Accéder au contenu principal

Écrits pour la parole, Léonora Miano

Très heureuse de publier cette belle contribution de Souad que je suis sur Instagram où elle poste (entre autres) ses chroniques de livres. Elle a accepté de publier ici ses impressions sur le livre Écrits pour la parole de Léonora Miano. Un grand merci à elle pour ce partage car ce livre a l’air important.

Il y a quelques jours c'était mon anniversaire. Je n'avais pas le cœur à le fêter. Les tueries à Paris, un tournage sans fin dans un froid polonais m'ont gelé le cerveau et même tout le corps. Sachant mon amour des livres, ma collègue Jos m'a, ce jour là, gentiment offert Ecrits pour la parole de Léonora Miano. Je ne connaissais pas cette auteure. Que dire... MAMA MIA ! Comment ai-je pu depuis tout ce temps passer à côté de cette écriture ?!! Ce texte court, dense, fiévreux, nerveux est exceptionnel, majeur. Structuré en deux grandes parties intitulées : « In-tranquilles » et « Femme in a city », il se compose de chapitres courts qui ont été conçus pour être dits sur scène. L'auteure y donne la parole avec un humour corrosif à différentes femmes noires dans une alternance d'instantanés, de petites histoires, de bribes de réalité. Ces femmes parlent des hommes, de sexe, du boulot, de la vie, de la mémoire, de la possibilité de vivre ensemble. La parole est ici donnée à celles qui ne l’ont pas habituellement. Elles parlent pour elles-mêmes, protestent, crient, expliquent, analysent à travers un prisme particulier.

Le style est extrêmement libre, le propos très dérangeant. Leonora Miano décrypte les tabous de la société française sur les questions raciales et brise le silence sur les clichés qui collent durablement à la peau des femmes en général, et des femmes noires en particulier. L’écrivain travaille sur les non-dits. Elle a bien conscience de déranger et d’imposer parfois « une discussion dont les gens ne veulent pas ». Si elle insiste, c’est parce qu’elle pense qu’éviter certaines questions, « c’est se refuser à soi-même des possibles ». Elle n’a pas de haine, de revanche à prendre ou de leçons à donner.

Dans le climat actuel je ne peux que recommander cette lecture. Pour ma part, je vais vite rattraper mon retard et lire ses autres livres. Cette année je n'ai pas fêté mon anniversaire mais j'ai reçu un magnifique cadeau, j'ai découvert Léonora Miano. Merci Jos ! 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …