Accéder au contenu principal

Et devant moi, le monde, Joyce Maynard

J’avais lorgné en librairie sur Et devant moi, le monde (éditions Philippe Rey) ; alors quand je suis tombée dessus à la bibliothèque, je n’ai pas beaucoup hésité. Il s’agit de l’autobiographie de l’écrivaine Joyce Maynard, dans laquelle elle revient sur la relation qu’elle entretint avec J. D. Salinger alors qu’elle était âgée de 18 ans (et lui de 53 ans). Comme beaucoup, j’ai lu et aimé L’Attrape Cœur de Salinger, qui raconte les aventures de Holden Caulfief, en proie aux tourments de l’adolescence. Quoi qu’il en soit L’Attrape-Cœur est un grand roman ayant valu à son auteur une célébrité qu’il fuit, puisque lorsque Joyce Maynard fit sa rencontre, il vivait déjà reclus depuis de nombreuses années.

Et devant moi le monde de Joyce Maynard

Une entreprise autobiographique

Précisons que la matière littéraire de Et devant moi, le monde est la vie de Joyce Maynard, et pas seulement cette liaison qu’elle a eue avec le grand écrivain. Elle y relate quelle enfance atypique elle vécut dans une famille où les parents éduquèrent leurs filles pour en faire des intellectuelles. Elle raconte aussi la difficulté de vivre avec un père alcoolique, la joie que lui procurèrent ses enfants, l’amertume ressentie dans un mariage malheureux. Sujets somme toute banals, mais à travers lesquels Joyce Maynard explore le poids des non-dits et des secrets et les sentiments de honte et d’imposture qui en découlent.

Faire la lumière sur le passé

Son plus grand secret est bien sûr la liaison vécue avec Salinger et le terme brutal qu’il y mit (l’auteure parle d’un « rejet absolu et dévastateur »). Joyce Maynard explique ainsi dans la postface de Et devant moi, le monde que l’écriture de cette histoire a eu pour but de s’en détacher : « Ayant écrit cette histoire, je me suis sentie capable de la laisser en repos. » Mais c’est le thème de la vérité qui revient le plus souvent dans ses mots, et pour cause, cette idée fixe de dire la vérité semble être une réaction à toutes les hontes cachées : « Je crois que c’est dans sa capacité à parler ouvertement et sans honte des événements réels de sa vie qu’une personne puise le sentiment de force et de protection le plus solide. » Du coup, Joyce Maynard ne fait pas que raconter comment la rencontre avec Salinger a changé sa vie, après avoir enquêté sur lui, elle dénonce son comportement : misanthrope, il aurait vécu en reclus avec des jeunes femmes qu’il isolait avant de les rejeter. Ressurgit alors l’éternelle question du hiatus entre la personne que peut être un écrivain et la qualité de son œuvre...

En creux, le portrait d’une femme moderne

En tant que lecteur, on est animé par des sentiments ambivalents à l’égard de Joyce Maynard : on admire son courage, mais on reste circonspect quant à la complexité des motivations qui ont animé le projet d’écriture (elle avoue avoir vendu les lettres de leur correspondance pour payer des factures). Mais je dois dire que je reste admirative de son parcours, du cheminement intellectuel sur le sujet de l’honnêteté, de l’affirmation de son talent de journaliste et d’écrivain qu’elle n’a jamais mystifié ou idéalisé et qui a été pour elle un moyen de gagné sa vie, d’être indépendante, de faire ce qu’elle savait faire et d’en vivre. Bref, c’est une figure féminine forte qui se dessine, celle d’une battante, d’une femme ambitieuse et brillante.

L’Attrape-Cœur versus Et devant moi, le monde…

Pour finir, je ne résiste par à l’envie de vous citer la première page de L’Attrape-Cœur, qui constitue probablement l’exact opposé du livre de Joyce Maynard : « Si vous avez réellement envie d’entendre cette histoire, la première chose que vous voudrez sans doute savoir c’est où je suis né, ce que fut mon enfance pourrie et ce que faisaient mes parents et tout avant de m’avoir, enfin toute cette salade à la David Copperfield, mais à vous parler franchement, je ne me sens guère disposé à entrer dans tout ça. » 

Commentaires

Vincent LAUGIER a dit…
Intéressant questionnement sur la vérité mais qui d'une est dure à vivre dans ses sensations et de deux difficile à rendre dans son contexte aux lecteurs, il doit bien me rester quelques vieilles lettres d'amours jaunies (les lettres et les amours !) que je vais pouvoir vendre pour me payer son autobiographie ( c'est faisable si je me la paye d'occasion à la Faute à Voltaire) et ainsi la lire...
L'humeur dégagée par l'Attrape-Coeur est-elle si éloignée de la personne de son auteur ???
Je n'en suis pas si sûr, en même temps vu la jeunesse de Joyce Maynard à l'époque de son idylle, il est normal qu'elle ait eue des surprises, il semblerait aussi que Salinger était un manipulateur...
Avec une telle expérience m'étonne pas qu'elle se soit aguerrie au métier de journaliste et d'écrivain, sans doute a-t-elle raison dans son rapport avec la vérité mais cela demande une élaboration de son histoire assez poussée pour la découvrir avec un certain recul, ce qui est vrai pour la Joyce Maynard de maintenant n'était peut-être pas vrai il y a quinze ou vingt ans...
Pour ce qui est de la quête de vérité, Joyce Maynard explique bien le cheminement qu'elle a constitué, et qui est notamment passé par une sincérité dans l'écriture...
À propos de la ressemblance entre Salinger et le narrateur de L'Attrape-Coeurs, c'est à n'en pas douté... Mais JM n'avait pas lu le livre quand ils se sont rencontrés !
Vincent LAUGIER a dit…
Alors aux vues des interviews que j'ai vu ou entendu d'elle, je meurs de rire quand elle parle de " vérités" auxquelles je ne crois pas, au mieux on reconstruit avec sincérité quelque chose lié à son passé, mais pour dire le fond de ma pensée je ne la crois pas sincère, il se peut que son livre soit littérairement excellent mais sa personnalité m'apparaît bien trouble, dans le passé j'ai pu lire Michel Houellebecq , Frédéric Mitterrand, pascal Sevran qui ont du talent à l'écriture mais de lourds défauts dans la vie, malheureusement pour elle j'ai eu des aperçu de sa personnalité avant d'avoir lu son autobiographie et du coup je n'ai pas envie de la lire, elle est peut-être une femme forte mais peut-être parce qu'elle manipule son monde...
Je comprends (un peu) ta méfiance, mais il s'agit d'une entreprise littéraire, et le seul moyen de la juger, est de la lire...

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …