Accéder au contenu principal

La Faux soyeuse, Éric Maravélias

Une nouvelle p’tite note invitée de Vincent Laugier, qui nous parle ici avec beaucoup de poésie de La Faux soyeuse, un roman d’Éric Maravélias paru dans la Série Noire de Gallimard. Merci à lui pour cette contribution !  

La Faux soyeuse d'Éric Maravélias paru dans la Série NoireC’est le trajet d’un enfant, d’une banlieue et d’un climat, un mode de vie qui piège à mort et il en est là à descendre, à mourir. Tout autour, la drogue circule et elle rend fou par manques et par soifs d’argent, tous sont touchés d’une façon ou d’une autre. Ils se crament pris dans un virevoltage, une nécessité qui les tenaille.

Ce livre m’est venu par la radio, par les évocations de l’auteur et puis le rappel à ma connaissance que quand Mano Solo avait entre 15 et 20 ans, il était un drogué qui a connu et vécu grandement ce que ce livre décrit. J’ai voulu voir un peu ce que ce chanteur a traversé.

Dans La Faux soyeuse, c’est un être désenchanté, piqué dans sa chair qui assiste à sa propre métamorphose cadavérique mais son esprit s’aiguise pour que l’âme qui habite encore ce corps goûte l’extase pernicieuse et pour cela tous les coups deviennent permis.

Ce naufragé, héros de la noirceur, découvre dans sa déchéance des énergies qui le poussent à la violence où il gagne une survie sauvage.

C’est une perdition vive haletante où le monde est glauque naturellement parce que le rapport à la drogue est brutal et brutalise ainsi l’amitié, l’amour, l’espérance et la mort. (Bien que celle-ci soit déjà à la base constituée de violences...)

L’écriture est simple, baignée d’une poésie claire (sur un monde noir), écriture descriptive par moment, des flashbacks éclairent l’histoire qui se déroule, donnant des étapes à ce parcourt qui n’en finit pas de finir parce que la vie on y tient, comme on peut, certes...

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …