Accéder au contenu principal

DIY ton club de lecture !

Mathilda Mars est de retour sur le blog pour parler du club de lecture qu’elle vient de créer, et vous donner de bonnes idées au cas où l’envie vous prendrait d’en faire autant !

DIY ton club de lecture

Comment t’es venue l’idée de faire un club de lecture ? 

C’est une idée à laquelle je pensais depuis longtemps. À mon arrivée à Rennes, en 2007, j’étais au chômage et j’avais voulu rejoindre un club de lecture. Mais finalement, j’avais trouvé du travail rapidement et je n’avais jamais eu le temps de rejoindre ce club de lecture. Il en était resté une petite frustration ! Récemment, en échangeant avec une connaissance, on constatait tous les deux qu’il n’était pas si évident de trouver des gens autour de nous avec qui on pouvait parler de nos lectures. C’est là que je me suis dit « Banco, je peux trouver au moins deux autres personnes qui lisent régulièrement ! Et on aura notre club de lecture ». Donc je me suis lancée, j’ai invité 4 copains et c’était parti ! Mais dans mon esprit, les membres du club étaient des copains, voire des copains de copains. Je n’ai pas pensé à ouvrir à des gens de l’extérieur.

Quel dispositif avez-vous mis en place ?

Le principe que j’avais fixé était que tout le monde lise le même livre et que la soirée serait aussi l’occasion de parler d’un livre lu récemment ou non, que l’on souhaitait recommander aux autres. Le livre en commun était Moon Palace de Paul Auster. C’est moi qui l’ai choisi, pour lancer le club de lecture. Nous nous sommes donné un mois pour le lire. Le jour J, nous nous sommes réunis chez moi, tous les 5, autour d’une assiette de charcuterie fromages ! Comme c’était notre première session, j’avais préparé un certain nombre de questions pour alimenter les échanges. Mais pour commencer, j’ai demandé à chacun s’il avait aimé le livre. Chacun a pu rebondir sur ce qui était dit, de façon spontanée. Les échanges libres ont duré environ 45 minutes, je pense. Puis nous avons pris le chapeau dans lequel j’avais déposé les questions, sur des papiers pliés. Chacun a tiré une question. La personne commençait par y répondre puis nous faisions un tour de table pour que chacun puisse s’exprimer sur cette question. Au final, au moins la moitié des questions prévues dans le chapeau avait déjà été évoquées lors des échanges libres. J’ai un peu animé les échanges au début, mais ensuite ce n’était plus nécessaire, la prise de parole s’équilibrant bien. 

Qu’est-ce qui a bien marché ? 

La première chose qui a bien marché, c’est que tout le monde avait lu le livre en entier ! Ça, déjà, c’est satisfaisant ! Ensuite, je suis très contente de la nature des échanges, nous avions tous des choses à dire. Chacun avait prêté attention à une chose différente donc les échanges ont été bien nourris. Ensuite, je pense que c’était une bonne idée d’avoir des questions à se poser pour une première session, pour essayer d’élargir un peu notre réflexion. Les questions étaient de ce type : « si tu pouvais changer la fin du livre, que changerais-tu ? », « qui était ton personnage préféré ? », « d’après toi, pourquoi l’auteur a choisi ce titre ? ». J’avais trouvé ces questions sur différents sites internet, québécois principalement... Je suis aussi satisfaite du fait que chacun ait pu s’exprimer, que le livre ait plu ou non. À ce sujet, justement, Moon Palace n’a pas plu dans l’ensemble. Son rythme et le fatalisme du personnage principal ont rebuté certains d’entre nous. Même si cela peut sembler décevant, j’y vois tout de même quelque chose de positif : le club de lecture va nous faire sortir de nos zones de confort habituelles ! Il va nous pousser à aller au-delà de nos lectures habituelles, puisque chacun va être prescripteur à son tour et que je constate déjà que nous n’avons pas tous les mêmes goûts ! Pour ma part, j’ai passé une très bonne soirée, nous avons parlé de livres et de lecture toute la soirée, ça n’arrive pas si souvent ! Donc cette première session a été très satisfaisante.

Qu’est-ce qu’il faudrait changer dans l’organisation ?

Pour cette première session, nous avons passé peu de temps à parler de livres lus que l’on souhaitait recommander. Probablement parce que j’avais moins préparé cette partie de la soirée. Il faudrait peut-être trouver une façon de structurer ces échanges-là aussi. Pour la 2e session, j’ai proposé que chacun puisse lire un extrait du livre qu’il (elle) recommande.
Quant à la partie pendant laquelle nous échangeons sur le livre lu en commun, il faudrait peut-être mettre plus de questions dans le chapeau pour éviter que l’on ne tombe sur des sujets déjà abordés. Mais je pense que je garderai la première question pour lancer la soirée : « as-tu aimé ce livre ? ». Et aussi, il faudrait qu’on trouve un nom au Club de lecture !

Qu’est-ce qui t’a surprise ?

Ce qui m’a surprise c’est le fait qu’en écoutant les échanges, on aurait pu penser que nous n’avions pas tous lu le même livre ! Même si dans l’ensemble, nous avons tous eu du mal avec le rythme du roman, notre attention ne s’est pas arrêtée sur les mêmes détails, et je ne m’y attendais pas. Un personnage secondaire qui m’avait paru insignifiant avait marqué l’un d’entre nous, etc. Sinon, je dirais que j’ai été un peu surprise par le fait que lorsque nous avons noté le livre (sur 20), Paul Auster n’a pas eu la moyenne ! 

Est-ce que tu as envie de continuer ?

Oui, sans hésitation ! Cette première session a été à la hauteur de mes souhaits et j’ai donc hâte de poursuivre ! J’espère que c’est le cas des autres participants aussi ! ;)

Comment avez-vous choisi le prochain livre ?

Lorsque j’avais lancé l’invitation, j’avais demandé à chacun de faire deux propositions de lecture, alors les autres ont dit celui qu’ils préféraient parmi les deux. Ensuite, on a pris la liste des livres sélectionnés et on a choisi. L’une des propositions est Racines d’Alex Haley. Comme il s’agit d’un gros roman (plus de 650 pages), nous l’avons mis au programme de la 3e session pour se donner le temps de le lire. Ensuite, on a choisi entre Les Années d’Annie Ernaux et Jesus et Tito de Velibor Colic. C’est ce dernier que nous avons retenu. Il n’y a qu’une contrainte dans le choix des livres : leur prix. Le but est de trouver un livre qui existe au format poche, que l’on peut acheter d’occasion ou trouver en bibliothèque. Ensuite, il n’y a plus qu’une chose à faire : lire !!


Commentaires

Merci beaucoup Math pour ce témoignage ! J'ai une petite question qui me taraude : pourquoi acheter ce livre-là en particulier en poche ou d'occasion ? Est-ce qu'on ne prend pas un risque à chaque fois qu'on achète un livre ? Ou est-ce que les participants n'ont pas l'habitude d'acheter des livres ? Ou est-ce pour ne pas acheter cinq fois le même livre ? (Ce qui paraît raisonnable effectivement...) C'est juste que, dans l'idée, on soutient un auteur et un éditeur quand on achète un livre...
Anonyme a dit…
Au contraire, je pense que les participants au Club de lecture ont l'habitude d'acheter des livres, plus que moi probablement. Pour ma part, j'avais pris la décision, lors de ma dernière période de chômage, de réduire le budget livres et d’emprunter plus à la bibliothèque. J'ai conservé cette habitude et je suis maintenant détachée du besoin de posséder les livres que je lis. L'objet livre a moins d'importance pour moi et j'apprécie d'acheter un livre d'occasion car j'ai l'impression de lui donner une seconde vie !
Pour le Club de lecture, je ne voulais pas que l'achat d'un livre soit un blocage pour participer. Mettre une vingtaine d'euros par mois dans l'achat d'un livre, dont le choix est quand même plus ou moins imposé me posait un problème. Par exemple, lorsque nous avons choisi de lire Jésus et Tito, nous n'avions pas vu qu'il n'existait que dans un format, vendu au prix de 17 euros. Après quelques recherches, je l'ai trouvé sur le Bon coin, à 10 euros. Je l'ai prêté à l'une des membres du groupe. C'est aussi ça pour moi, le Club de lecture : faire des recherches pour trouver le livre, constater sa rareté et ensuite partager l'objet avec les autres. Comme tu le dis, il ne me paraîtra pas raisonnable que nous achetions tous les 5 le même livre, neuf.
J'espère avoir répondu à ta question, n'hésite pas si tu en as d'autres !
Mathilda Mars
Je comprends, pour ta part ça correspond donc à ton mode d'achat habituel et comme vous êtes un groupe, vous pouvez partager, ça paraît logique... (Et après tout, peut-être que certains lecteurs achètent neuf car ils savent qu'ils pourront revendre leur livre.) En bref, chacun fait sa tambouille ;) En tout cas, ça circule, c'est chouette ! Merci pour ta réponse ;)
Lina Atelier a dit…
Magnifique initiative !

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …