sur le monde pluridimensionnel, dans la chaleur des désirs, la volonté de vivre libre et tout le tracas de la férocité historique.

À chaque page fleurit une poésie, une politesse exquise d’inventions, les personnages se réinventent, se meuvent comme ils peuvent et ils ont des pouvoirs et font force de perceptions pour affirmer leur personnalité dessinée de coutumes et d’un goût de vivre aussi puissant que leur destin.

Persistance séculaire dans les désordres du monde, la joie d’être au monde dans une tournure qui souvent les malmène.

C’est un conte vif aussi prenant de rêves que d’accablements et qui fait une magie au bord des dégoûts.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…