Accéder au contenu principal

Exil intermédiaire, Céline Curiol

Merci à mon amie Candy pour cette belle chronique d’Exil intermédiaire, ce roman de Céline Curiol que j'avais moi aussi beaucoup aimé. Elle a d'abord paru dans le journal lyonnais Le Progrès, où Candy, ainsi que sept autres "grandes lectrices", a été sollicitée pour donner son avis sur les romans de quatre romancières présentes aux Assises internationales du roman qui ont eu lieu du 25 au 31 mai 2015. 


Mon livre d'Exil intermédiaire de l'écrivaine Céline Curiol
Deux femmes. Deux vies. Deux histoires amoureuses. Deux histoires de ruptures qui les mènent vers un avenir flou et incertain mais qui les replongent aussi dans un passé douloureux et amoureux. Le décor est aussi celui de la ville : New York, labyrinthique, parfois étouffante. Chacune de ces deux femmes va revivre les années passées avec son compagnon, les souvenirs des moments passés, les moins bons comme les meilleurs. L’une à Paris, qui décide de s’envoler pour New York, au hasard, non pas perdue ni en fuite mais en répit. L’autre, restée à New York, qui décide de faire le point sur son parcours professionnel. L’écriture oscille entre la narration à la première personne et les descriptions à la 3e personne, passant d’une héroïne à l’autre, d’un temps à l’autre, et prend le risque de nous faire perdre le fil de la lecture. Mais l’intensité des émotions et les sentiments forts de ces deux femmes nous attachent à ces deux parcours. Au fil de la lecture, je comprends mieux les vies de chacune, compliquées mais éclairées par l’écriture exigeante de l’auteure. Une relecture s’imposera pour encore mieux comprendre ces lignes de vies incroyablement riches et profondes.

Commentaires

Candy a dit…
Merci pour la mise en ligne! je tiens à préciser que le Club des Lecteurs du Progrès est ouvert à tous. A l'occasion des Assises du Roman de Lyon, le Progrès propose en effet aux lecteurs de participer à cette rencontre littéraire et de vivre cette expérience. La motivation et la passion de la lecture sont la clé, mais qui ne tente rien n'a rien. Pour ma part, expérience très enrichissante. Côté "critique", la contrainte était de limiter notre texte à 900 signes, ce qui explique la critique courte. Bonne lecture :) Candy

Articles les plus consultés du mois

Les Dimanches de Jean Dézert, Jean de la Ville de Mirmont

Oh l’élégant petit roman ! Mon goût pour la littérature contemporaine m’avait presque fait oublier le plaisir qu’on éprouve à se glisser dans un décor romanesque un peu suranné, comme celui créé par Jean de la Ville de Mirmont dans Les Dimanches de Jean Dézert, ce court roman dont l’action se passe au début du XXe siècle.

Alger la Noire de Maurice Attia [Une plongée au cœur de 1962]

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Matin brun, Franck Pavloff

J’ai relu Matin brun de Franck Pavloff il y a quelques jours et il m’a fait une impression beaucoup plus forte que lors de ma première lecture il y a une quinzaine d’années. Est-ce parce qu’il fait écho aux tragiques attentats de ce début d’année ? Sûrement. Mais de quelle manière ? 
Jusqu'ici tout va bien, chacun dans son coin   Au début de ce très court texte, le narrateur apprend de son vieil ami Charlie qu’il a dû faire piquer son chien, non en raison d’une maladie qui l’aurait condamné, mais tout simplement à cause de sa couleur : il n’était pas brun. Or, le pouvoir en place a décrété qu’il était désormais interdit de posséder un chat ou un chien d’une autre couleur. Bientôt, c’est le journal local qui est interdit pour avoir contesté la décision de « l’État national ». Puis, c’est le tour des maisons d’édition d’être inquiétées. Les deux compères, naïfs et individualistes à l’excès, observent ces événements avec indifférence : « Faut pas pousser, disait Charlie, tu comprend…