Accéder au contenu principal

La Faux soyeuse, Éric Maravélias

Une nouvelle p’tite note invitée de Vincent Laugier, qui nous parle ici avec beaucoup de poésie de La Faux soyeuse, un roman d’Éric Maravélias paru dans la Série Noire de Gallimard. Merci à lui pour cette contribution !  

La Faux soyeuse d'Éric Maravélias paru dans la Série NoireC’est le trajet d’un enfant, d’une banlieue et d’un climat, un mode de vie qui piège à mort et il en est là à descendre, à mourir. Tout autour, la drogue circule et elle rend fou par manques et par soifs d’argent, tous sont touchés d’une façon ou d’une autre. Ils se crament pris dans un virevoltage, une nécessité qui les tenaille.

Ce livre m’est venu par la radio, par les évocations de l’auteur et puis le rappel à ma connaissance que quand Mano Solo avait entre 15 et 20 ans, il était un drogué qui a connu et vécu grandement ce que ce livre décrit. J’ai voulu voir un peu ce que ce chanteur a traversé.

Dans La Faux soyeuse, c’est un être désenchanté, piqué dans sa chair qui assiste à sa propre métamorphose cadavérique mais son esprit s’aiguise pour que l’âme qui habite encore ce corps goûte l’extase pernicieuse et pour cela tous les coups deviennent permis.

Ce naufragé, héros de la noirceur, découvre dans sa déchéance des énergies qui le poussent à la violence où il gagne une survie sauvage.

C’est une perdition vive haletante où le monde est glauque naturellement parce que le rapport à la drogue est brutal et brutalise ainsi l’amitié, l’amour, l’espérance et la mort. (Bien que celle-ci soit déjà à la base constituée de violences...)

L’écriture est simple, baignée d’une poésie claire (sur un monde noir), écriture descriptive par moment, des flashbacks éclairent l’histoire qui se déroule, donnant des étapes à ce parcourt qui n’en finit pas de finir parce que la vie on y tient, comme on peut, certes...

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Les biblio-brouettes de la Belle de Mai

Ça faisait un moment que j’entendais parler de ces fameuses biblio-brouettes à la Belle de Mai, alors samedi dernier je suis allée rencontrer ceux du collectif Brouettes et Compagnie, installés place Cadenat pour proposer aux habitants du quartier un troc de livres.

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…