Accéder au contenu principal

Écrits pour la parole, Léonora Miano

Très heureuse de publier cette belle contribution de Souad que je suis sur Instagram où elle poste (entre autres) ses chroniques de livres. Elle a accepté de publier ici ses impressions sur le livre Écrits pour la parole de Léonora Miano. Un grand merci à elle pour ce partage car ce livre a l’air important.

Il y a quelques jours c'était mon anniversaire. Je n'avais pas le cœur à le fêter. Les tueries à Paris, un tournage sans fin dans un froid polonais m'ont gelé le cerveau et même tout le corps. Sachant mon amour des livres, ma collègue Jos m'a, ce jour là, gentiment offert Ecrits pour la parole de Léonora Miano. Je ne connaissais pas cette auteure. Que dire... MAMA MIA ! Comment ai-je pu depuis tout ce temps passer à côté de cette écriture ?!! Ce texte court, dense, fiévreux, nerveux est exceptionnel, majeur. Structuré en deux grandes parties intitulées : « In-tranquilles » et « Femme in a city », il se compose de chapitres courts qui ont été conçus pour être dits sur scène. L'auteure y donne la parole avec un humour corrosif à différentes femmes noires dans une alternance d'instantanés, de petites histoires, de bribes de réalité. Ces femmes parlent des hommes, de sexe, du boulot, de la vie, de la mémoire, de la possibilité de vivre ensemble. La parole est ici donnée à celles qui ne l’ont pas habituellement. Elles parlent pour elles-mêmes, protestent, crient, expliquent, analysent à travers un prisme particulier.

Le style est extrêmement libre, le propos très dérangeant. Leonora Miano décrypte les tabous de la société française sur les questions raciales et brise le silence sur les clichés qui collent durablement à la peau des femmes en général, et des femmes noires en particulier. L’écrivain travaille sur les non-dits. Elle a bien conscience de déranger et d’imposer parfois « une discussion dont les gens ne veulent pas ». Si elle insiste, c’est parce qu’elle pense qu’éviter certaines questions, « c’est se refuser à soi-même des possibles ». Elle n’a pas de haine, de revanche à prendre ou de leçons à donner.

Dans le climat actuel je ne peux que recommander cette lecture. Pour ma part, je vais vite rattraper mon retard et lire ses autres livres. Cette année je n'ai pas fêté mon anniversaire mais j'ai reçu un magnifique cadeau, j'ai découvert Léonora Miano. Merci Jos ! 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Une Épidémie, Fabien Clouette

Je voudrais vous parler d’un petit texte qui m’a bien plu : Une épidémie de Fabien Clouette, paru à Publie.net. Le titre annonce la couleur, on est bien dans le genre de la littérature (post-)apocalyptique ou littérature catastrophe, symptomatique et exutoire des inquiétudes contemporaines et des désirs de changements. Ici, c’est une version soft et poétique du genre, en quelque sorte, mais qui parle d’un monde qui s’éteint, et de ce qui suit pour les survivants.