Accéder au contenu principal

Le Triangle d'hiver, Julia Deck

Un ami m’a conseillé de lire Le Triangle d’hiver de Julia Deck (éditions de Minuit). Heureuse découverte ! Mais je vous avertis, si vous êtes du genre terre à terre et n’aimez pas vous faire balader, passez votre chemin. Une comparaison me vient à l’esprit : le film Mulholland Drive, qui par toutes les questions soulevées et le côté inextricable de l’intrigue permettait aussi toutes les hypothèses (mais avec Le Triangle d’hiver, on n’est pas dans la même atmosphère inquiétante).

Le Triangle d'hiver de Julia DeckTriangle amoureux

Julia Deck raconte l’histoire de Mademoiselle, qui choisit de se faire appeler Bérénice Beaurivage, du nom de ce personnage de romancière joué par Arielle Domsbale dans un film d’Éric Rohmer. Et pour parfaire sa nouvelle identité et tenter de vivre une vie conforme à celle de l’héroïne, elle endosse aussi sa profession, puis quitte Le Havre, où elle habitait et enchaînait les boulots d’intérim, pour la ville de Saint-Nazaire. Elle y rencontre un homme, l’Inspecteur (de navires) et l’imposture semble tenir, mais Bérénice s’inquiète de la présence d’une certaine Blandine Lenoir dans l’entourage de l’inspecteur. Le voyage se poursuivra à Marseille, troisième ville portuaire du roman, troisième ville d’escale des paquebots, troisième ville à avoir subi des destructions massives pendant la Deuxième Guerre mondiale avant d’être reconstruite selon une architecture assez similaire (quartier nord du Vieux-Port). Usant de descriptions topographiques presque scientifiques et critiquant au passage les politiques urbaines, Julia Deck esquisse des villes dans lesquelles son personnage demeure irrémédiablement isolé et étranger.

Critique sociale et vertige métaphysique

Une certaine critique sociale est en effet sous-jacente dans Le Triangle d’hiver. La réalité dans laquelle évolue Bérénice avant de fuir est dénuée de sens : « Certes elle pourrait chercher un emploi, attendre frugalement son premier salaire puis louer une studette où démarrer une nouvelle vie. Mais tout cela est trop lent, trop fastidieux, et il lui semble avoir parcouru mille fois ce sentier qui toujours ramène au point de départ. » Reste donc une solution : s’en évader. Bérénice est une fausse écrivaine, mais une vraie fabulatrice. Dans son monde, la réalité et la fiction sont imbriquées, elle donne vie à des figures romanesques qui l’inspirent. Mais Bérénice a aussi un grave problème de mémoire, qui s’amplifie. Elle vit au jour le jour dans un présent à réinventer en permanence, sans souvenirs. À travers le parallèle entre les défaillances de la mémoire de Bérénice et l’absence de traces du passé dans les villes reconstruites, c’est l’image de la table rase qui est convoquée par Julia Deck, et implicitement se dessine l’idée que la représentation linéaire du temps est une illusion : c’est la répétition qui mène la danse. Idée vertigineuse.

Un roman kaléidoscopique

Vous avez dû l’entrevoir, Le Triangle d’hiver est une sorte de roman à système un peu magique, un objet clos dont les pages se reflètent les unes dans les autres à la manière d’un kaléidoscope et où le début et la fin se mordent la queue. En refermant le livre, on est un peu désarçonné par cette structure, mais petit à petit les morceaux se réagencent et « l’ingénierie » apparaît. Pas si fréquentes, les lectures qui continuent une fois le livre refermé... Je n’ai rien dit du style de l’auteur, que j’ai beaucoup aimé : des phrases finement ouvragées, beaucoup de retenue, d’ironie, voire d’humour dans la distance et l’étonnement du regard qui se pose sur le monde. Enfin pour moi, le plaisir d’avoir reconnu l’ami dans le livre qu’il m’avait si bien conseillé. 

Commentaires

Articles les plus consultés du mois

DIY : mon carnet de notes en reliure japonaise

Aujourd’hui, travaux pratiques pour changer ! Parce qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même et parce que c’est plus beau, moins cher et écolo, j’ai fabriqué mon carnet de p’tites notes. Tout a commencé avec l’atelier de reliure japonaise proposé par L’atelier du tilde au festival CoLibris, puis je suis allée au salon de la micro-édition et du multiple à La Friche et j’y ai vu des carnets reliés à la japonaise réalisés avec tout un tas de papiers récupérés. Enfin, Valentine-spécialiste-de-l’art-du-papier m’a mis entre les mains un livre magnifique sur le sujet. Bref ! Tout ceci a attisé mon envie de do it myself mon carnet de notes.








Démonstration de reliure Bradel en photos

Allez, cette semaine, je vous emmène en Vendée, on va se mettre un peu au vert, parce que bon, Marseille l’été, c’est un peu é-tou-ffant, non ? Voici donc un petit reportage photo dans l’atelier de Lina, relieuse amateur passionnée par la reliure et la broderie. Elle m’a laissée suivre la réalisation de la reliure Bradel d’un livre : Lélia ou la vie de Georges Sand d’André Maurois édité en 1952 par Hachette, acheté en brocante, il avait effectivement bien besoin d’une petite restauration.












Pour Lina, la reliure a commencé lorsque son amie Colette lui a donné une vieille presse et les outils qui allaient avec, puis elle a pris des cours de reliure et s’est améliorée au fil des années, grâce aux conseils de sa prof, à ses livres et à sa créativité. Elle affirme que son savoir-faire évolue et qu’il lui reste beaucoup de choses à apprendre.







Lina a effectué sous mes yeux un Bradel. Il s’agit d’une technique de reliure particulière caractérisée par l’emboitage du livre dans son fond grâce a…

DIY ton club de lecture !

Mathilda Mars est de retour sur le blog pour parler du club de lecture qu’elle vient de créer, et vous donner de bonnes idées au cas où l’envie vous prendrait d’en faire autant !