Accéder au contenu principal

Exil intermédiaire, Céline Curiol

Merci à mon amie Candy pour cette belle chronique d’Exil intermédiaire, ce roman de Céline Curiol que j'avais moi aussi beaucoup aimé. Elle a d'abord paru dans le journal lyonnais Le Progrès, où Candy, ainsi que sept autres "grandes lectrices", a été sollicitée pour donner son avis sur les romans de quatre romancières présentes aux Assises internationales du roman qui ont eu lieu du 25 au 31 mai 2015. 


Mon livre d'Exil intermédiaire de l'écrivaine Céline Curiol
Deux femmes. Deux vies. Deux histoires amoureuses. Deux histoires de ruptures qui les mènent vers un avenir flou et incertain mais qui les replongent aussi dans un passé douloureux et amoureux. Le décor est aussi celui de la ville : New York, labyrinthique, parfois étouffante. Chacune de ces deux femmes va revivre les années passées avec son compagnon, les souvenirs des moments passés, les moins bons comme les meilleurs. L’une à Paris, qui décide de s’envoler pour New York, au hasard, non pas perdue ni en fuite mais en répit. L’autre, restée à New York, qui décide de faire le point sur son parcours professionnel. L’écriture oscille entre la narration à la première personne et les descriptions à la 3e personne, passant d’une héroïne à l’autre, d’un temps à l’autre, et prend le risque de nous faire perdre le fil de la lecture. Mais l’intensité des émotions et les sentiments forts de ces deux femmes nous attachent à ces deux parcours. Au fil de la lecture, je comprends mieux les vies de chacune, compliquées mais éclairées par l’écriture exigeante de l’auteure. Une relecture s’imposera pour encore mieux comprendre ces lignes de vies incroyablement riches et profondes.

Commentaires

Candy a dit…
Merci pour la mise en ligne! je tiens à préciser que le Club des Lecteurs du Progrès est ouvert à tous. A l'occasion des Assises du Roman de Lyon, le Progrès propose en effet aux lecteurs de participer à cette rencontre littéraire et de vivre cette expérience. La motivation et la passion de la lecture sont la clé, mais qui ne tente rien n'a rien. Pour ma part, expérience très enrichissante. Côté "critique", la contrainte était de limiter notre texte à 900 signes, ce qui explique la critique courte. Bonne lecture :) Candy

Articles les plus consultés du mois

La nuit qui n’a jamais porté le jour de Jorge Marchant Lazcano : une amitié à Valparaiso en 1940

Comment réagit un pauvre homme découvrant soudainement, par le biais du seul ami qu’il n’eut jamais, l’existence du mal absolu ? C’est sur cette idée que repose l’histoire racontée par l’écrivain chilien Jorge Marchant Lazcano dans La nuit qui n’a jamais porté le jour, un court roman paru au Chili en 1982.

Alger la Noire de Maurice Attia, une plongée au cœur de 1962

Dès la lecture du titre, Maurice Attia nous annonce la couleur, Alger la Noire est bien un polar. En 1962, dans une Alger à feu et à sang, les cadavres de deux jeunes gens, Estelle et Mouloud, sont retrouvés sur la plage de Padovani, ils ont été abattus et le crime semble signé par l’OAS. L’inspecteur Paco Martinez et son collègue Choukroun vont tenter de mener l’enquête...

Le silence même n’est plus à toi d'Asli Erdoğan : chroniques de la Turquie actuelle

Quand l’écrivaine turque Asli Erdoğan a été emprisonnée à l’été 2016, de nombreuses personnes se sont mobilisées en France pour réclamer sa libération. À la suite du coup d’État du 15 juillet 2016, Recep Tayyip Erdoğan a en effet décidé que l’opposition politique n’aurait plus voix au chapitre. 148 journalistes se sont ainsi retrouvés en prison et de nombreux intellectuels furent privés d’exercer leur métier. Asli Erdoğan est accusée « d’appartenance à un groupe terroriste » car elle a écrit dans le journal kurde Özgur Gündem. Le recueil Le silence même n’est plus à toi publié par Actes Sud regroupe les chroniques incriminées.



La voix d’une démocrate dans un régime autocratiqueEn sa qualité d’écrivaine et de journaliste, Asli Erdoğan évoque dans ces chroniques la situation politique turque et notamment l’oppression du peuple kurde depuis la fin du cessez-le-feu en 2015. Un des textes les plus marquants est intitulé « Au pied du mur ». Y sont racontés les combats de rue pendant le coup …