Accéder au contenu principal

Ederlezi, Velibor Čolić

Voici une très belle chronique de Vincent Laugier sur Ederlezi de Velibor Čolić, écrivain qui était en résidence à Marseille à Peuple & Culture. Vincent Laugier est poète, vous pouvez lire ses textes sur le site consacré à Mano Solo qui héberge des blogs personnels.

L’auteur est un Bosniaque réfugié politique depuis 20 ans et qui donne là une parole pleine d’âme au peuple tzigane ; des histoires de vie.

Cela se fait dans des ressorts de sensibilités, une tournure d’esprit et puis aussi des événements historiques avérés.

C’est l’histoire d’un siècle, d’une légende et de mille citations, d’un peuple vu à travers des rencontres, un héritage, des chanteurs, des musiciens, un mode de vie, une liberté qui se vit à la tzigane.

Une naissance, une vie, une mort et ça recommence et ça se revit et ça revient, comme des renaissances de quelqu’un qui n’a pas tout accompli en une vie et qui persiste comme ça à être ici dans notre monde.

Un dynamisme d’existence dans une vitalité musicale et la poursuite d’une persécution sous une forme ou une autre.

Tout cela est dit dans une perception de conteur. L’écriture danse, donne à voir, avec un lyrisme éclatant et des images interrogeantes, un regard sur le monde pluridimensionnel, dans la chaleur des désirs, la volonté de vivre libre et tout le tracas de la férocité historique.

À chaque page fleurit une poésie, une politesse exquise d’inventions, les personnages se réinventent, se meuvent comme ils peuvent et ils ont des pouvoirs et font force de perceptions pour affirmer leur personnalité dessinée de coutumes et d’un goût de vivre aussi puissant que leur destin.

Persistance séculaire dans les désordres du monde, la joie d’être au monde dans une tournure qui souvent les malmène.

C’est un conte vif aussi prenant de rêves que d’accablements et qui fait une magie au bord des dégoûts.

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.