Accéder au contenu principal

Le Triangle d'hiver, Julia Deck

Un ami m’a conseillé de lire Le Triangle d’hiver de Julia Deck (éditions de Minuit). Heureuse découverte ! Mais je vous avertis, si vous êtes du genre terre à terre et n’aimez pas vous faire balader, passez votre chemin. Une comparaison me vient à l’esprit : le film Mulholland Drive, qui par toutes les questions soulevées et le côté inextricable de l’intrigue permettait aussi toutes les hypothèses (mais avec Le Triangle d’hiver, on n’est pas dans la même atmosphère inquiétante).

Le Triangle d'hiver de Julia DeckTriangle amoureux

Julia Deck raconte l’histoire de Mademoiselle, qui choisit de se faire appeler Bérénice Beaurivage, du nom de ce personnage de romancière joué par Arielle Domsbale dans un film d’Éric Rohmer. Et pour parfaire sa nouvelle identité et tenter de vivre une vie conforme à celle de l’héroïne, elle endosse aussi sa profession, puis quitte Le Havre, où elle habitait et enchaînait les boulots d’intérim, pour la ville de Saint-Nazaire. Elle y rencontre un homme, l’Inspecteur (de navires) et l’imposture semble tenir, mais Bérénice s’inquiète de la présence d’une certaine Blandine Lenoir dans l’entourage de l’inspecteur. Le voyage se poursuivra à Marseille, troisième ville portuaire du roman, troisième ville d’escale des paquebots, troisième ville à avoir subi des destructions massives pendant la Deuxième Guerre mondiale avant d’être reconstruite selon une architecture assez similaire (quartier nord du Vieux-Port). Usant de descriptions topographiques presque scientifiques et critiquant au passage les politiques urbaines, Julia Deck esquisse des villes dans lesquelles son personnage demeure irrémédiablement isolé et étranger.

Critique sociale et vertige métaphysique

Une certaine critique sociale est en effet sous-jacente dans Le Triangle d’hiver. La réalité dans laquelle évolue Bérénice avant de fuir est dénuée de sens : « Certes elle pourrait chercher un emploi, attendre frugalement son premier salaire puis louer une studette où démarrer une nouvelle vie. Mais tout cela est trop lent, trop fastidieux, et il lui semble avoir parcouru mille fois ce sentier qui toujours ramène au point de départ. » Reste donc une solution : s’en évader. Bérénice est une fausse écrivaine, mais une vraie fabulatrice. Dans son monde, la réalité et la fiction sont imbriquées, elle donne vie à des figures romanesques qui l’inspirent. Mais Bérénice a aussi un grave problème de mémoire, qui s’amplifie. Elle vit au jour le jour dans un présent à réinventer en permanence, sans souvenirs. À travers le parallèle entre les défaillances de la mémoire de Bérénice et l’absence de traces du passé dans les villes reconstruites, c’est l’image de la table rase qui est convoquée par Julia Deck, et implicitement se dessine l’idée que la représentation linéaire du temps est une illusion : c’est la répétition qui mène la danse. Idée vertigineuse.

Un roman kaléidoscopique

Vous avez dû l’entrevoir, Le Triangle d’hiver est une sorte de roman à système un peu magique, un objet clos dont les pages se reflètent les unes dans les autres à la manière d’un kaléidoscope et où le début et la fin se mordent la queue. En refermant le livre, on est un peu désarçonné par cette structure, mais petit à petit les morceaux se réagencent et « l’ingénierie » apparaît. Pas si fréquentes, les lectures qui continuent une fois le livre refermé... Je n’ai rien dit du style de l’auteur, que j’ai beaucoup aimé : des phrases finement ouvragées, beaucoup de retenue, d’ironie, voire d’humour dans la distance et l’étonnement du regard qui se pose sur le monde. Enfin pour moi, le plaisir d’avoir reconnu l’ami dans le livre qu’il m’avait si bien conseillé. 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …